Dis-moi pourquoi tu bosses

Ils ont choisi de pratiquer leur métier dans des structures en accord avec leurs valeurs. Salarié dans une asso ou une entreprise d’insertion, associé dans une coopérative… Et vous, c’est quoi votre moteur pour venir bosser ?

77 article(s) associé(s) à la rubrique Dis-moi pourquoi tu bosses.

Dis-moi pourquoi tu bosses

Mathieu, chargé de mission service civique pour Unis-Cité

Unis-Cité est l’association pionnière du service civique en France. Née en 1994, elle compte aujourd’hui 250 salariés et accompagne chaque année près de 3600 jeunes. Mathieu Demare, 31 ans, y est chargé de mission service civique, un poste aux frontières nouvelles.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau

En savoir plus
Dis-moi pourquoi tu bosses

Aurélie, animatrice sociale : « On ne choisit pas le social par hasard »

Aurélie Morvan est directrice d’un sémaphore à Quimper, un lieu d’accueil et d’animation destiné aux personnes handicapées autonomes. Tous les jours, elle prend le chemin du travail avec le sourire.

Rédigé par Emmanuelle Genoud

En savoir plus
Dis-moi pourquoi tu bosses

Expert-comptable : «Quel que soit son métier, on peut porter des valeurs de l’ESS»

A 29 ans, Mathieu Castaings est expert-comptable. Il a co-fondé Finacoop, la 1ère Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) d'expertise comptable française, dédiée à l’économie sociale et solidaire.

Rédigé par Déborah Antoinat

En savoir plus
Dis-moi pourquoi tu bosses

Formateur : « Transmettre, et voir ces jeunes réussir »

Younes El Marzouki, 30 ans, est tuteur-formateur à l'IRUP, centre de formation sous statut associatif. Un métier qu'il aime, au contact de jeunes en alternance.

Rédigé par Virginie De Gouveia

En savoir plus
Dis-moi pourquoi tu bosses

Elodie, chargée de prévention : être actif contre la dépendance

A 28 ans, Élodie Lorand, chargée de prévention chez Siel Bleu, parcourt les routes du Morbihan pour animer des séances d’activité physique auprès des personnes âgées et en situation de handicap.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau

En savoir plus
Dis-moi pourquoi tu bosses

Prof dans une école Steiner Waldorf : “Artiste, sans manuel avec une méthode!”

Romain Wargnier, 34 ans, est enseignant dans l'école associative Steiner Waldorf à côté de Lyon. Un métier très épanouissant qui lui permet d'être créateur.

Rédigé par Virginie De Gouveia

En savoir plus
Dis-moi pourquoi tu bosses

Bibliothécaire dans un Centre social : « semer des petites graines »

Amandine Joly, 32 ans, est animatrice-bibliothécaire dans le Centre social d'un quartier de Villeurbanne, dans le Rhône. Un travail qui demande beaucoup d'énergie, mais regorge de pépites...

Rédigé par Virginie De Gouveia

En savoir plus
Dis-moi pourquoi tu bosses

Simon, responsable de maraudes : « Les besoins sont énormes sur les campements ! »

A 30 ans, Simon Bichet, salarié de France terre d’asile, coordonne la maraude pour le public migrant sans domicile fixe à Paris.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau

En savoir plus
Dis-moi pourquoi tu bosses

Médecin en centre mutualiste : « L’accès aux soins pour tous ! »

A 34 ans, Céline Simon, jeune médecin, travaille au centre mutualiste polyvalent de la MGEN à Strasbourg. Passionnée, elle nous parle de son métier. Témoignage.

Rédigé par Déborah Antoinat

En savoir plus

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.