Citoyenneté

Jeunes à la Croix-Rouge : « Arrêter mon engagement, ce n’est pas possible ! »

Publié le 12 juin 2018

Bénévoles ou volontaires, 13 000 jeunes s’impliquent dans les missions de l’association française. Témoignages de deux d’entre eux.

Photo Pascal Bachelet

« Ma mission au sein de la Croix-Rouge m’a permis notamment d’apprendre à mener des projets jusqu’à leur terme, avec différents acteurs », se félicite Pierre, 22 ans. Le jeune homme a, par exemple, organisé une conférence sur le droit international de l’humanitaire avec un spécialiste de la Croix-Rouge à Paris et une association d’étudiants en droit de sa ville.

Pierre réalise un Service civique à la Croix-Rouge, à Nancy, depuis octobre dernier. Son rôle ? Promouvoir l’offre éducative de l’association. Concrètement, le jeune homme intervient, en binôme, dans les écoles, collèges et lycées de sa région. L’occasion de parler addiction, prévention ou encore droit international de l’humanitaire.

« Ca me donne des billes pour la suite »

« J’ai choisi de devenir volontaire, car j’étais déjà engagé dans d’autres associations, mais j’avais envie de voir comment fonctionnait une grande association qui travaille sur le thème de la solidarité », explique-t-il.

Le jeune homme, qui souhaite devenir enseignant en collège ou en lycée, apprécie également l’interaction avec les professeurs et les élèves, dans le cadre de son volontariat : « ça me donne des billes pour la suite. J’aime bien, par exemple, rendre les élèves acteurs des séances ». Et l’engagement, dans l’ensemble, représente pour lui une action « intéressante et enrichissante ».

Comme Pierre, à la Croix-Rouge, un tiers des bénévoles a moins de 30 ans (chiffres de 2016). Aujourd’hui, ils sont 13 000 jeunes bénévoles, qui, suivant le type d’action, s’engagent dès 16 ans. Secourisme, maraude auprès des sans-abris, missions de sensibilisation, actions auprès des seniors : la palette de missions est large !

This is box title
Envie d’en savoir plus sur l’engagement ? La Croix-Rouge française organise, les 22 et 23 juin 2018, le Festival Tous engagés. Deux jours d’échanges et de rencontres autour des d’enjeux majeurs de notre société. L’occasion de découvrir des projets innovants et inspirants !

Vous voulez participer ? Plus d’infos sur le site de l’Avise.

 « Je voulais me sentir utile »

Pierre, lui, a rejoint la Croix-Rouge en octobre dernier. Mais ce n’est pas son premier engagement : le jeune homme, étudiant en Master en recherche en histoire contemporaine fait partie des Scouts et guides de France depuis son enfance. « Cette expérience m’a donné des responsabilités assez jeune. Etre scout permet de se confronter à des difficultés, d’apprendre ».

Si certains s’intègrent à des projets déjà existants, d’autres arrivent avec leur idée. Charline, 24 ans, actuellement étudiante en Master 1 développement web, a eu envie de s’engager « il y a deux ans, quand on a commencé à parler des migrants ». Il faut dire que deux événements avaient eu un impact dans sa vie : d’abord un voyage en Asie, où elle a rencontré une fillette parrainée par sa mère. Elle a eu envie de faire quelque chose à son tour.  « Je voulais faire une action qui a du sens, me sentir utile ». Passée par l’école Simplon, qui forme au code avec une dimension solidaire, à Lyon, la jeune femme a aussi « voulu rendre ce que cette formation lui avait apporté ».

Elle rejoint alors le Pôle Jeunesse de la Croix-Rouge de Chambéry, il y a deux ans. Après des missions d’initiation aux premiers secours ou de sensibilisation, elle a utilisé son « profil tech » pour monter un projet d’inclusion numérique à destination des résidents d’un EHPAD d’Aix-les-Bains. Le projet a évolué rapidement, aboutissant à l’« idée de mettre en place une plate-forme ludique pour aider les seniors à apprivoiser les outils du web ». Charline est notamment en train de terminer un quiz d’initiation à l’utilisation de Google Maps.

« Ca me plait de permettre aux seniors de garder une trace de ce qu’ils ont vécu, de les aider à trouver de l’info ou à intégrer une communauté en ligne », confie-t-elle. Le programme Red Touch’ de la Croix Rouge permet ainsi à des jeunes ayant des projets d’obtenir accompagnement et soutien.

Et le bénévolat a un impact sur la vie toute entière de ces jeunes. « J’aurais du mal à faire un métier qui irait à l’encontre de mes engagements », confie Charline. « Mais de là à faire de mon engagement mon métier, je ne sais pas. Ce que j’apprends dans mon travail me sert dans mon engagement. Et le fait que ce soit rémunéré, j’ai peur que ça casse la magie », souligne la jeune femme. Si elle n’est pas encore fixée sur son avenir professionnel, une chose est sûre : « Arrêter mon engagement, ce n’est pas possible ! », affirme-t-elle. Une activité complémentaire indispensable à son équilibre quotidien.

Image writer

Rédigé par

Say Yess

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.