Projets inspirants, créateurs inspirés

«Le collaboratif et l’open source, ça attire les passionnés !»

Publié le 21 juin 2018

Simon Bernard, 27 ans, est l’un des quatre jeunes créateurs de Plastic Odyssey. Un projet de tour du monde en bateau pour promouvoir des solutions de recyclage des pastiques à bas coût. Portait d’un jeune passionné.

Une poignée de copeaux de polypropylène dans la main, un bleu de travail sur le dos, Simon fait la démonstration d’une première version de son prototype. « On verse les copeaux dans l’entonnoir, puis on tourne la manivelle. Le conduit sera ensuite chauffé pour faire ressortir le plastique à recycler sous forme liquide ». En théorie, le principe paraît simple. Et c’est un des aspects du projet Plastic Odyssey, développé par Simon Bernard et Alexandre Dechelotte, formés à l’Ensm (Ecole nationale supérieure de la marine), Benjamin de Molliens et Bob Vrignault, respectivement diplômés de l’Essec et de l’Ircam.

Le projet comporte en réalité plusieurs volets, avec en son cœur, la création de machines à prix réduit et en open source, qui puissent recycler les plastiques. « Car il existe une dizaine de plastiques différents », précise Simon. La première technologie développée est donc un système de tri, avec des capteurs, pour identifier ces différents plastiques. La deuxième est un système de recyclage, qui permettra de transformer directement les plastiques en objets, tels que des briques ou des tubes. Dernière technologie à mettre au point : la pyrolyse du plastique, pour récupérer l’énergie des déchets non-recyclables. « 1 kilo de déchets correspondra à 1 litre de carburant composé à 2/3 de diesel et 1/3 d’essence », détaille le jeune homme, avec conviction. Chaque technologie est aujourd’hui en phase de prototypage grâce à des partenariats avec des entreprises et des écoles d’ingénieurs.

Recycler les plastiques à bas coût

Mais le projet ne s’arrête pas là.  Si pendant ses études à l’ENSM, Simon passe 6 mois en mer, le reste du temps est libre. En 2015, il découvre alors le projet « Nomade des mers » (voir notre article). Il est soutenu par le Fonds explore Jourdain, un fonds de dotation basé à Concarneau, la ville dont il est originaire. « Pendant un an, j’étais bénévole sur le projet. Puis j’ai embarqué sur le bateau, destiné à promouvoir les low-techs*. Pendant l’escale à Dakar, une ville où il y a beaucoup de plastique, j’ai réalisé que le recyclage n’était pas adapté. C’est là que j’ai eu l’idée de faire des low-tech pour recycler tout ce plastique ».

Fortement inspiré par son expérience avec « Nomade des mers », Simon commence à réfléchir à son projet pendant sa dernière année d’études. Puis Alexandre le rejoint. Les choses s’enchaînent alors très vite. Le projet Plastic Odyssey devient une expédition maritime autour du monde, qui présentera des solutions de recyclage du plastique.

En 2017, l’ONG est créée. Simon gagne 1er prix du concours de création de start-up Green Tech Verte, organisé par le Ministère de la transition écologique et solidaire. Pendant un an, il est salarié, avec un bureau. « Nous avons été accompagnés par un coach et le réseau du Ministère, adapté à ce que l’on fait. C’était une belle opportunité pour commencer. Mais c’est une sorte d’incubateur de startup, et on ne rentrait pas vraiment dans les cases. Nous sommes une ONG, qui créé des technologies, mais en travaillant sur des open sources ».

Il présente ensuite Plastic Odyssey à l’appel à projet « Coup de pouce » du Fonds Explore, dont les partenaires et mécènes choisissent chaque année des projets à soutenir. « Nous l’avons gagné cette année. Cela nous permet de développer notre premier prototype de bateau, avec des coques récupérées et une plateforme qui pourra accueillir la démo ».

Le 15 juin, le prototype est mis à l’eau à Concarneau. L’équipe se donne maintenant deux ans pour construire les trois technologies à bas coût pour recycler les plastiques, avant de partir faire le tour du monde.

Photo Zeppelin

« Ce n’est pas l’argent à se faire qui nous rassemble »

En attendant, on peut suivre les avancées du projet sur Facebook et participer au projet en tant que bénévole. A l’instar d’Irvin, en année sabbatique, avant de commencer un BTS conception et industrialisation de construction navale.

Photo Zeppelin

Pour Simon, cette dimension collaborative est importante et même revendiquée. « Le fait de participer à Nomade des mers m’a bien plu. J’ai eu envie de reproduire la même démarche. Le collaboratif et l’open source, cela attire les passionnés. Ca me plait de se dire qu’on bosse tous ensemble et que ce n’est pas l’argent à se faire qui nous rassemble. La mentalité est différente. Je me reconnais plus dans cette façon de faire », conclut Simon, avant de retourner travailler dans les chantiers partagés du Fonds explore.

* Technologies simples par opposition au high-tech.

Image writer

Rédigé par

Emmanuelle Genoud

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Social, solidaire, etc.

Où et comment s’informer sur l’économie sociale et solidaire ?

Il n’y a pas que Say Yess dans la vie !

Rédigé par Say Yess
le 31 juillet 2018 En savoir plus

Culture

Des librairies de ville en ville, pour recréer du lien

A vélo ou en camion, ils ont décidé de se lancer sur les routes de leur territoire pour apporter la culture au plus près des habitants. Embarquement dans la tournée des libraires itinérants.

Rédigé par Jérémy Pain
le 24 juillet 2018 En savoir plus

Culture

Bronzez solidaire !

Une petite sélection de livres dévorés par la rédac de Say Yess, à glisser dans ses valises...

Rédigé par Say Yess
le 19 juillet 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.