Solidarités

Retrouver du lien grâce à la cuisine

Publié le 7 juin 2018

Visant à rompre l’isolement des habitants d’un quartier, les Petites Cantines proposent des moments de cuisine participative pour retrouver du lien. Les établissements se multiplient à Lyon. Et prochainement dans d’autres villes.

Si je ne viens pas le jeudi, je viens le vendredi. Ça me sort de chez moi, sinon je ne le ferai pas ” déclare Ghislaine, 71 ans, affairée à rincer des choux-fleurs qui finiront en velouté une heure plus tard. Cette habituée des Petites Cantines vient depuis l’ouverture du local dans le quartier Paul Santy à Lyon le 5 avril dernier.

Une fois par semaine, elle retrouve les bénévoles de l’association qui participent, comme elle, à la cuisine participative et élaborent ensemble le repas du midi. Le rendez-vous est fixé est à 9h30 mais on passe une tête quand on veut aux Petites Cantines. “J’habite dans les grandes tours juste à côté. Ça permet de voir d’autres personnes. C’est agréable de partager” renchérit la retraitée, alliée d’une jeune fille de 18 ans ce jour-là.

Dans la grande pièce où se confondent cuisine et tables à manger, les discussions s’engagent facilement même si on ne connaît pas son voisin. L’ambiance se veut chaleureuse. À l’heure du repas, celles et ceux qui ont confectionné les plats se mélangent avec ceux qui viennent seulement les déguster.

Redonner de la vie au quartier

Entrée-plat-dessert, le plus souvent en bio et avec les produits frais du marché ou du jardin partagé attenant. Le tout pour un prix… libre, l’association informant simplement du prix pour atteindre l’équilibre : 9 euros.

On s’est rendu compte que l’isolement touchait tout le monde, quelle que soit la catégorie socio-professionnelle. On veut favoriser le lien social. La cuisine est un bon moyen pour le faire, les gens échangent leurs recettes, parlent de sujets divers. C’est une manière aussi de redonner de la vie au quartier” explique Capucine Sornin, maîtresse de maison de la première cantine implantée dans un quartier ”Politique de la ville”, donc plus populaire. Dernière inaugurée, la cantine rejoint deux autres à Lyon, dans les quartiers de Vaise, ouverte en octobre 2016, et de Perrache en mars 2018.

Au total, l’association compte désormais plus de 7 000 adhérents. Un chiffre qui pourrait encore augmenter avec l’ouverture d’autres cantines dans les mois à venir. À Lyon toujours, dans le quartier Gerland à la fin de l’année. Et même dans d’autres villes en France.

Ouverture de nouvelles cantines

Ce sont des particuliers qui nous contactent pour ouvrir des cantines dans leur région. L’association offre désormais un accompagnement pour leur aider à concrétiser le projet. Mais nous voulons d’abord structurer l’activité, il ne s’agit pas d’ouvrir 15 cantines par mois” nuance Capucine, également cheffe de projets pour le développement de l’association. Des projets d’ouverture ont fleuri à Lille, Dijon, Annecy et Strasbourg mais ne devraient pas aboutir avant 2019. Les Petites cantines sont accompagnées dans leur stratégie de changement d’échelle dans le cadre du programme P’ins, porté par la Fondation Macif et l’Avise [qui anime Say Yess, ndlr.].

L’association s’appuie sur un solide réseau de partenaires et mécènes tels que les fondations Carrefour et des Petits frères des pauvres qui l’aident financièrement dans l’ouverture de nouvelles cantines et l’achat de matériel.  Elle peut aussi compter sur de nombreux volontaires en service civique qui permettent l’accueil des bénévoles et favorisent cette osmose tant recherchée.

À l’image de Florence, 23 ans, sortie d’école d’ingénieur en agriculture et environnement et qui est venue chercher aux Petites Cantines une expérience plus humaine. “Ici, il n’y a pas de relation client. Je n’avais pas ce lien social durant mes études. J’aimerais désormais m’orienter dans l’alimentation de proximité ou la restauration collective” annonce-t-elle déterminée.

Avec tous ces ingrédients, la recette des Petites Cantines semble fonctionner.

Image writer

Rédigé par

Jérémy Pain

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Delsounette

Publié le 07 juin 2018

Très belle initiative mais quelque chose me dérange un peu sur la photo qui illustre l'article : c'est le fait que les 2 personnes cuisinent tête nue. J'entends par là qu'il y a un problème d'hygiène, surtout concernant la personne qui a des cheveux détachés qui pendent au dessus de la marmite... un petit bonnet pour retenir tout ça serait sans doute le bienvenu.

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Social, solidaire, etc.

Où et comment s’informer sur l’économie sociale et solidaire ?

Il n’y a pas que Say Yess dans la vie !

Rédigé par Say Yess
le 31 juillet 2018 En savoir plus

Culture

Des librairies de ville en ville, pour recréer du lien

A vélo ou en camion, ils ont décidé de se lancer sur les routes de leur territoire pour apporter la culture au plus près des habitants. Embarquement dans la tournée des libraires itinérants.

Rédigé par Jérémy Pain
le 24 juillet 2018 En savoir plus

Culture

Bronzez solidaire !

Une petite sélection de livres dévorés par la rédac de Say Yess, à glisser dans ses valises...

Rédigé par Say Yess
le 19 juillet 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.