Conseils (de) pro

Travailler à l’UCPA : « Nous recherchons un savoir-être »

Publié le 16 avril 2018

Frédéric Ezaoui, directeur du pôle RH Séjours vacances à l’UCPA, nous éclaire sur les opportunités et les besoins de l’association.

Quels sont les profils de vos salariés ?

75% de nos salariés sont des saisonniers avec des contrats de quelques jours à 8 mois maximum. Nous avons essentiellement des temps pleins.

Nous employons dans plusieurs filières : les éducateurs sportifs/moniteurs, mais aussi la restauration, qui est pourvoyeuse de beaucoup de postes, la filière accueil/hébergement, la filière animation adultes et la filière maintenance. Dans chaque filière, il y a différents métiers avec des niveaux de qualification très variés.

Quelles qualités recherchez-vous chez vos salariés ?

Nous avons identifié des compétences clés, que nous attendons chez tout le monde, de la femme de ménage au DG. Il s’agit de la responsabilité, l’autonomie, le sens du service, la créativité et enfin la collaboration. Aujourd’hui, plus que la compétence technique, c’est une attitude générale, un savoir-être que nous recherchons.

Par ailleurs, nous recrutons des personnes mobiles, qui sont prêtes à se déplacer sur nos différents sites. 58% de nos recrutés ont moins de 26 ans : notre groupe est très jeune malgré ses 50 ans !

Frédéric Ezaoui, directeur du pôle RH Séjours vacances à l’UCPA

Est-il possible de faire une carrière chez vous ou s’agit-il davantage de contrats courts ?

Mon objectif est de réduire le nombre de contrats saisonniers ! Et ce n’est pas une légende, on peut vivre une évolution professionnelle au sein de l’UCPA. Mon patron en est un exemple : c’est un pur produit UCPA, ancien moniteur de ski.

Il faut savoir que ça peut aller vite en terme d’évolution : on peut devenir directeur de centre à moins de 30 ans. Il faut être motivé et impliqué.

Grâce à l’UCPA formation, nous formons 1 800 personnes par an. Nous essayons d’anticiper les besoins de demain. Le tennis, par exemple, est en déclin, à l’inverse, il y a une forte tendance sur le kitesurf, le surf ou encore la plongée.

Nous essayons que nos salariés aient des bi-qualifications, par exemple moniteur de ski l’hiver et une qualification VTT ou kayak l’été, sinon, la personne n’aura pas le même niveau de vie toute l’année.

Image writer

Rédigé par

Oriane Raffin

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.