Tendances de l'emploi

Job d’été : ce petit plus que l’économie sociale et solidaire apporte

Publié le 21 mars 2018

Un petit boulot pour arrondir les fins de mois ? Oui, mais pas seulement…

Photo Stéphane Cervos

Cet été, c’est décidé, vous allez vous retrousser les manches et décrocher un emploi pour mettre du beurre dans les épinards ? Et si, dans le même temps, ce job vous apportait une expérience enrichissante pour la suite ? L’économie sociale et solidaire recrute chaque été des jeunes. L’occasion de la (re)découvrir et de booster son CV !

Débloquer ou confirmer son orientation

« La génération d’aujourd’hui réfléchit beaucoup mais agit peu. Une première expérience en job d’été permet de se dire ‘le travail, ça peut être ça’ », explique Julie Ressot, conseillère au CIDJ, à Paris. « On arrête d’être dans la théorie, on débloque l’attente du métier idéal. L’expérience donne plus d’élan et plus d’envie ! »

This is box title

Marlène, 25 ans, vit à Bourges. Cet hiver, elle a effectué un emploi saisonnier au village sportif UCPA de la Plagne 1800. 4 mois et demi en tant qu’animatrice/barmaid, avec enfants en semaine et tous publics le week-end. “Je voulais faire une pause dans mon expérience professionnelle, en me tournant vers un métier qui me plait beaucoup, centré sur le partage”, explique la jeune femme, monitrice-éducatrice de formation.

Et si un simple job saisonnier pouvait faire naître ou réveiller des vocations ? “Je me suis rendue compte que l’UCPA, c’est grand, et qu’il y a de nombreuses opportunités. Et, pourquoi pas, la possibilité de voir plus loin, notamment avec des postes de management”, explique ainsi Marlène. La jeune femme a déjà prévu de postuler cet été pour un nouveau contrat. “Il y a un grand réseau, la possibilité de voyager, le tout avec la volonté de défendre le sport pour tous. Ca me plait!”

Frédéric Ezaoui, directeur du pôle RH métiers sports/vacances de l’UCPA le confirme : l’association recrute de nombreux saisonniers, mais avec une volonté de pérennisation des emplois. On peut commencer au bar ou à l’accueil, ou encore en tant que moniteur. D’un job d’été, le salarié découvrira ses centres d’intérêts et pourra monter en compétences. “Cela va très vite en terme d’évolution. On peut devenir directeur de centre à moins de 30 ans, si la personne est motivée et impliquée”, explique Frédéric Ezaoui.

Le tout avec l’appui de la structure, qui propose également des formations. “Aujourd’hui, on accompagne nos salariés, qu’ils soient en CDI ou saisonniers, en formation continue, pour leur permettre de franchir des paliers d’une année sur l’autre”, poursuit-il.

This is box title
L’UCPA recrute sur divers postes, dans les filières suivantes : la restauration, du niveau commis/agent polyvalent au chef-gérant ; dans l’accueil/hébergement, des hôtesses/personnels d’entretien au chef de maison, en passant par le bar ; dans l’animation adultes ; ainsi que dans la maintenance.
 

Développer son réseau

Autre secteur, autre ambiance. Festival d’Avignon, Eurockéennes de Belfort… les festivals sont généralement organisés et gérés par des associations à but non lucratif. Si une partie d’entre eux sont animé par des bénévoles, d’autres recrutent également. Pour les Eurockéennes, par exemple, chaque année, plus de 500 personnes interviennent sur le site en tant que salariés, pour des contrats de 3 jours à 5 semaines. Logistique, accueil, signalétique, entretien : il y en a pour tous les goûts.

Une occasion que Julie Ressot, du CIDJ, conseille à tous ceux intéressés par le secteur de la culture de saisir. « C’est un joli moyen de commencer à faire sa place », confie-t-elle. Hervé Casteran, responsable de la communication des Eurockéennes, le confirme : « Il faut avoir la fibre, c’est une vraie aventure humaine. Et on a des exemples de gens pour qui ça a vraiment alimenté une vocation, qui ont eu un investissement croissant et sont devenus aujourd’hui coordinateurs ou régisseurs dans le secteur. D’un job d’été, ils gèrent aujourd’hui les tournées de grands groupes ».

« Travailler quelques jours ou semaines aux Eurockéennes permet de développer un réseau dans le secteur », poursuit-il. Bien utile par la suite quand on commencera les contrats, souvent en tant qu’intermittent du spectacle.

Et même si la culture ne sera pas votre orientation professionnelle finale, l’expérience a du bon. « C’est un job de passion, dans une ambiance vraiment particulière. On voit l’envers du décor, c’est une expérience assez unique », s’enthousiasme Hervé Casteran.

Développer une grande polyvalence

Dans un festival comme ailleurs, l’ESS propose souvent des jobs polyvalents, qui ont le mérite de donner un aperçu large des possibilités du marché du travail et de booster les compétences. « Deux mois en tant qu’employé polyvalent dans une auberge de jeunesse permet de toucher à plein de choses : animation, logistique, loisirs… », détaille Julie Ressot. « Les jeunes ne sont pas enfermés et découvrent plusieurs métiers ».

Prendre confiance en soi

Enfin, dernier atout – et pas des moindres – l’ouverture d’esprit des salariés et l’ambiance globale. « Dans les structures de l’ESS, généralement, les gens travaillent les uns avec les autres et non les uns contre les autres« , se félicite Julie Ressot. La conseillère au CIDJ insiste sur « la bienveillance » que l’on retrouve dans les associations, par exemple. « Les jeunes sont davantage en confiance, alors que, par exemple, on sait très bien qu’être caissier dans un supermarché peut être très destructeur ».

Et le job d’été peut faire tomber des barrières. « Finalement, on se rend compte qu’on est capable », résume Julie Ressot. Cela vaut par exemple dans le social ou l’aide à la personne où « certains appréhendent de travailler auprès des personnes âgées car ils vont côtoyer la mort ou avec des personnes en situation de handicap ».

Résultat : en plus de gonfler un peu son compte en banque à l’approche de la rentrée, on prend confiance en soi. Et ça, c’est toujours utile !

Image writer

Rédigé par

Oriane Raffin

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Planète

La consigne reprend du service !

Les initiatives se multiplient pour remettre au goût du jour la consigne des bouteilles en verre. Dans la mouvance « zéro déchet », le système permet de laver et de réutiliser les contenants que vous rapportez.

Rédigé par Marie Le Douaran En savoir plus

Conseils (de) pro

Comment se faire un réseau dans l’ESS?

Rien ne vaut le bouche à oreille! Dans l'économie sociale et solidaire, plus que dans un autre secteur, avoir des contacts qui vous informent, des personnes qui vous recommandent facilite grandement votre recherche de job ou de stage. Suivez donc nos conseils pour vous constituer un réseau.

Rédigé par Céline Deval En savoir plus

Social, solidaire, etc.

Où et comment s’informer sur l’économie sociale et solidaire ?

Il n’y a pas que Say Yess dans la vie !

Rédigé par Say Yess En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.