Dis-moi pourquoi tu bosses

Pauline, agent immobilier solidaire à Caen

Publié le 5 février 2018

La jeune femme aide des personnes démunies à devenir locataires pour rebondir dans l'existence, et des propriétaires à faire le pari de la solidarité.

« Ce qui nous paraît évident ne l’est plus pour certaines personnes en difficulté, ou ne l’a jamais été, si elles n’ont jamais eu de domicile personnel. Comment utiliser une chaudière ? Comment effectuer des démarches administratives, effectuer des travaux ? ». Pauline, 26 ans, est plus qu’un agent immobilier classique : elle accompagne des locataires dans une démarche de réinsertion.

La jeune femme est salariée de l’AISCAL. Il s’agit d’une agence immobilière à vocation sociale (AIVS), c’est-à-dire une asso qui gère un parc immobilier privatif à destination des plus défavorisés. Ne cherchez pas sa vitrine dans une rue commerçante, ni de panneaux mettant en valeur des logements photographiés sous leur plus beau jour. Pauline travaille dans un bureau discret.

La vie sociale commence par le logement

En tandem avec une travailleuse sociale, comme elle salariée de l’association, elle rencontre les demandeurs. Ils leur sont adressés par les services sociaux de la ville, qui ont identifié ceux étant prêts à « prendre un logement et leur vie en main ». « Ces personnes doivent adhérer à l’idée de nous laisser les accompagner dans leur quotidien. Je fais le point avec elles sur leur histoire, leur budget, pour déterminer quel cadre de vie leur conviendrait », explique Pauline.

Mon métier est pour moi une façon d’aider les autres, de me rendre disponible.

L’AISCAL est née d’un constat : le parc HLM comprend peu de petites surfaces, alors que l’essentiel des précaires sont des personnes isolées. « 64% d’hommes seuls, contre 7% de familles monoparentales à Caen », précise Pauline. « Ces gens doivent donc se tourner vers les bailleurs privés, mais ils ne sont pas crédibles. Ils ne disposent ni de revenus satisfaisants, ni de garants. Leur situation peut s’avérer dissuasive : étrangers tout juste régularisés, anciens détenus… » À partir des recommandations de Pauline et de sa collègue, une commission statue. Cette commission, composée d’acteurs publics (ville, Région…) et privés (financeurs de l’association) peut décider que les demandeurs ne sont pas prêts, et les orienter vers des structures adaptées.

Un fort esprit collectif

« Mon métier est pour moi une façon d’aider les autres, de me rendre disponible ». La jeune femme avoue un parcours atypique : avant de passer un BTS Immobilier, elle a entrepris des études d’art. Un stage d’été à l’OPH de Caen (Office Public de l’Habitat) a été le déclic. Elle est recrutée à l’AISCAL après l’obtention de son diplôme.

« Ce qui m’est précieux ici, c’est la polyvalence des profils, ce qui permet d’avoir des visions différentes de situations parfois complexes, ou très difficiles. Ce que nous voyons peut heurter, il est mauvais de le garder pour soi. » À l’AISCAL, pas de loi du chiffre et de la commission : Pauline apprécie le fort esprit d’équipe qui règne à l’association. « La réunion d’équipe hebdomadaire dure plus d’une demi-journée : les décisions exigent une concertation. »

Réconcilier locataires et propriétaires

Ce rôle de conseiller au quotidien, Pauline le joue également aux côtés des propriétaires. « L’immobilier solidaire leur apporte des garanties plus solides que celles du marché », dit-elle. En effet, l’AIVS collecte directement les aides au logement perçues par les locataires et les impayés sont couverts par l’État. De plus, les locataires ont l’obligation de recevoir Pauline et ses collègues pour une visite annuelle de bilan in situ, ce qui permet de s’assurer du bon entretien du logement. Une médiation rassurante.

« Je réconcilie des intérêts. Un propriétaire a besoin d’un locataire, aussi bien qu’un locataire a besoin d’un propriétaire. On le perd un peu de vue dans l’immobilier ‘classique’. C’est en fait un rapport d’équilibre.» En somme, un modèle gagnant-gagnant.

Image writer

Rédigé par

Julien Palomo

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.