Planète

Ça commence par moi : le livre pour adopter les écogestes au quotidien !

Publié le 26 janvier 2018

Fondateur de « Ça commence par moi », Julien Vidal, 32 ans s'est lancé un défi : adopter une nouvelle action eco-responsable chaque jour. Après 365 jours, il a réduit par quatre son empreinte carbone.

Photo Lisa Hör

Photo Lisa Hör

Pourquoi avoir lancé  « Ça commence par moi » ?

Après des études dans l’humanitaire et des expériences professionnelles de développement international à l’étranger, je suis rentré en France en 2016 avec la conscience que le réchauffement climatique était déjà une réalité très concrète. Je me suis demandé comment que je pouvais faire ma part et être acteur d’une société plus juste. Je me suis lancé dans ce challenge : adopter une nouvelle action chaque jour dans différents domaines : le transport, l’alimentation, la consommation ou encore la culture.

Quelles sont les actions plus simples pour commencer ?

Je conseille de commencer par des actions dans des domaines qui nous plaisent. Quand on aime la cuisine on peut par exemple se lancer le défi d’un dîner végétarien une fois par semaine. On peut aussi passer aux e-relevés pour ses factures, faire son dentifrice en poudre, descendre la température de son intérieur d’1 degré ou mettre un STOP à la publicité sur sa boite aux lettres, ça permet d’économiser 40 kg de papier par foyer par an ! Parmi les 365 actions testées, plus de la moitié prennent moins de 10 minutes à mettre en place.

Quel est l’impact de ton projet ?

Je me suis servi du calculateur d’empreinte carbone du Global Footprint Network. On le sait aujourd’hui, si tout le monde vivait comme les Français on aurait besoin de 3 planètes mais si tout le monde vivait comme moi, ce chiffre passe à 0,7 planète. Un Français émet en moyenne 9 tonnes de CO2/an, je suis passé à 2 tonnes ! Ça montre que l’on peut tous faire quelque chose tout en continuant à profiter du confort. Je fais jusqu’à 300€ d’économies par mois, je me sens en meilleur santé et plus heureux ! Pour moi c’est très grisant d’avoir le sentiment d’être acteur du changement et d’être en cohérence avec mes valeurs.

This is box title
En savoir plus : www.cacommenceparmoi.org

 

Dans la suite de son projet, Julien Vidal a publié son livre Ça commence par moi, Soyons le changement que vous voulez voir dans le monde : un manifeste utopiste et pragmatique donnant les clés pour vivre autrement son quotidien. Disponible depuis septembre 2018 dans toutes les librairies !

 

Image writer

Rédigé par

Déborah Antoinat

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.