Solidarités

Sos Amitié : « on est le réceptacle, le miroir » de l’appelant

Publié le 26 décembre 2017

Jeanne*, 26 ans, est écoutante pour l'association depuis 11 mois. Elle offre son oreille et son temps à des personnes en situation de solitude ou de détresse. Témoignage.

Pourquoi avoir rejoint SOS Amitié ?

J’ai eu des engagements associatifs culturels, mais c’est mon premier engagement associatif social. A la fin de mes études, j’avais à cœur de m’engager pour une association. Dans mon travail, je m’épanouis, mais il me manque peut-être le lien avec les gens, l’échange. Un ami m’a parlé d’SOS Amitié. J’ai apprécié l’importance forte donnée à la formation. Avant de choisir mon engagement, j’avais peur de tomber dans une association où je n’aurais pas d’encadrement, et de faire des impairs. Chez SOS Amitié, on m’a confortée dans l’idée que je pouvais être légitime, à 26 ans. Et que je pouvais apporter à mon niveau.

La thématique de la solitude me touche, car j’ai la chance de ne pas y être confrontée, d’avoir un entourage, et que cet entourage soit présent. Mes problèmes ne sont pas graves et il y a des gens pour les écouter. Je n’imagine rien de pire que de ne pas avoir cela. Alors je me dis que si je peux apporter cela juste le temps d’un instant, une oreille… cette idée a eu de l’écho en moi.

Comment se déroulent les temps d’écoutes ?

Nous ne sommes pas des thérapeutes, ni des soignants. On ne formule pas non plus de conseils. On essaie davantage de desserrer l’angoisse et d’écouter au mieux. C’est à l’appelant de trouver sa solution. Au mieux, on peut le guider. On est le réceptacle, le miroir. On aide la personne à prendre un peu de distance. Ce n’est pas toujours évident, il y a parfois des appels difficiles.

Quels sont les échanges qui vous ont le plus marquée ?

On n’anticipe pas les appels qui vont le plus nous marquer. Après certains, on sort ému, ça nous fait réfléchir à des réalités, résonne avec nos valeurs. Cela m’inquiétait, avant de commencer, de ne pas savoir cloisonner. Mais finalement, la structure est telle que cela ne s’est jamais produit. Après un appel difficile, je peux moi-aussi bénéficier d’une écoute. Et même si c’est une activité assez solitaire, on n’est jamais livré à soi-même.

Les appels qui résonnent le plus en moi sont peut-être ceux des jeunes, qui me touchent beaucoup. On a les mêmes vocables, les mêmes expressions. Dans l’absolu, ça pourrait être un ou une ami-e : ça me fait quelque chose. Les personnes âgées seules aussi. Parfois, elles me font penser à ma grand-mère. De manière générale, on n’est jamais indifférent aux appels qu’on reçoit. Mais il y a aussi des appels très poétiques : on peut parfois parler de voyages, de littérature. Ce n’est pas un rapport descendant : il y a des échanges, de la discussion, des réflexions sur la vie. Parfois, quand je raccroche d’un appel, je me dis que ma soirée est gagnée. J’ai vécu un moment isolé dans l’espace temps.

This is box title
Et concrètement ?

L’écoutant s’engage à faire quatre écoutes de 4h chaque mois. Il a une liberté de choix sur les créneaux (avec un impératif : faire un créneau de nuit).

Il est formé avant de décrocher son premier appel (3 jours de formation) et tout au long de son engagement, avec notamment des groupes de partage. Un parrain et une marraine sont également là pour l’épauler.

Actuellement, SOS Amitié ne peut répondre qu’à 45% des appels reçus. Encore moins la nuit. Son président a ainsi lancé un appel à bénévoles pour recruter de nouveaux écoutants.

* A la demande de SOS Amitié, afin de respecter l’anonymat des écoutants, le prénom a été modifié.

Image writer

Rédigé par

Oriane Raffin

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.