Sports & loisirs

Balade solidaire dans le 11e arrondissement de Paris

Publié le 8 décembre 2017

Lauriane, rédactrice pour Say Yess, est partie à la recherche de bonnes adresses pour réchauffer les week-ends hivernaux. Après une balade guidée par un conférencier de la mairie de Paris, elle vous livre ses bonnes adresses situées dans le 11e arrondissement de Paris.

Café restaurant de la Petite Rockette à Paris

Café restaurant de la Petite Rockette à Paris

Par un après-midi de novembre, je rejoins un groupe d’une quinzaine de personnes pour participer à une « Balade-découverte à la rencontre des acteurs de l’ESS du 11e arrondissement », organisé par la mairie de Paris. Le parcours commence rue Popincourt, au cœur de ce quartier parisien. M. Bonneau, conférencier à la Direction des Espaces Verts et de l’Environnement explique : « Ce quartier est en pleine mutation. Nous sommes au milieu de grossistes textiles mais on voit s’ouvrir de nouvelles petites boutiques. » Made in France, circuit court, artisanat… Des enseignes attirantes dans ces petites rues cachées entre les boulevards Voltaire et Richard Lenoir. L’ambition de la mairie est claire : « faire du 11e arrondissement une vitrine de l’économie sociale et solidaire à Paris ».

Shopping équitable

Pour le shopping, le quartier est une mine de boutiques écoresponsables et solidaires. Premier stop, la boutique Tsunagari au 41 rue Popincourt. Cette société coopérative et participative (SCOP) propose différents objets d’artisanats japonais, créés dans le respect de l’humain et de l’environnement. Cola Bonnan, le fondateur de la structure explique « la SCOP était une évidence pour notre projet car elle permet la gestion démocratique. » Tsunagari signifiant « lien » en japonais, le nom résume bien l’ambition et du créateur « faire en sorte que nous vivions les meilleures choses possibles, en harmonie avec les autres et la nature ».

Boutique Tsunagari, rue Popincourt

On continue la balade rue Oberkampf. Au numéro 25, nous nous arrêtons au Labo de l’Abbé, boutique du réseau Emmaüs. On y trouve une sélection soignée et rangée de vêtements d’occasion à prix attractifs, qui permet de chiner agréablement. Dans l’autre moitié de la boutique, des créations originales le Labo de l’Abbé, marque de mode écoresponsable et Made in France qui propose des vêtements et accessoires réalisés à partir de matières textiles 100% issues de la récupération. Les collections sont entièrement confectionnées à l’atelier situé à Maisons-Alfort, par des couturiers en insertion venant d’horizons différents.

Le Labo de l’Abbé, rue Oberkampf

D’autres boutiques solidaires sont présentes dans le quartier, notamment deux boutiques Altermundi proposant une large sélection de produits équitables et durables. Pour les trouver, rendez-vous au 5 boulevard du Temple (M° Filles du Calvaire) ou au 39 rue de Charonne (M° Ledru Rollin).

Soirée culturelle

Après ces emplettes, je conseille la Petite Rockette, au 125 rue du Chemin Vert, pour prendre un pot en famille ou entre amis. Cette association multi-facette propose à la fois une boutique-ressourcerie, des ateliers de théâtre, de danse, des cafés-débats… L’espace Trockette est un café offrant différentes boissons chaudes et froides à prix préférentiels pour les adhérents. C’est un lieu vivant et ouvert sur le quartier qui donne envie d’y installer son QG.

Forces reprises grâce à un Club Maté ou une bière locale, on traverse le square de la Roquette pour rejoindre la rue Léon Frot. A l’angle de la rue de Charonne, se trouve la galerie associative Le Génie de la Bastille qui rassemble plus de 80 artistes. Ancrée dans l’arrondissement, elle veut promouvoir l’art contemporain auprès des habitants. La programmation est variée (photos, sculptures, peintures…) alors je prévois déjà d’y revenir.

Pour terminer la journée, nous retournons vers le métro Voltaire pour assister à un spectacle de La Générale, coopérative artistique politique et sociale. Dans ce grand hangar situé au 14 avenue Parmentier, on vient voir une représentation de théâtre, une performance ou une conférence.

Si vous préférez la musique, rendez-vous plutôt à la Manufacture de la Chanson, 124 avenue de la République. Depuis 1983, ce lieu dédié à la chanson, forme et accompagne des artistes. Chansons originales, musiques du monde, reprises de Nougaro… La programmation promet de jolies découvertes !

Avec cette après-midi bien remplie, j’espère vous avoir fait découvrir de nouveaux spots parisiens ! N’hésitez pas à nous dire si vous avez testé et approuvé ces adresses 🙂

Image writer

Rédigé par

Lauriane Barthélémy

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.