Entreprendre, mode d'emploi

10 conseils pour monter son projet étudiant

Publié le 13 novembre 2017

Créer son association, son projet d’entrepreneuriat social quand on est étudiant, c’est possible ! Voici 10 conseils pour mener à bien son projet.

Monter son projet étudiant Pépite Pon

« Quand on est étudiant-e, c’est le meilleur moment pour lancer des projets ! avance d’emblée Céline Sannié, en charge du programme étudiant chez Enactus France. On n’a pas grand-chose à perdre : au pire le projet s’arrête. Mais souvent ce ne sera pas le dernier que l’on montera. »

Que l’on ait adopté le statut d’étudiant-entrepreneur, que l’on expérimente son idée dans le cadre de ses études ou en parallèle, Say Yess a concocté pour vous un mémo en dix points pour mener au mieux votre projet étudiant. C’est parti.

1 – Il n’y a pas de mauvaise idée !

Tout projet commence par une idée. Mais encore faut-il la trouver. Pour Julien Meykerque, du Pôle étudiant pour l’innovation, le transfert et l’entrepreneuriat Paris Ouest Nord (PÉPITE PON) : « Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise idée. Les jeunes doivent partir de leurs besoins ou d’une observation : les meilleures idées partent de là. »

2 – Se renseigner sur les autres acteurs

Pour trouver son idée, Céline conseille de « partir de quelque chose qui nous touche, d’une révolte positive qui nous donne l’énergie pour monter son projet. » Pour cela, ne pas hésiter à regarder ce qui se passe autour de soi, à rencontrer d’autres acteurs de l’économie sociale et solidaire qui travaillent dans ce champ. C’est ce qu’a fait Karima, pour son projet Numéric’âge monté dans le cadre du programme Rêve & réalise : « J’ai rencontré d’autres associations qui travaillaient sur l’intergénérationnel et le numérique, avant de définir mon idée. »

3 – Parler de son projet, oser

Quand on a l’idée, il faut ensuite oser ! Et notamment oser parler de son projet. « Dire « c’est confidentiel » n’est pas une bonne méthode selon moi, poursuit Julien : il faut arriver à en parler. Etre confrontés à d’autres personnes, cela permet de faire mûrir un projet ». Céline d’Enactus confirme qu’il ne faut pas avoir peur de se faire voler une idée, car échanger permet d’avancer : « plus on en parle, plus on a de conseils, de bonnes idées et cela aide à se faire des relations. »

Pitch de projet - Pépite Pon
Pitch de projet – Pépite Pon

4 – S’entourer

Tous les responsables de programmes d’accompagnement de projets étudiants s’accordent sur ce point : pour monter un projet, s’entourer est essentiel. Que ce soit en trouvant des partenaires, des compétences complémentaires, ou en rejoignant des réseaux étudiants comme Animafac et Enactus, ou encore en intégrant des programmes comme Rêve & réalise d’Unis-cité.

« C’est bien de vouloir tout gérer mais c’est compliqué, confirme Julien. La solitude de l’entrepreneur est une réalité. Quand on a des difficultés, c’est plus dur de se relever seul. Et puis c’est souvent l’équipe et pas l’idée qui va faire le projet entrepreneurial. » Céline conseille aussi de chercher des compétences complémentaires pour monter son projet et souligne la richesse apportée par le travail en équipe, « ce n’est pas toujours facile mais cela rend les projets plus impactants ! »

5 – Passer du temps à bien se connaître

Monter un projet sur un sujet qui nous tient à cœur, travailler en équipe, oser de nouvelles choses et rencontrer des nouvelles personnes permet aussi de mieux de se connaître. Une étape importante selon Céline : « Il faut passer du temps à identifier ses leviers, ses freins, ses forces et ce qui nous donne envie d’agir et ce qu’on est capable de faire. »

6 – Se faire accompagner

Pour Julien du Pepite PON, comme pour Céline d’Enactus, dont les structures proposent des programmes d’accompagnement et d’incubation, se faire accompagner est évidement positif !

Crédits photo : Laurent Lemaur-Armengaud pour Enactus France
Crédits photo : Laurent Lemaur-Armengaud pour Enactus France

« Il ne faut pas avoir peur de se faire accompagner. Il y en trop qui y vont seuls, alors que c’est un réel coup de booster. Quand on est accompagné, cela donne un cadre avec des étapes, des rendus, des événements clés. On est challengés, cela permet de se mettre des objectifs et de les faire évoluer », argumente Julien. « Cela donne aussi de la visibilité aux projets vis-à-vis de la presse, d’entreprises, de partenaires, d’établissements scolaires… » complète Céline.

This is box title
Incubateurs, programmes d’accompagnement pour étudiants, retrouvez tous nos portraits de jeunes entrepreneurs sociaux accompagnés pour créer

 

7 – Tester, expérimenter

Quand l’idée se précise, que l’équipe est créée voire accompagnée, il faut concrétiser ! Et le plus rapidement possible. Rester sur une idée de papier ne suffira pas. « Quand on a des idées de solutions pour notre problématique, il faut vraiment retourner très vite sur le terrain, auprès des bénéficiaires et ne passer trop de temps à concevoir, conseille Céline, pour voir, tester si ça répond bien aux besoins et si ça peut être prêt à être utilisé. »

Crédits photo : Laurent Lemaur-Armengaud pour Enactus France
Crédits photo : Laurent Lemaur-Armengaud pour Enactus France

8 – Être convaincu de son projet

Pour aller au bout d’un projet et en particulier dans l’économie sociale et solidaire, il faudra convaincre qu’on a une idée, un modèle économique viable. Pour cela, être convaincu soi-même de son projet est primordial. « Ce n’est pas parce qu’on est étudiant, que le projet n’est pas valable. Quand on a une idée et qu’on y croit il faut aller au bout », assure Julien.

9 – Ne pas négliger ses études

Aller au bout de ses idées, y croire, y passer des soirées et des week-ends, est bien souvent le lot des porteurs de projets. Mais quand on est étudiant, comment combiner cette activité avec sa formation ? « Il ne faut pas oublier ses études ! C’est important, insiste Julien du Pepite PON, car un projet peut très bien fonctionner 6 mois et s’arrêter. Avoir des compétences sur l’entrepreneuriat et pas de diplôme c’est dommage, ça reste la porte d’entrée pour travailler. »
Certains cursus intègrent la possibilité de consacrer du temps dédié à un projet personnel (sous forme de crédits ECTS ou lors d’un stage). Le statut d’étudiant-entrepreneur permet l’aménagement de son emploi du temps et il est aussi possible de faire une pause dans son cursus. « Faire des études et monter son projet étudiant sont tout à fait possibles en parallèle, pour Céline d’Enactus. Les deux se nourrissent : s’engager dans un projet peut donner du sens à des études plus théoriques et un projet être la mise en application de ce que l’on apprend. »

10 – Être conscient de la possibilité de pivot

Le dernier conseil de Julien concerne le projet en lui-même. « Il faut être conscient de la possibilité de pivot : l’idée de départ peut évoluer ! Mais attention certains projets sont trop innovants, et dans ce cas, il faut parfois éviter de se faire influencer, pour ne pas dénaturer l’idée de base ! »

This is box title
Vous voulez plus de conseils ? Retrouvez nos autres articles sur le sujet. Si vous n’êtes plus étudiants ou en reconversion professionnelle : Inspirez-vous avec nos articles Etudiants, comment s’engager ?, 5 choses à savoir avant de monter son projet  et des témoignages d’entrepreneurs sociaux pour réussir leur projet.
Image writer

Rédigé par

Emmanuelle Genoud

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Social, solidaire, etc.

Où et comment s’informer sur l’économie sociale et solidaire ?

Il n’y a pas que Say Yess dans la vie !

Rédigé par Say Yess
le 31 juillet 2018 En savoir plus

Culture

Des librairies de ville en ville, pour recréer du lien

A vélo ou en camion, ils ont décidé de se lancer sur les routes de leur territoire pour apporter la culture au plus près des habitants. Embarquement dans la tournée des libraires itinérants.

Rédigé par Jérémy Pain
le 24 juillet 2018 En savoir plus

Culture

Bronzez solidaire !

Une petite sélection de livres dévorés par la rédac de Say Yess, à glisser dans ses valises...

Rédigé par Say Yess
le 19 juillet 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.