Des idées pour s'engager

Expérience de vie, éloge de la lenteur… Et si on s’engageait auprès des séniors ?

Publié le 8 novembre 2017

Elles ont 21, 26 ou 28 ans. Jeunes, dynamiques, entreprenantes et connectées, elles ont décidé de mettre leurs talents au service de leurs aînés. De ceux qui avancent en âge, avec un rythme plus lent, une relation au numérique moins évidente, mais plein de choses à partager !

engagement seniors

crédit photo : Démén'âge

Pour Karima, jeune femme de 21 ans, l’idée de travailler avec les séniors est ancrée depuis son plus jeune âge. En cherchant un engagement en service civique, elle tombe sur l’offre d’Unis-Cité qui présente le programme Rêve & Réalise. Un accompagnement de 8 mois, qui lui permet d’expérimenter une idée de projet solidaire. « Comme je suis un peu geek, je me suis dit pourquoi ne pas imaginer quelque chose autour des séniors et du numérique. J’ai alors imaginé un projet d’entraide intergénérationnel ». Le projet Numéric’âge propose à de jeunes décrocheurs d’enseigner les nouvelles technologies aux séniors.

Atelier numéric'âge "Comment prendre une photo avec une tablette et l'envoyer par mail ? "
Atelier Numéric’âge : « Comment prendre une photo avec une tablette et l’envoyer par mail ? »

En échange, ces derniers peuvent devenir parrains, selon leur parcours, en aidant les jeunes à réaliser leur projet d’avenir. « Aujourd’hui, il y a une barrière entre ces deux générations : c’est dommage car pour moi les séniors ont beaucoup à nous apporter. Par exemple, l’histoire de France a plus d’impact quand une personne nous la raconte plutôt que quand c’est un prof ou dans un livre. »

Une expérience de vie partagée

C’est aussi ce contact humain, avec des gens ayant vécu à une époque où elle n’était pas née, qui passionne Charlotte, salariée de Rosalie Life, un réseau social destiné aux jeunes retraités. « Ils ont vécu plein d’aventures ! Ça fait relativiser aussi sur les virages que peut prendre la vie. » Avant de rejoindre cette structure, Charlotte rencontre pour la première fois le public sénior lors de ses stages. Au départ animatrice auprès d’enfants, elle se tourne vers l’art-thérapie et expérimente sa formation au sein de maisons de retraite. « Moi qui suis plutôt speed, je me suis mis dans leur temporalité, plus lente. Ils ont quelque chose de doux, d’attendrissant et sont en demande de communication ! » Chez Rosalie Life, le public est plus « jeune ». Charlotte est en charge de l’animation du site internet et d’organiser des ateliers-rencontres. Elle prend plaisir à accompagner ces personnes en « transition » dans leurs évolutions de vie et de pratiques.

Démén'âge
L’association Démén’âge aide les séniors pour leur déménagement.

C’est aussi la question de la transition qui anime depuis quelques années déjà Malika et Hélène, 26 et 28 ans. Elles ont créé en 2014 l’association Démén’âge, qui propose aux personnes âgées un accompagnement personnalisé lors de leur déménagement en maison de retraite ou dans un appartement plus adapté. « Le déménagement est la 3ème source de stress chez les Français. On doit trier ses affaires, se séparer de certaines. » Alors quand on ajoute l’âge qui avance, cela empire. Hélène a vécu personnellement la situation en aidant ses grands-parents à déménager. Malika, en travaillant dans une agence immobilière, était régulièrement confrontée à des personnes âgées qui cherchaient un service plus personnalisé. Leur idée germe alors jusqu’à la création de l’association.

 

Lorsque l’histoire personnelle rencontre l’engagement

Qu’elles soient créatrices de services, salariées ou bénévoles, toutes ces jeunes femmes ont un trait en commun. Leur histoire personnelle a influé sur leur engagement. Karima évoque un sentiment né dans l’enfance : « Je suis d’origine marocaine et chez nous, on considère les personnes âgées comme des personnes qui ont le savoir, on les respecte. En primaire, on avait aussi un prof qui organisait des rencontres au sein de maisons de retraite et j’avais beaucoup aimé ce partage intergénérationnel. »

Elles sont à l’écoute, me font des petits plats et moi je les amène à la plage, je leur fais découvrir les bistros où je vais avec mes amis !

Jade est bénévole pour les petits frères des pauvres. Elle a toujours vécu avec ses grands-parents et son arrière grand-mère. « Pour nous c’était normal de s’occuper des nos aînés. » Quand elle découvre à 18 ans que de nombreuses personnes âgées sont isolées, elle décide de s’engager auprès d’elles.« Elles nous apportent autant qu’on leur donne. Quand je suis arrivée à Marseille pour mes études, j’ai accompagné deux dames. Elles sont devenues mes grands-mères marseillaises ! Elles sont à l’écoute, me font des petits plats et moi je les amène à la plage, je leur fais découvrir les bistros où je vais avec mes amis ! »

Café Rosalie
Café Rosalie animé par Charlotte.

Pour Charlotte, la rencontre a lieu plus tard, quand elle commence à travailler dans des maisons de retraite : « Je n’ai pas connu mes grands-parents, alors je ne connaissais pas de personnes âgées. Mais ça a été un gros coup de cœur ! Je rigole beaucoup avec eux. Ils sont de nature joviale car ils ont peu de temps d’échanges en établissement. » Hélène, elle, a identifié la problématique de son association, devenue son activité à temps plein, lors d’un épisode de sa vie personnelle : « Il y a 3 ans, j’ai accompagné mes grands-parents pour aller en maison de retraite. Mon grand-père était très bricoleur. Il avait un établi qu’il n’était pas possible d’emmener dans un EHPAD*… C’est dur de se séparer d’une vie, de quitter un domicile où ont grandi les enfants. »

This is box title
Vous vous intéressez à la question du bien-vieillir ? L’Avise et AG2R LA MONDIALE vous donnent rendez-vous le 14 novembre 2017 autour de leur programme Silver Solidarités destiné à accompagner l’émergence et le changement d’échelle de projets socialement innovants en faveur du bien vieillir. Rendez-vous sur le site pour plus d’informations.

Avec 15 millions de personnes âgées de plus de 60 ans, la « silver économie », économie liée aux besoins des séniors, est en plein développement. A travers des projets ou des actions favorisant le lien social, la mobilité, la solidarité, l’intergénérationnel, des jeunes s’engagent pour aider nos aînés à bien vieillir. Si vous aussi vous vous sentez concerné, de nombreuses associations existent pour s’engager :

  • L’association Les petits frères des pauvres, qui accompagne des personnes mises à l’écart du fait de leur âge, de leur état de santé ou de leurs conditions de vie.
  • La société Saint Vincent de Paul, dont les bénévoles réalisent des visites à domicile, en maison de retraite ou à l’hôpital.
  • Les Passeurs de mémoire, un engagement en service civique proposé par Unis-Cité, où l’on peut intervenir en équipe, dans les maisons de retraite ou à domicile autour de la mémoire des personnes âgées.

* Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD).

Image writer

Rédigé par

Emmanuelle Genoud

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Planète

La consigne reprend du service !

Les initiatives se multiplient pour remettre au goût du jour la consigne des bouteilles en verre. Dans la mouvance « zéro déchet », le système permet de laver et de réutiliser les contenants que vous rapportez.

Rédigé par Marie Le Douaran En savoir plus

Conseils (de) pro

Comment se faire un réseau dans l’ESS?

Rien ne vaut le bouche à oreille! Dans l'économie sociale et solidaire, plus que dans un autre secteur, avoir des contacts qui vous informent, des personnes qui vous recommandent facilite grandement votre recherche de job ou de stage. Suivez donc nos conseils pour vous constituer un réseau.

Rédigé par Céline Deval En savoir plus

Social, solidaire, etc.

Où et comment s’informer sur l’économie sociale et solidaire ?

Il n’y a pas que Say Yess dans la vie !

Rédigé par Say Yess En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.