Conseils (de) pro

Chercher du boulot et bien le vivre, c’est possible !

Publié le 13 septembre 2017

La recherche d’emploi est souvent un casse-tête… En misant sur l’entraide et la bienveillance, des associations rendent cette période plus positive.

Atelier de recherche d'emploi - Cojob

Atelier de recherche d'emploi - Cojob

« Pourquoi chercher seul quand on est 6 millions ? » Le crédo de Cojob est clair : ensemble, on est plus forts. L’association réunit chaque mois des chercheurs d’emploi – ici on les appelle « jobeurs » – pour des « promos » à Paris et Nantes : pendant plusieurs semaines, le groupe va chercher du boulot, bien sûr, mais aussi faire du bénévolat de compétences pour des associations ou entreprises. Objectif : créer du lien avec des structures locales et élargir son réseau.

Car Matthieu Fleurance, responsable de Cojob Nantes, croit en son pouvoir. Il propose d’ailleurs aux promos un atelier sur ce thème : chaque jobeur explique son projet pro et les autres lui envoient tous les contacts auxquels ils pensent. « Ici on sort de l’isolement, on rencontre des personnes d’horizons professionnels différents qui donnent de nouvelles pistes, des contacts, des idées… », note Eléonore, une des participantes.

Matthieu Fleurance de Cojob
Matthieu Fleurance de Cojob
Pro’pulse

Pro’pulse est un projet porté par Animafac qui vise à faciliter l’accès à l’emploi de jeunes diplômé-e-s dans le secteur de l’économie sociale et solidaire (ESS). Ce programme entièrement gratuit propose un accompagnement personnalisé, de la recherche collective et un accueil au sein de leur tiers-lieu associatif à Paris.

 

La force du collectif

« J’étais dans un moment creux, j’avais le sentiment d’avoir épuisé toutes les possibilités et j’avais besoin de me rebooster », explique Bérangère, en reconversion professionnelle. Garder le rythme et la motivation est un enjeu de taille, alors que la durée de recherche d’emploi est de plus en plus longue – 6 mois en moyenne pour les jeunes. Des associations choisissent donc de la rendre positive et constructive, sans pour autant se substituer aux spécialistes de l’insertion. Juste pour donner un coup de pouce.

« Nous ne sommes pas là pour apporter une solution toute faite aux participants, mais pour avancer ensemble et partager les solutions de chacun », détaille Catherine Jaret, qui a rejoint les bénévoles d’Activ’action à Nantes au début de l’année. Quand Cojob offre un cadre aux personnes autonomes dans leur recherche, Activ’action, présente dans 20 villes dans le monde, leur propose différents types d’ateliers ponctuels : réfléchir aux problématiques de cette période avec les activ’boost, se concentrer sur sa valeur ajoutée avec les activ’jump…  Et partager aussi les interrogations, les angoisses et les désillusions avec des personnes qui vivent la même situation, pour mieux les apaiser ensemble.

This is box title
Pour les Bordelais, l’association Je cherche un job mise aussi sur le collectif et l’entraide.

 

La bienveillance au cœur du processus

A l’instar d’Activ’action, Eklore ne se préoccupe pas du CV ou de la qualification de ses participants. « Nous sommes là pour accompagner les périodes de transition dans la vie professionnelle, (chômage, reconversion, fin de carrière…) pour transformer et ré-enchanter la vision du travail », sourit Aline Crépeau, bénévole de l’association à Nantes. Les ateliers, orientés sur le développement personnel, abordent l’estime de soi, la voix… « Nous essayons d’amener les gens à valoriser tout ce qu’ils sont, pas uniquement d’un point de vue professionnel. »

Dans le monde rude de la recherche d’emploi, le partage et la bienveillance sont des valeurs fondamentales communes à ces associations. Finalement, des amitiés naissent, des carrières trouvent leur voie… « C’est formidable parce que ça amène les gens à se rendre compte qu’ils font plein de choses même s’ils n’ont pas de boulot », témoigne Stéphanie, participante et future animatrice d’activ’boost. Des ateliers qu’elle a d’ailleurs connus… via Cojob ! La jeune femme l’assure : « Je vis mieux cette période depuis que je ne passe plus tout mon temps sur Internet à chercher. Il n’y a pas de hasard, c’est en faisant des rencontres que je finirai par trouver ce qui me correspond. »

WorkUp

L’association WorkUp teste et propose des solutions en ligne pour trouver le job idéal. Et pour une vision de la recherche d’emploi positive et proactive, rendez-vous sur le blog Dessine-toi un emploi.

Image writer

Rédigé par

Marie Le Douaran

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

image commentary

laurence

Publié le 14 septembre 2017

Bravo pour cette initiative l'article et plus globalement l'expérience est passionnante, j'habite à Toulouse, connaissez vus des initiatives de ce type dans ma ville continuez sur cette voie surtout! Clin d’œil complice

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.