Dis-moi pourquoi tu bosses

Aurélie, animatrice sociale : « On ne choisit pas le social par hasard »

Publié le 26 mai 2017

Aurélie Morvan est directrice d’un sémaphore à Quimper, un lieu d’accueil et d’animation destiné aux personnes handicapées autonomes. Tous les jours, elle prend le chemin du travail avec le sourire.

Cet après-midi, une petite dizaine d’adhérents se prépare à faire du char à voile. « J’aurais bien aimé y aller, avoue Aurélie. Mais Janick et Donovan sont disponibles pour les accompagner.» Aurélie Morvan, 29 ans, est responsable d’un Sémaphore, un lieu d’accueil et d’animation de jour pour les personnes handicapées ou fragilisées autonomes, à Quimper. Janick, la cinquantaine, est l’une des quatre stagiaires de la structure et Donovan est en service civique.

L’un des adhérents du Sémaphore ne se sent pas bien aujourd’hui, « J’ai mal à la tête » articule-t-il difficilement. Aurélie n’insiste pas et propose à un autre adhérent venu prendre un café de prendre sa place. Confus, il parle de sa journée d’hier, pense qu’on lui propose une activité pour la soirée. Patiemment, Aurélie lui réexplique : « Mais non, je te propose aujourd’hui, maintenant, d’aller faire du char à voile sur plage ». Elle mime l’activité simulant sa prise en main avec le vent qui l’entraîne. Au bout de quelques minutes, il accepte de se joindre au groupe.

char-a-voile

Mixer les âges et les parcours

Depuis sept mois, la jeune femme est salariée de l’association Epal, pour Évasion en Pays d’Accueil et de Loisirs. La structure est à l’origine de la création des Sémaphores, au nombre de quatre en Bretagne. Sa particularité : fonctionner avec une équipe composée d’un salarié, de stagiaires en formation sociale et d’un jeune en service civique.

« A ma connaissance, nous sommes la seule structure de ce type à fonctionner comme ça.  Il y a une grande mixité dans les âges avec des stagiaires de 45-50 ans en reconversion AES (Administration Economique et Sociale), qui ont de la bouteille, et des étudiants d’une vingtaine d’année. Ce sont comme mes collègues, ils participent à la vie du Sémaphore, animent ou encadrent des activités ». Cette diversité amène du dynamisme dans l‘équipe. Les stagiaires se relaient régulièrement, ce qui permet aussi aux adhérents de changer leurs habitudes, de ne pas toujours avoir les mêmes référents.

Semaphore

« Travailler dans le social, ça apprend à relativiser »

Lorsque qu’on interroge la jeune femme joviale et dynamique sur son parcours, les mots se bousculent. « Je voulais travailler avec des gens », commence-t-elle. « Ce travail m’apporte énormément. On est face à des personnes très courageuses, avec une force de vie, alors qu’elles ont traversé des étapes difficiles. Ça apprend à relativiser et à arrêter de s’écouter ! »

Elle cite un de ses professeurs qui a commencé l’année en leur disant : vous n’êtes pas là par hasard. « Ceux qui veulent travailler dans le social ont souvent vu ou vécu des choses qui les amènent vers ces carrières. Par contre, il ne faut pas  vouloir régler ses propres problèmes ! Il faut se réparer avant d’aider les autres », affirme-t-elle avec véhémence. Car le métier exige de la souplesse, de l’énergie et de savoir trouver la bonne attitude.

 Dans le milieu associatif, l’expérience compte plus que le diplôme.

Six ans après l’obtention de son DEME, Diplôme d’Etat de moniteur éducateur, elle a signé son premier CDI. Un « super poste de coordination », confie-t-elle. Où elle se sent valorisée. « Ce que je trouve bien dans le milieu associatif, c’est que les personnes ne sont pas recrutées en fonction de leur diplôme, c’est l’expérience et l’entretien, où on juge de tes capacités, qui sont les plus importants. » Elle apprécie notamment sa liberté d’action et la confiance qu’on lui apporte. « Nous sommes une structure de loisirs, où il y a une bonne ambiance. Les adhérents participent en donnant leur avis sur les activités, les menus. On est comme une grande famille. Quand on travaille dans ces conditions, on est content d’aller au travail tous les jours ».

Se former dans le social

Les formations dans le secteur social sont accessibles à partir du brevet : c’est le cas des DE (diplôme d’Etat), que l’on peut préparer en apprentissage. Selon les diplômes, ces formations durent de 1 à 3 ans. Ils peuvent aussi être obtenus par le biais de la VAE (validation des acquis de l’expérience). Après six ans d’expérience, Aurélie va faire une demande de VAE pour obtenir son DEES (Diplôme d’Etat d’éducateur spécialisé).

Image writer

Rédigé par

Emmanuelle Genoud

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.