Dis-moi pourquoi tu bosses

Expert-comptable : «Quel que soit son métier, on peut porter des valeurs de l’ESS»

Publié le 9 mai 2017

A 29 ans, Mathieu Castaings est expert-comptable. Il a co-fondé Finacoop, la 1ère Société Coopérative d’Intérêt Collectif (SCIC) d'expertise comptable française, dédiée à l’économie sociale et solidaire.

Diplômé en 2015, Mathieu suit un parcours classique pour exercer cette profession réglementée. Après avoir validé son DCG (diplôme de comptabilité et de gestion) à l’Université de Bayonne, il poursuit avec le DSCG à l’IAE de Toulouse« C’est un métier qui ne connaît pas le chômage et qui nécessite des compétences pointues et très polyvalentes », précise Mathieu. En parallèle de ses études, le jeune homme, sensibilisé aux initiatives alternatives multiplie stages, expériences bénévoles, et voyages pour mieux appréhender associations et coopératives dans des secteurs comme le commerce équitable ou la finance participative et solidaire. « J’ai toujours eu un intérêt pour les questions environnementales et sociétales. Après une expérience dans un cabinet d’expertise comptable dédié aux organismes sans but lucratif (fondations, associations, partis politiques) mais très éloigné des valeurs de l’économie sociale et solidaire (ESS), j’ai décidé de créer une SCIC dédiée aux structures de l’ESS. Je suis convaincu que quel que soit son métier, on peut être porteur de ces valeurs ».

« De moins en moins comptable, de plus en plus expert »

mathieu2

Après une année de contentieux juridique avec l’Ordre des Experts-Comptables, Finacoop voit le jour en mars 2016. Actuellement le seul expert-comptable de la structure, Mathieu aspire à faire évoluer ce métier. «Traditionnellement, le métier d’expert-comptable est d’établir des comptes d’entreprise et de vérifier qu’ils sont en accord avec la loi. Notre enjeu, c’est de multiplier les compétences, au-delà de la saisie de ligne de comptes. De repenser le métier à l’heure de la transition numérique pour évoluer vers la formation, le contrôle de gestion ou la recherche de financement ! Chez Finacoop, près de 35 % de notre temps est consacré au conseil, contre moins de 10% dans les cabinets traditionnels. Nous développons une réelle expertise sur les spécificités des structures de l’ESS : connaissances des acteurs de l’accompagnement, du financement, de la loi ESS de 2014… ».

Ce n’est pas incompatible d’agir pour son bonheur et celui des autres.

Aujourd’hui, les clients de Finacoop sont des acteurs issus de secteurs ayant fait leur preuve (alimentation bio, insertion par l’activité économique) ou émergents comme les Civic Tech, l’économie circulaire ou les coopératives d’activités et d’emplois. Finacoop pratique un taux horaire unique de 70 €/HT contre des tarifs frôlant davantage les 200 € pour les experts-comptables exerçant en libéral. « Ce n’est pas incompatible d’agir pour son bonheur et celui des autres. Je me suis posé la question de savoir combien j’avais besoin pour vivre. Pour moi s’enrichir n’est pas la finalité et on peut vivre bien en ayant une vraie utilité dans son métier ! »

Expert-comptable, un métier porteur

« Notre structure est un OVNI dans la profession des experts-comptables. Nous voulions proposer une expertise comptable et de conseil pour encourager et accompagner les acteurs de la transformation sociale dotée d’une gouvernance démocratique, explique Mathieu. Nous sommes 100% numérique et nous mettons également en Creative Commons tous les documents (statuts, notes, …) que nous produisons via boite à outils et blog. En six mois, nous avons embauché huit personnes issues de différents métiers du conseil (RH, communication, juriste, etc.), mais nous aurions du travail pour 30 personnes ! »
Leur ambition d’ici 5 ans ? Accompagner le changement d’échelle de l’ESS en créant des antennes à taille humaine dans plusieurs régions. A vos CV, Finacoop recherche les experts-comptables de demain !

Notre structure est un OVNI dans la profession des experts-comptables.

Image writer

Rédigé par

Déborah Antoinat

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

FRICOTTEAUX Gérard

Publié le 20 mai 2017

Bravo pour votre initiative originale et hors marchè .il faut du courage pour sortir des sentiers battus . Bonne aventure

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.