Agir au quotidien

Adoptez une voiture ! Ces coopératives qui mutualisent les véhicules

Publié le 3 mars 2017

Une coopérative, ça sert à tout, même à partir en escapade ou faire des courses! Partout dans l'Hexagone, des structures d'auto-partage de l'économie sociale et solidaire mettent la voiture à portée de tous, en mode collectif.

Séverine passe son badge sur le pare-brise, la voiture partagée qu’elle a utilisée ce matin-là se verrouille. Sa location est terminée. “C’est une grande liberté de ne pas avoir de voiture personnelle !”, s’enthousiasme cette Toulousaine de 42 ans. Elle utilise les voitures en auto-partage depuis 2008. Par conviction et parce que ce service était porté par une association, transformée par la suite en Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). “Je n’aurais pas pris d’abonnement au service Autolib de Bolloré (le service d’auto-partage mis en place à Paris), admet-elle. Pour moi, partager la voiture, c’est un projet politique, social, environnemental. Je ne voulais pas être une simple usagère. Je voulais pouvoir contribuer, orienter, participer.” Elle a donc pris des parts dans la SCIC Citiz Toulouse, ce qui lui ouvre un droit de vote aux assemblées générales.

Plus rentables… et plus adaptables

Le service parisien a eu le mérite de démocratiser l’auto-partage, mais il ne repose pas du tout sur les mêmes valeurs que les sociétés coopératives de Toulouse, Strasbourg, Bordeaux ou ailleurs, regroupées dans le réseau Citiz. “Les petites coopératives coûtent moins cher et sont plus performantes”, abonde Jean-François Virot-Daub, directeur adjoint de Citiz Alsace.

Alors que le modèle parisien est en déficit, malgré des millions d’euros de subventions publiques, le service strasbourgeois est à l’équilibre depuis 7 ans, tout comme ses homologues de Marseille ou Bordeaux. Après une croissance à deux chiffres ces dernières années, la coopérative toulousaine a investi dans de nouvelles voitures et un service plus souple : il est désormais possible d’emprunter et de redéposer les voitures à n’importe quel endroit de la ville, plutôt que dans des emplacements prédéfinis.

L’ESS et les voitures, c’est une longue histoire ! Say Yess vous emmène dans un garage automobile qui accélère l’insertion, vous raconte comment des jeunes peuvent emprunter un véhicule pour chercher un boulot et vous explique même que le permis de conduire se conjugue de façon solidaire. Bonne route !

La location de véhicules est aujourd’hui un domaine très concurrentiel où les acteurs sont nombreux. Particuliers, constructeurs et loueurs traditionnels se partagent le marché, avec des objectifs avant tout financiers. “Les coopératives replacent l’humain au centre de la réflexion”, analyse Céline Soulié, directrice générale de Citiz Toulouse. Sa SCIC ainsi que celle de Strasbourg ont par exemple fait le choix de proposer des véhicules adaptés aux personnes à mobilité réduite. Des voitures plus difficiles à rentabiliser, mais qui offrent une liberté nouvelle aux personnes handicapées.

Des véhicules partout, même s’ils sont moins rentables

De même, quand Citiz Alsace implante des voitures dans des villes moyennes alsaciennes, ce n’est pas la rentabilité qui est recherchée mais le développement du territoire. “Les voitures du centre, rentables, contribuent à financer des voitures moins utilisées en périphérie. C’est un modèle qui a un rôle social, d’aménagement du territoire”, précise Jean-François Virot-Daub.

Les voitures du centre, rentables, contribuent à financer des voitures moins utilisées en périphérie. C’est un modèle qui a un rôle social

Autre avantage des SCIC : les mairies ou les sociétés de transport en commun font partie des décideurs, au même titre que les usagers ou les salariés. L’implantation des voitures en auto-partage vient donc compléter les réseaux de bus ou de tram. Les places de parking classiques peuvent aussi s’effacer au profit d’emplacements pour les véhicules partagés lorsqu’une ville imagine le réaménagement d’une place ou d’un quartier.

A terme, qui sait, la voiture de ville sera remplacée par un trio bien plus écolo : un forfait de transports en commun, un abonnement d’auto-partage… et un vélo !

Image writer

Rédigé par

Pierre Vincenot

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Des coopératives mutualisent les véhicules – La part du colibri

Publié le 20 mars 2017

[…] Lire l’article, chez Sayyess […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.