Dis-moi pourquoi tu bosses

Taxi sociétaire : « Un bon compromis entre l’indépendance et la sécurité »

Publié le 5 décembre 2016

A 29 ans, Emilien est taxi parisien depuis 3 ans. Il a rejoint Alpha Taxis/Gescop qui regroupe 1.200 chauffeurs de taxi associés. Un modèle d’entreprise sociale et solidaire atypique dans ce secteur dominé par le travail indépendant.

Rien ne prédestinait Emilien à devenir taxi. Alors qu’il suit des études d’histoire et qu’il aspire à devenir professeur, il travaille en parallèle dans le secteur de la vente. C’est à ce moment là qu’il quitte le domicile familial, s’installe puis arrête ses études. A côté de chez lui, se trouve un garage de taxi, il se décide un jour à pousser la porte.  « J’avais envie de changement, je pensais y trouver ma place car j’ai le sens du service ! », raconte le jeune homme.

Diplôme indispensable pour exercer la profession, il suit une formation pour valider son CCPCT, le Certificat de Capacité Professionnelle du Conducteur de Taxi à l’école de taxi FPTP dans le 15e arrondissement de Paris. « La formation fut un peu longue et compliqué, il y a 3 examens théoriques et un pratique », précise Emilien.

A 26 ans, son diplôme en poche, il effectue ses premières courses en faisant de la location, un des statuts qui permet de travailler en tant que taxi. « Cela a duré un an et ce fut très difficile mais il fallait passer par là pour apprendre le métier. Très vite, je me suis dit qu’il fallait mieux investir ! J’ai alors entendu parler de Gescop [regroupement de trois sociétés coopératives de taxis] qui bénéficie d’une très bonne réputation ». Après avoir discuté avec des sociétaires et après avoir comparé les alternatives comme l’achat d’une licence pour devenir artisan taxi ; Emilien se lance dans la coopérative, moins risquée et moins coûteuse selon lui.

L’achat de parts Gescop : un accompagnement et un réseau

Il investit alors 90.000 euros pour rejoindre Gescop qui regroupe 1.200 chauffeurs de taxi associés au sein des trois scop (Barco, Gat et Taxicop). «  Un bon compromis entre l’indépendance et la sécurité. On ne se sent pas seul. On peut se rendre au siège pour gérer la partie administrative (comptabilité, assurance) ou pour trouver des réponses à nos questions. Et l’autre avantage : je suis affilié à la sécurité sociale et je bénéficie une mutuelle solidaire interne. C’est un aspect qui a joué dans 70 % de ma décision d’intégrer la coopérative », souligne Emilien. Les autres atouts : les bénéfices générés par la coopérative et ses filiales sont répartis égalitairement entre tous les chauffeurs de taxis « sociétaires-coopérateurs ».

Être sociétaire au sein d’une coopérative donne aussi accès à la participation aux prises de décision et permet aux taxis de voter en assemblée générale selon le principe « 1 homme = 1 voix », et d’élire leurs représentants au conseil d’administration pour participer à un projet collectif. « On se réunit une fois par an. On peut prendre la parole et on est pris en considération. C’est très intéressant. Aujourd’hui, je suis jeune mais j’aimerai pouvoir m’investir plus activement et peut-être devenir administrateur un jour ».

Avec ses 11 heures d’amplitude horaire maximum dans la journée, Emilien accorde une grande importance à fidéliser ses clients. «  Ce sont les clients qui nous choisissent pas l’inverse ! », estime le jeune taxi. Pour se lancer dans ce métier ? Pour Emilien, il suffit « d’avoir le sens du service, être curieux et avoir de l’empathie pour les gens. Ce métier vous le rend bien, sur le plan financier et sur le plan personnel. Être taxi permet de rencontrer un vaste panel de la société ! » Et il l’atteste : Taxi est un beau métier.

 

Image writer

Rédigé par

Déborah Antoinat

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.