Dis-moi pourquoi tu bosses

Responsable d’épicerie solidaire : un métier d’accueil, au-delà de l’aide alimentaire

Publié le 24 octobre 2016

A 30 ans, Marie est à la tête de l'épicerie solidaire Sol'Epi de Chevilly-Larue (Val de Marne). Une boutique qu'elle veut comme les autres, sans connotation négative et où l'écoute et le dialogue permettent aux bénéficiaires de rebondir.

C’est en 2009 que l’épicerie solidaire Sol’Epi ouvre ses portes : une boutique d’apparence classique comme d’autres en ville, avec 80 mètres carrés de rayonnage, sur lesquels sont soigneusement rangés toutes sortes de produits : de la farine aux fruits et légumes, en passant par les boîtes de conserves ou les biscuits. Une cuisine, un espace atelier et des bureaux complètent ce spacieux local de 200 mètres carrés au total.

Pas une « épicerie du pauvre »

« Nous sommes aussi grand voire plus qu’une épicerie de quartier et nous proposons tous les articles que l’on trouve dans un commerce d’alimentation générale. Ici pas de produits périmés ou courts en date et un vrai choix, pas question d’être l’épicerie du pauvre ! » s’exclame la jeune femme.

marie_b-okLes bénéficiaires qui sont envoyés par les services sociaux font leurs courses selon leurs envies et passent en caisse comme dans n’importe quelle supérette. « La différence, c’est qu’ au moment de payer, ils ne règlent que 10% du prix réel. De quoi leur permettre de rembourser un prêt ou des impayés, payer leur loyer, etc« . Chaque mois, une cinquantaine de familles sont ainsi accueillies, pour une durée de trois mois environ.

En tant que responsable d’épicerie solidaire, Marie les accueille et leur présente longuement le concept de l’épicerie. « Cette première prise de contact avec les usagers me permet de tisser une relation de confiance, autour d’un café ou d’un thé. C’est aussi souvent l’occasion de dédramatiser l’accès à l’épicerie solidaire : montrer qu’un accident de vie, cela arrive, que nous ne sommes pas là pour juger, mais simplement donner un coup de pouce pour leur permettre de rebondir« .

Un métier polyvalent, enrichissant sur le plan humain

Si l’accueil constitue le cœur de sa mission, Marie se charge aussi de la gestion et de coordination du travail des équipes, en encadrant 25 bénévoles et deux salariés.  Sans oublier la gestion administrative et financière, « un aspect du métier moins passionnant certes mais stratégique pour l’épicerie, souligne Marie. Il faut parvenir à gérer au mieux les stocks, se fournir en denrées alimentaires au meilleur prix, … » Enfin, sa fonction comporte aussi une partie de relations publiques pour faire connaître la structure, l’association qui la porte et trouver des partenaires.

Des épiceries pas comme les autres… qui favorisent le lien social ou les circuits-courts. Retrouvez-les dans notre article ici.

« Aucune de mes journées ne se ressemble« ,  confie la jeune femme.  D’autant plus que l’épicerie veut aussi être un lieu de vie. Pour favoriser l’insertion sociale, des ateliers et des animations (cuisine ou socio-esthétique, informations sur le budget, …) sont régulièrement proposés.

« Et comme il s’agît d’une petite structure, il faut être polyvalent, réactif et savoir s’adapter pour mener à bien chaque projet« . Autres qualités requises : le sens de l’organisation, de l’écoute et faire preuve d’empathie tout en gardant une certaine distance. « Que ce soit avec les bénévoles ou le public que l’on accueille, le contact humain est une vraie richesse. Ce métier est l’occasion de faire de belles rencontres, conclue Marie. Après leur passage, certains usagers deviennent même bénévoles à l’épicerie ! »

Devenir responsable d'épicerie solidaire

Pas de diplôme en particulier même si les profils de travailleurs sociaux sont privilégiés. Auparavant, Marie était animatrice dans le réseau Andes et avait effectué un stage dans une épicerie solidaire pour valider son diplôme de travailler social. Pour plus d’infos, contactez l’Andes.

 

Image writer

Rédigé par

Céline Deval

3 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

CasoMa

Publié le 25 octobre 2016

OOOh pardon! je n'avais pas vu que les infos étaient dans l'introduction de l'article! merci!!!

image commentary

CasoMa

Publié le 25 octobre 2016

Bonjour Marie, Bonjour Sedraoui! Pouvez-vous me dire dans quel département est l'épicerie et comment s'appelle l'épicerie? Je souhaite pouvoir échanger avec Marie sur son parcours, Merci beaucoup, Belle journée!

image commentary

Sedraoui

Publié le 25 octobre 2016

Bonjour ,je confirme ce qu'elle dit marie,car sol épi s'aide beaucoup des gens vraiment car moi aussi j'avais un accès sa ma aidé doit niveau les cours ou bien pour le moral .effet on peut trouvé tous à sol épi le réconfort et puis l'aubaine très chaleureux svec tous les bénévolats et surtout les ateliers j'adore .donc merciii bcp pour tous ( tous l'équipe de sol épi )et je souhaite très bonne continuation .merciiii Marie en plus mes enfants elles vous adore .

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.