Agir au quotidien

Change le monde en bricolant

Publié le 31 août 2016

Tu t’es déjà senti particulièrement inutile de tes 10 doigts? Tu ne serais pas capable de fabriquer une simple table même si ta vie en dépendait ? Les fondateurs de la Brigade de Construction Collective, basée à Lyon, étaient dans la même situation. Plutôt que de se laisser abattre, ils ont créé une association mi-partage, mi bricolage, 100% récup. Prépare toi à regarder les palettes et les vieux pneus avec beaucoup d’affection.

Se réapproprier nos mains

Le premier objectif de la Bricc c’est de changer ce qui nous entoure en utilisant ce qui est disponible : nos mains, et des matières premières de récupération. On découvre le plaisir de fabriquer quelque chose, et on apprend les bons gestes en travaillant avec des artistes et artisans ravis de transmettre leur savoir-faire.

« A l’école, on ne nous apprend pas à utiliser nos mains. Ici, tu viens, tu apprends à faire un outil, à travailler le bois, le métal. Il suffit d’avoir des mains pour créer », explique Gilles Laroque, artiste fondeur en résidence à la Bricc. « Mais on a oublié comment faire », ajoute-t-il.

Se réapproprier les matériaux

La Bricc est issue d’un tissu associatif qui se développe depuis une dizaine d’années autour de l’économie sociale et solidaire dans l’éducation, l’alimentation, la gestion des déchets et la sensibilisation au développement durable. Pas de gâchis dans l’atelier, la Bricc utilise exclusivement des matériaux de récupération, et organise des tournées de récup en fonction des projets sur lesquels ils travaillent. Cette année, les bénévoles du festival Ça fait Zizir profitent des tournées de récup et de l’atelier pour monter toute la scénographie de leur événement.

bricc

« Les années précédentes, on faisait du bricolage : on travaillait avec nos outils, chez nous, ce n’était pas pratique et même dangereux. » explique Laurianne, bénévole sur le festival. « La Bricc nous a aidé pour la récup de peinture, de planche. On est encadrés, on a les bons outils, et la place pour travailler. Ça change tout. »

Se réapproprier le territoire

De la récupération à la construction, l’objectif des projets est d’impliquer les citoyens et de leur donner les moyens d’investir les espaces communs. Par exemple, dans le quartier de Saint-Priest Bel Air, la brigade a construit une aire de jeux parents-enfants en collaboration avec les parents et habitants de la conception à la réalisation.

Sur de plus gros projets de réaménagement du territoire, la Bricc s’associe volontiers avec d’autres associations et structures : « Dans le cadre d’une réponse à l’appel à projets Rhônalpin Ecocitoyen 2015, nous nous sommes associés avec le collectif Terrain d’entente porté par Cyrille Husson (pour la co-construction des espaces urbains) et l’Autofabrique (pour le volet formation) », explique Amaury, l’un des fondateurs de la Bricc.« Ce financement de la région nous a permis d’amorcer une dynamique d’expérimentation et d’affinage de nos méthodologies d’intervention. Nous avons conclu un partenariat concret avec le bailleur social Est Métropole Habitat ainsi qu’avec la collectivité. Et comme nous travaillons également avec d’autres bailleurs, notre approche les interpelle et les ouvre à de nouvelles méthodes d’intervention dans les quartiers. »

Les fondateurs placent l’intelligence collective et la collaboration avec les pouvoirs publics au coeur des missions de la Bricc : « Toutes les solutions existent déjà pour construire du local de manière intelligente. »

Comment ça marche ?

– Particuliers ou professionnels peuvent faire appel à la Bricc via leur page Facebook, pour proposer un projet.

– L’adhésion est de 25 euros par an pour les particuliers, 100 euros pour les structures.

– Pour travailler avec la Bricc, trois possibilités : venir réaliser son objet à la Bricc avec les matériaux et l’aide des Briccadiers ; proposer à la Bricc de venir organiser un atelier collectif, par exemple pour fabriquer des jardinières sans vis sur les balcons de son entreprise ; laisser la Bricc organiser un chantier pour les plus gros travaux.

Image writer

Rédigé par

Laure Jouteau

2 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

eyome

Publié le 10 août 2017

Bonjour, Super intéressant, connaissez-vous des initiatives équivalentes dans le Val de Marne ? Cordialement.

image commentary

Générations Solidaires Val-d'Oise

Publié le 31 août 2016

Belle initiative à reproduire. Dans le Val-d'Oise l'association GSVO 95 lance l'idée de la Repair Action après avoir introduit le Repair Café sur le territoire. La Repair Action correspond à votre initiative : apprendre au contact des artisans, professionnels des métiers de la réparation pour le réemploi.

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Culture

L’imagination fertile de nos campagnes

Festivals de musique, spectacles historiques, cafés culturels, cinémas itinérants… L'ESS dynamise la culture dans les territoires, sous l’impulsion d’habitants et d’artistes passionnés.

Rédigé par Pauline Bian-Gazeau En savoir plus

Tendances de l'emploi

Emploi : quand la motivation compte plus que les diplômes

Dans l’économie sociale et solidaire, les diplômes ne font pas (forcément) tout. Zoom sur quatre structures dans lesquelles le recrutement passe aussi par la confiance et la motivation.

Rédigé par Virginie De Gouveia En savoir plus

Social, solidaire, etc.

Où et comment s’informer sur l’économie sociale et solidaire ?

Il n’y a pas que Say Yess dans la vie !

Rédigé par Say Yess En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.