Agir au quotidien

Marine, pour une alimentation « respectueuse de la terre et des hommes »

Publié le 2 août 2016

D'abord engagée contre le gaspillage alimentaire et auprès des publics fragilisés au sein du mouvement Disco Soupe, Marine Lafon, 28 ans, se bat aujourd'hui pour la mise en valeur de l'agriculture durable.

Dans leur propriété italienne, en Ligurie, Marine Lafon et son mari Maxime font pousser des olives et fabriquent leur propre huile. « On a eu le coup de foudre pour cette terre abandonnée et on a décidé qu’elle serait le centre de notre boussole », explique la jeune femme. Boussole qui, le reste du temps, les mène à vélo à la rencontre d’acteurs de l’alimentation durable, car telle est la mission qu’ils se sont fixés dans le cadre d’Autonomia Project

L’alimentation, vecteur de lien social

Pourtant, il y a 10 ans, rien ne prédestinait cette jeune femme de 28 ans, diplômée de l’EM Lyon, à son parcours militant. « Bonne élève, j’ai traversé la classe prépa la tête dans le guidon. Mais en première année d’école, j’ai réalisé que je n’avais pas pris le temps de me demander où j’allais… » Dès lors, Marine décide de se faire l’architecte de son parcours. Elle consacre son projet de fin d’études à l’alimentation, au sein d’une maison d’alphabétisation pour femmes immigrées… Elle réalise, en y animant des ateliers de cuisine, à quel point la nourriture peut être vecteur de lien social. « Elle rapproche les gens qui n’ont pas les mots pour communiquer. C’est en cuisinant que les immigrés racontent leur culture », explique-t-elle.

C’est à cette période qu’elle rencontre les créateurs de Disco Soupe. Vous savez, ce mouvement qui consiste à récupérer les fruits et légumes invendus pour en faire des festins collectifs et lutter contre le gaspillage ? Elle y fait également la connaissance de Maxime, jeune ingénieur qui venait pour la première fois à une Disco Soupe, à la Goutte D’or. « Je suis tout de suite tombé amoureux. Marine ne dédie pas son énergie à l’argent mais à ce qui lui semble juste », dit-il.

Maxime

Ateliers dans les foyers et bocaux

De plus en plus impliquée, la jeune femme créé un sous-projet de Disco Soupe : Buena Disco Sociale Soupe. Ce programme d’ateliers récurrents, en partenariat avec des foyers d’accueil, vise à créer de la convivialité et à fournir une nourriture saine et gratuite à des publics fragiles.

Bien vite, une autre idée vient à Marine: « Je voulais que les gens soient bien nourris quotidiennement », et pas seulement lors des événements, dit-elle. Le moyen, c’est de mettre la nourriture en bocaux ! Sous la houlette du projet européen contre le gaspillage, Fusions, le projet Disco BôCô commence en 2014. En partenariat avec une résidence sociale de l’Armée du salut, les participants y cuisinent en musique des préparations à base de fruits et légumes invendus et les mettent en bocaux. Ils peuvent ainsi les consommer tout au long de la semaine ! Depuis, le projet a essaimé : Lyon, Nantes, Marseille, Tours…

Colette Rapp a beaucoup travaillé avec Marine, lors du montage de Disco Bôcô. A l’époque, elle-même lançait les confitures Re-Belle, cuisinées avec des fruits invendus : « Marine m’a fait évoluer. Elle est m’a aidée à tester des formats, des recettes. Elle est méticuleuse et a un vrai souci de sublimer la nourriture », dit-elle.

Attaquer le mal à la racine

Récemment, Marine a vécu un tournant dans sa vie. Elle quitte alors la vie parisienne pour aller à la rencontre de « ceux qui résistent à une production irrespectueuse de la terre et des hommes ». « Cela ne suffisait plus à Marine de travailler à partir des invendus, car s’il y a tant de gaspillage, c’est que notre système à un problème. Elle voulait aller à la source pour y remédier ! Elle a un idéal très élevé et se donne les moyens d’aller le chercher », explique Colette.

Passionnée par les semences paysannes et les techniques de culture responsables, la jeune femme veut mettre en pratique ce qu’elle a appris, « être dans le faire », et lance avec Maxime un projet de voyage sur la thématique de l’alimentation durable. Autonomia Project est né.

Marine Lafon et Maxime

Mais heureusement, les projets qu’elle a lancés existent toujours. « Elle tient à terminer ce qu’elle commence », affirme Maxime. Disco Soupe est en effet un mouvement Open Source qui permet de reproduire des projets existants. Ici, par exemple, la boîte à outils pour organiser son propre Disco BôCo.

Et la suite ? Marine et Maxime comptent continuer de voyager et de construire une existence en accord avec leurs valeurs. Idées d’écriture, projets de vidéo… L’idée est de « transmettre ». « On veut raconter ces histoires de vie et les savoir-faire que nous découvrons et qu’il faut se réapproprier. Il faut que les gens sachent qu’il existe des alternatives au système qui domine aujourd’hui », dit Marine.
En surfant sur leur site, on peut d’ores et déjà partir à la rencontre de Fabrizio, producteur de pommes de terres, bénéficier des conseils de Paolo pour bien choisir son huile d’olive ou en savoir plus sur les semences médicinales avec Stefania et Nicolas. Bon voyage !

Image writer

Rédigé par

Anaëlle Guisset

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.