Projets inspirants, créateurs inspirés

The Inspector Cluzo : l’autonomie music’alimentaire

Publié le 1 juillet 2016

Lorsqu’ils ne sont pas en tournée au Japon ou en Colombie, les rockers de The Inspecteur Cluzo élèvent des oies dans le sud-ouest, auto-produisant leur musique autant que leur nourriture. Laurent Lacrouts, le guitariste chevelu du duo, a répondu aux questions de Say Yess.

Allô, je vous dérange ? Vous devez être en pleine promo à Paris.

Non, j’étais en train de transporter des tuyaux d’irrigation pour les installer dans le maïs.

Qu’est-ce qui est venu en premier : l’auto-production de la musique ou l’autonomie agricole ?

On a commencé par la musique. On fait tout nous-même : le label, le management, l’organisation des tournées, le merchandising… C’est du 360°, classique à un niveau amateur mais très rare au niveau international. On a décidé de ne pas accepter les propositions de majors et de surenchérir sur le côté autonome. C’est pour ça qu’on a mis du temps à pénétrer le modèle français. Mais au Japon, par exemple, on a marché directement parce qu’il n’y a pas d’étiquette : que tu viennes d’Universal ou du fin fond de ta campagne, c’est ta musique qui compte.

L’idée de devenir agriculteurs est venue après ?

Avec Mathieu (Jourdain, le batteur à béret), on s’est rencontrés en classe prépa scientifique il y a 21 ans, à Mont-de-Marsan. Depuis on a un peu dévié ! Dès qu’il y a eu internet à la campagne, on s’est dit : « On rentre chez nous, dans les Landes, là-bas aussi on sera connectés. »

On a un héritage, nos grands-parents étaient agriculteurs. Avec notre ferme, on veut contribuer à un autre modèle que celui de l’agro-industrie, qui fait n’importe quoi. On a décidé d’être autonome alimentairement parlant pour être complètement libres. On n’achète que le pain et le vin donc on économise, et ça contribue à notre autonomie musicale.

Aller à la campagne pour trouver l’inspiration, je comprends. Mais pourquoi devenir agriculteurs, avec toutes les contraintes que ça comporte ?

Déjà, il y a la distance sociologique, philosophique, intellectuelle… On est coupés de la ville et c’est pour ça aussi que notre musique est hors format.

Ensuite, pour nous, il n’y a pas de campagne sans agriculteurs. On organise des plumaires, par exemple : les gens de tous horizons viennent plumer les oies, nos copains qui sont rugbymen professionnels et des voisins de 90 ans. C’est extrêmement festif.

Et artistiquement ça nous nourrit. Pendant les 3 mois de gros travaux agricoles, on ne touche pas les instrus, mais on sait qu’on est en train d’écrire des chansons. Et après je peux te dire que ça sort !

Souvent, le soir, je joue de la guitare sur le perron. On est dans la tradition du blues, né de la pénibilité du travail des Africains esclaves dans les champs. Il y a un transfert d’énergie de la terre à la musique, et c’est un scientifique qui te dit ça.

TheInspectorCluzo

Donc vous êtes à la fois dans l’ultra local et le très global ?

On a eu la chance de visiter 47 pays. Le fait d’appartenir à un territoire, à une culture particulière, nous donne un passeport pour comprendre la diversité des autres.

Cette énergie de la tierra madre, la terre nourricière, les Sud-Américains et les Japonais y sont particulièrement connectés. C’est une des raisons pour lesquelles on marche si bien là-bas. Et puis on est de la région des mousquetaires, il y a cet esprit de combat positif, comme les samouraïs ou les gauchos argentins.

Vous jouez aux Eurockéennes de Belfort début juillet. Est-ce que vous choisissez vos festivals ?

Oui, déjà on respecte les calendriers agricoles : on a refusé 20 dates en novembre-décembre parce que c’est la période de gavage. Et puis les Eurocks ou les Vieilles Charrues sont parmi les rares gros festivals indépendants, qui ne profitent pas à des tourneurs professionnels. C’est une association qui régit le truc, l’argent provient de la billetterie, c’est clean.

Un message pour les lecteurs de Say Yess ?

On est très peu moralistes, ce n’est pas dans mentalité locale. La seule chose : ne pas se laisser se décourager par les murs. Il faut essayer de réaliser ses rêves ; s’ils sont structurés et réfléchis, c’est possible. Hier, des éducateurs sont venus avec des enfants déscolarisés, pour leur montrer que s’ils s’instruisent, à leur façon, ils peuvent réussir un projet fort. Je trouve la France dure avec les jeunes, j’ai envie de dire : « Arrêtez de les brider, foutez leur la paix. »

Après plus de 800 dates dans 47 pays, The Inspector Cluzo sera en concert aux Eurockéennes de Belfort le samedi 2 juillet à 19h15, sur la scène La Plage.

 Le documentaire, Rockfarmers :

Image writer

Rédigé par

Hélène Seingier

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Culture

Bronzez solidaire !

Une petite sélection de livres dévorés par la rédac de Say Yess, à glisser dans ses valises...

Rédigé par Say Yess
le 19 juillet 2018 En savoir plus

Citoyenneté

Sexualité : et si on en parlait vraiment ?

Venus de Suisse, des « cafés sexo » naissent timidement en France. Une occasion de libérer la parole autour d’un sujet encore tabou.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 17 juillet 2018 En savoir plus

Planète

Trouver un hébergement responsable pour les vacances, c’est possible !

L’offre de logements et de solutions éco-responsables pour le tourisme est encore limitée, mais se développe. Say Yess vous donne des pistes pour réserver vos vacances.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 12 juillet 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.