Solidarités

Accessibilité : ces festivals qui donnent le « la »

Publié le 22 juin 2016

Ca bouge du côté des mélomanes! Les festivals de l’été multiplient les efforts pour que les personnes malentendantes, malvoyantes ou à mobilité réduite puissent profiter au mieux de la fête. Tour d’horizon.

« Aux Eurockéennes, on se sent privilégiés, ça fait plaisir ! », assure Amélie Laguzet, qui se déplace en fauteuil roulant. A première vue, pourtant, le festival de Belfort et bien d’autres relèvent plutôt du cauchemar pour les personnes handicapées : une vaste prairie avec creux et bosses, des festivaliers debout qui cachent la scène aux personnes en fauteuil, sans compter le brouhaha qui brouille les sons pour les malentendants et la foule qui rend tout déplacement impossible pour les malvoyants.

Pourtant, pour les membres de l’Association des Paralysés de France (APF) locale, « les Eurocks sont LE rendez-vous de l’année », dixit Amélie. Le festival a été le premier à signer une charte d’accessibilité avec le gouvernement, en 2013. Pour l’édition de cette année, du 1er au 3 juillet, 500 à 600 personnes en situation de handicap devraient faire partie des mélomanes.

festival2Photo : Laika Moussa

Podiums surélevés et boucles magnétiques

Au fil des années, tout comme Rock-en-Seine, les Vieilles Charrues ou le Festival Interceltique, les Eurockéennes ont multiplié les aménagements : un parking réservé aux personnes handicapées, des caillebotis pour rouler sans s’enliser, des toilettes adaptées aux fauteuils, une armée de bénévoles pour aider au déplacement… Et surtout, façon VIP, des plateformes surélevées, avec vue imprenable sur Ben Harper ou sur Christine and the Queens.

Un parcours en braille aide aussi les malvoyant.e.s à s’y retrouver tandis qu’une « boucle magnétique » permet aux malentendant.e.s de brancher leurs appareils auditifs directement à la sono, en neutralisant les bruits ambiants.

« Des joëlettes, des fauteuils tout terrain, permettent d’aller au coeur de la foule. Et nous inaugurons cette année un espace « All Access » pour faciliter les échanges entre tous les festivaliers », précise Manon Vautheny, coordinatrice du projet pour le festival.

Dans ce vaste lieu, où les personnes handicapées peuvent piquer un somme ou recharger leur fauteuil électrique, les festivaliers pourront par exemple commander leur verre en langue des signes ou écouter une émission de radio animée par des personnes autistes.

De plus en plus de festivals se mettent au diapason

A Jazz in Marciac, c’est l’association Synergie Passion qui assure l’accueil de dizaines de personnes handicapées chaque année. Du côté de Laval, l’association QuestHandi apporte son expertise du sujet à plus de 20 festivals par an, dans toute la France. Elle loue notamment du matériel, comme un véhicule adapté aux festivaliers en fauteuil et des colonnes vibrantes pour sentir la musique au creux de la main. « Nous proposons aussi des casques, un peu comme des audio-guides de musée, pour l’audio-description des concert aux malvoyant.e.s. Nos bénévoles sont formés pour raconter le jeu de lumières, les entrées des artistes ou les interactions entre les musiciens », précise Matthieu Legeay, trésorier.

Tous ces efforts ont un coût. « Autour de 10.000 euros pour environ 200 festivaliers en situation de handicap, estime Pierrick  Vially, de PickUp Production, qui organise le festival Hip OPSession dans la région de Nantes. Ce sont des fondations qui nous permettent de le financer. »

festival3

La référence ultime, pour tous ces festivals engagés, se déroule en Mayenne début juillet. Sur le festival Au foin de la rue, un livret « en français facile » s’adresse par exemple aux personnes atteintes de troubles mentaux. Et, depuis 2012, des artistes pas comme les autres montent sur scène : « chant-signeurs », ils interprètent et chorégraphient les chansons en langue des signes.

Cette année, Say Yess est partenaire des Eurockéennes de Belfort. Pendant tout le week-end de l’évènement, nous vous ferons découvrir des initiatives solidaires du festival.

Image writer

Rédigé par

Hélène Seingier

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

image commentary

la patte folle masquée

Publié le 09 août 2016

perso j ai déjà fait à plusieurs reprises les eurocks: je ne suis pas en fauteuil mais en cannes et j ai franchement apprécié l'accueil qui nous ai réservé. Je pense faire bientôt un article dessus sur mon blog!

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.