Dis-moi pourquoi tu bosses

Juriste, Djibril informe les consommateurs

Publié le 20 juin 2016

A 26 ans, le jeune homme, salarié d'une association, accompagne ceux qui s’interrogent sur leurs droits.

Djibril circule sur toute l’Ile-de-France. On le retrouve parfois dans le 18ème arrondissement parisien, parfois en Seine-Saint-Denis, dans des maisons de justice ou des points d’accès au droit. Ce jeune juriste travaille pour l’association Leo Lagrange pour la défense des consommateurs.

Son rôle ? Nous aider à mieux comprendre le droit et à mieux faire respecter nos droits. Notamment face aux opérateurs téléphoniques ou aux banques, pour les crédits immobiliers. « J’accompagne notamment les consommateurs dans la résolution à l’amiable des litiges qui les opposent aux professionnels ou les personnes en situation de surendettement », explique Djibril.  » En effet, certains consommateurs n’ont pas toujours conscience de leurs droits. Je leur donne des clés pour trouver une issue ».

« Je me soucie des autres »

C’est là qu’intervient l’association, en accompagnant la personne dans la recherche d’informations, pour faire valoir, si besoin, ses droits ou l’orienter vers la justice quand cela est nécessaire. Une fonction à l’écoute et au service de ses concitoyens, qui satisfait pleinement Djibril : « Je me soucie des autres. Pour moi, l’entraide et la solidarité sont des valeurs essentielles, et on les retrouve dans mes missions ». 

Au-delà des permanences physiques ou téléphoniques, Djibril participe également à la mission d’information de l’association, en alimentant le site Internet et en participant à la rédaction de guides pratiques pour les consommateurs. « C’est enrichissant d’avoir plusieurs missions », souligne ce jeune diplômé d’un Master 2 en droit privé.

« On fait confiance à la jeunesse »

En 2014, il a effectué un premier stage pendant l’été, au sein de la structure. Avant d’y retourner en mai 2015, dans le cadre de son stage de fin d’études, puis pour un CDD d’un an, depuis janvier dernier. « Dès les stages, j’avais des missions similaires à celles des juristes titulaires, se réjouit-il. Dans les associations, on fait confiance à la jeunesse ! »

Résultat : Djibril continue à apprendre, appuyé par ses collègues plus expérimentés. Et il se voit bien poursuivre sa mission au sein de cette association, et, plus tard, « prendre la relève et rendre ce qu’on m’a appris », en formant, à son tour, de jeunes diplômés.

Devenir juriste dans une association

Les juristes suivent, fort logiquement, une format en droit, généralement de niveau M2. De nombreuses associations, tant à l’échelon national que local, s’engagent pour informer les consommateurs. Retrouvez une liste ici.

Par ailleurs, d’autres types d’associations emploient des juristes, notamment pour un meilleur accès aux droits.

logo_phosphore-etudesDécouvrez plus d’informations sur le métier de juriste et les formations qui y mènent sur le site de Phosphore.

 

Image writer

Rédigé par

Oriane Raffin

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.