Etudes & formations

Recyclerie scolaire: « Ici, aider fait partie du cursus »

Publié le 8 avril 2016

Dans ce lycée parisien pas comme les autres, les jeunes réparent, recyclent, aident les autres… et se réconcilient avec l’école.

« Benoit, ça dépasse ici, c’est grave ? » Penchée sur un établi, Maguirassy Diallo, 16 ans, retouche l’alignement de deux pièces de bois de récupération. « On est pressés, ce décor va être installé après-demain dans un parc », s’excuse la jeune fille de 16 ans, ses longues tresses en cascade sur son bleu de travail. Avant d’ajouter: « Je suis fière d’avoir fait une partie de ce chantier. Si on m’avait dit ça avant la rentrée, je ne l’aurais pas cru. »

Comme tous ses camarades du Pôle d’Innovation Lycéen (PIL), la jeune fille était en décrochage scolaire l’an dernier. Au PIL, elle suit des cours le matin et s’active dans la Recyclerie de l’établissement l’après-midi. « On remobilise les jeunes à travers des activités concrètes. En une année scolaire, on essaie de leur donner envie de se projeter, de construire leur orientation », explique Benoit Cornet, l’un des encadrants.

PIL2

Toutes les activités de la Recyclerie tournent autour du recyclage et de la revente solidaire: Robin et Hadrien ont appris à désosser ou rénover des ordinateurs, Madeline et Steven excellent dans la réparation de vélos, Léa sait retaper les fauteuils défraîchis tandis que d’autres donnent un coup de neuf aux aspirateurs et cafetières qu’apportent les habitants du voisinage.

La solidarité au programme (scolaire)

L’atelier n’échappe pas aux éclats de voie et aux bouderies – beaucoup de jeunes ont des comptes à régler l’autorité et les adultes. Mais la plupart reprennent confiance en eux. « Je ne compte pas aller vers un métier manuel mais ce lycée m’a donné la force de reprendre les cours. L’an prochain, j’aimerais faire une seconde professionnelle « gestion et administration »« , dit Maguirassy, les pieds dans la sciure.

Ce qui l’a motivée, en plus de l’implication particulière des professeurs du PIL, c’est que l’argent collecté à la Recyclerie finance des actions de solidarité internationale: en mai, grâce à la revente des objets rénovés, certains jeunes partiront rénover le mobilier d’un collège dans l’est du Maroc. « On se donne à 100% pour financer ce projet. On va rendre ces collégiens heureux en changeant leur matériel ! », se réjouit Maguirassy.

PIL3

Grâce à la réparation et la revente de bicyclettes à prix solidaire, les jeunes de l’atelier « ReCyclo » partent eux dans un village du Nicaragua, installer des panneaux solaires et des filtres à eau. « La citoyenneté et la solidarité sont rarement présentes à l’école. Ici, aider fait partie du cursus », souligne Nicolas Mulet, leur professeur.

Retrouver une orientation durable

Pour les lycéens ex-décrocheurs, le virage est parfois radical: en un an, 2/3 d’entre eux se trouvent une orientation. Morad s’est motivé pour une terminale STI (Sciences et techniques de l’ingénieur), Steven a opté pour une première ES, Aminata pour un service civique, tandis que Madeline, une ancienne de l’atelier vélo, s’est découvert une passion pour l’éolien et le photovoltaïque. « Dès le retour du Nicaragua, elle a envoyé une lettre de motivation pour un CFA sur les métiers de l’énergie », raconte son professeur.

Le virus solidaire touche durablement les élèves du PIL, souvent investis ensuite dans le social ou l’associatif. Un des anciens s’implique ainsi dans un foyer pour enfants autistes. Depuis, le lieu est équipé d’ordis à bas prix… de la Recyclerie.

Accès à la recyclerie

Pour déposer des objets usagés ou acheter des objets rénovés, la Recyclerie du PIL est ouverte du lundi au vendredi de 9h à 17h30 au 94 rue Barrault, dans le 13è arrondissement de Paris.

Image writer

Rédigé par

Hélène Seingier

3 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

image commentary

rémi

Publié le 09 avril 2016

Bravo à ce lycée !

image commentary

fred

Publié le 08 avril 2016

Très bonne initiative, attention cependant à l'utilisation de la meuleuse et autres machines-outil avec des cheveux longs et en bas nylon ! c'est dangereux!

image commentary

LeRoux

Publié le 08 avril 2016

Si c'est la jeune fille de la photo, ou d'ailleurs une autre "avec de longues tresses en cascade", je m'étonne d'une telle liberté. Non pas pour des questions religieuses mais pour des questions de sécurité. Ca parait un peu dangereux dès qu'il y a des outils autres que manuels.

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.