Dis-moi pourquoi tu bosses

Auxiliaire de puériculture en crèche asso et écolo : sensibiliser dès le berceau

Publié le 23 novembre 2015

Peggy Coton travaille en crèche depuis des années. Passée par des établissements "classiques", elle a porté, avec ses collègues, un projet écolo au sein de sa structure associative: Les Bébés Bilingues, à Lyon (7e). Pour contribuer à l’éducation des adultes de demain.

« J’ai toujours voulu faire ce métier », assure celle qui a commencé à l’exercer à 18 ans. Après un CAP Petite enfance et un BEP Carrières sanitaires et sociales, puis des premières expériences professionnelles en crèches parentales et municipales, Peggy Coton a rejoint la crèche associative des Bébés Bilingues en 1995, un an après son ouverture. Quelle différence avec les autres crèches ? « Nous avons beaucoup plus d’échanges avec les parents, membres de l’association. Ils participent activement aux activités de la crèche : un papa vient animer l’atelier bricolage, une maman se propose pour l’atelier musique, une autre donne une recette de son pays pour un atelier cuisine, etc. », détaille l’auxiliaire de puériculture. La crèche accueille des enfants de 0 à 4 ans, essentiellement de couples mixtes ou de parents qui envisagent de s’expatrier. La structure compte 14 salariés, dont 5 anglophones. « Chacun travaille dans sa langue », précise la francophone Peggy Coton.

Label Écolo-crèche©

Ce n’est qu’à la faveur d’un changement de direction et d’un déménagement, en 2010-2011, que le projet écolo porté par l’équipe a pu être mis en œuvre. « Nous souhaitions tous travailler dans un environnement plus sain, proposer une nourriture de meilleure qualité aux enfants, limiter le gaspillage et, pour ma part, mettre en application des valeurs que je défends dans ma vie quotidienne », souligne l’auxiliaire de puériculture. Et Peggy Coton de détailler tout ce qui se fait aujourd’hui au sein de la crèche : « On fabrique nos produits ménagers, notre pâte à modeler et la crème pour les changes des bébés (le liniment, ndlr), on cultive un potager avec les enfants, on travaille sur le goût et le toucher, on leur montre les légumes avant et après la cuisson, on propose des ateliers récup’… »

Première crèche lyonnaise à obtenir le label Écolo-crèche©, Les Bébés Bilingues sont passés au 100% bio pour la cantine : légumes frais, de saison (et donc bio) ont remplacé les produits surgelés souvent utilisés précédemment. D’après l’équipe, les enfants mangent mieux et prennent plus de plaisir à goûter les plats. Côté produits ménagers, la salariée apprécie de travailler avec des produits non toxiques, sans odeurs persistantes : « L’air est plus sain, plus agréable à respirer », assure-t-elle. La dimension éducative de ce projet écolo lui paraît importante car il s’agit de sensibiliser les enfants dès le plus jeune âge, de contribuer à éduquer les « adultes de demain ».

Autorité et créativité

Marie-Laure Saget, directrice de l’établissement depuis 2010, a accompagné la transition écolo portée par la base : « Nous sommes toujours en recherche de solutions. Nous menons actuellement une réflexion sur les couches et sommes en contact avec une personne qui en propose à base de manioc. Reste à voir la qualité du produit, son coût, etc. Les parents étrangers sont moteurs quant à cette dimension bio et écolo car la France est très en retard par rapport à ses voisins. »

Quelle que soit la structure choisie, être auxiliaire de puériculture demande de la patience, de l’empathie, de l’écoute mais aussi de l’autorité et de la créativité. Il faut aimer s’occuper des enfants, savoir conseiller les parents et garder une certaine distance émotionnelle.

Devenir auxiliaire de puériculture

Après un CAP Petite enfance, un BEP Carrières sanitaires et sociales, un Bac pro Accompagnement, soins et service à la personne (ASSP) ou Services aux personnes et aux territoires (SAPAT) ou encore un DE (diplôme d’État), l’auxiliaire de puériculture peut travailler en crèche, en centre PMI (Protection maternelle et infantile), en maternité et en centre hospitalier. En France, sur les 60.000 auxiliaires de puériculture, 99 % sont des femmes. En début de carrière, ils touchent un peu plus que le Smic mais leur salaire varie selon leur convention collective.

logo_phosphore-etudesEn savoir plus sur le métier d’auxiliaire de puériculture, le quotidien et les formations qui y mènent sur le site de notre partenaire, le magazine Phosphore.

uniformation Consultez la fiche métier et le témoignage de Virginie sur Uniformation pour découvrir le métier d’auxiliaire de petite enfance.

logo UDES  Consultez la fiche métier sur le portail de l’emploi dans l’ESS de l’UDES.

 

2 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Say Yess

Publié le 04 janvier 2018

Bonjour Marine, selon le site du CIDJ, 1 480 euros bruts par mois en début de carrière dans le public https://www.cidj.com/metiers/auxiliaire-de-puericulture

image commentary

Marine

Publié le 04 janvier 2018

Bonjour je voulais savoir combien est payer une auxilliaire en moyen

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.