Etudes & formations

Un chantier, un diplôme, un emploi

Publié le 30 octobre 2015

Fondée en 2001, Acta Vista propose des chantiers d’insertion et des chantiers école du patrimoine autour du bâti ancien, à Marseille et ses alentours. Une expérience rémunérée, un titre et un job. Notamment pour les jeunes.

Ecouter la radio peut parfois aider à trouver sa voie… Bill Plasse, 23 ans, en a fait l’expérience. Originaire de Castellane (Alpes-de-Haute-Provence) et titulaire d’un Bac Pro bûcheron-élagueur, le jeune homme n’a pas hésité lorsqu’il a entendu parler, sur les ondes, d’un recrutement d’un an pour un chantier école, avec un diplôme à la clé. « Il n’y avait pas de prérequis pour participer au chantier d’Acta Vista et me réorienter vers le bâtiment ne me gênait pas. Car, après avoir eu ma propre entreprise pendant un an et demi, j’ai dû la fermer à la suite d’un accident de la route et d’une longue convalescence. Et puis, le secteur recrute dans le coin. »

actavista3

Un chantier école du patrimoine mis en place par Acta Vista depuis quatre ans, en complément de ses chantiers d’insertion. « Le chantier école, c’est un contrat d’un an à temps plein, avec un diplôme de niveau 5 (CAP) à la clé. Il s’adresse à des personnes − plutôt des jeunes de 17 à 25 ans − qui ont un projet professionnel dans le bâtiment», détaille Vincent Nicollet, directeur général d’Acta Vista. La structure propose aussi un chantier d’insertion, pour un public plus éloigné de l’emploi, à raison de 26h/semaine, pendant six mois.

« Une vraie expérience »

actavista2Depuis février dernier, Bill Plasse participe donc à la restauration des Jardins de la Tour, à Castellane, dans le Verdon. Un site classé qu’il connaît depuis son enfance. Le chantier, qui prendra fin en février 2016, lui permettra de passer le titre de maçon du bâti ancien. Formé par un Compagnon du Devoir à la toiture, la charpente ou la maçonnerie, Bill a aussi fait un stage en métallerie dans le cadre du chantier. Une aubaine : « Je me suis rendu compte que la métallerie me convenait vraiment. Je passerai mon titre de maçon en janvier mais à l’issue du chantier, j’entrerai chez les Compagnons du Devoir, en métallerie-serrurerie. J’aime l’idée de savoir faire plusieurs choses », assure le jeune bûcheron-élagueur, bientôt maçon et métallier-serrurier.

Chaque année, Acta Vista forme près de 350 personnes sur ses chantiers (insertion et école du patrimoine). L’entreprise propose en moyenne quatre chantiers école du patrimoine par an, pour préparer les titres de maçon du bâti ancien, de couvreur-zingueur, de menuisier, de métallier ou d’agent d’entretien du bâtiment, selon les besoins du territoire. Parmi la quarantaine de personnes formées (8 à 10 par chantier), « 95% obtiennent leur titre et deux sur trois trouvent un emploi pérenne à l’issue du chantier », précise Anne Dussert, chef de projet, chargée de faire le lien avec les entreprises locales. Qui ajoute : « Le chantier école du patrimoine, c’est une vraie expérience pour les jeunes. Pendant un an, ils ont un emploi rémunéré, une formation et un diplôme au bout du compte. On intervient sur du patrimoine classé, des sites remarquables, ce qui les motive. On travaille avec eux sur les questions d’insertion, de savoir-être en entreprise, on les aide à rédiger leur CV, à se préparer aux entretiens d’embauche et on leur propose des périodes de stage avant le contrat de travail. »

Essaimer le concept

Si Acta Vista veille à l’intégration professionnelle de ses ouailles sur les territoires où elle s’implante (dans le Var, dans le Lubéron, en Corse ou bientôt à Cassis et Porquerolles), elle n’hésite pas à recruter directement ceux qui passent par ses chantiers, selon ses besoins. Comme Grigori Tumasyan, 33 ans, conducteur de travaux, passé par un chantier d’insertion. « Je suis arrivé d’Arménie avec un Bac+5 en économie et management, en 2008, mais je ne parlais pas français et mon diplôme n’était pas reconnu. Le chantier d’insertion m’a permis de me réorienter et j’ai été repéré par mon encadrant technique, qui m’a fait embaucher en tant que chef d’équipe. » Formé aux métiers du bâtiment, Grigori est par la suite devenu chef de chantier puis conducteur de travaux, en 2014. Forte de son expérience et de ses résultats, Acta Vista souhaite aujourd’hui essaimer son concept au niveau national.

Formations

Pour devenir métallier-serrurier, les formations vont du CAP au BTS : CAP outillage en moules métalliques, CAP serrurier-métallier, BP serrurerie-métallerie, Bac Pro fonderie, Bac Pro ouvrages du bâtiment, métallerie, Bac Pro technicien outilleur ou encore BTS construction métallique ou BTS fonderie.

Pour devenir couvreur-zingueur, on peut préparer un CAP en lycée professionnel ou en apprentissage : CAP couvreur, CAP étancheur du BTP et des TP, BP étanchéité du bâtiment et des TP ou encore BP de couvreur.

Pour devenir menuisier, les formations vont du CAP au BTS : CAP menuisier, fabricant de menuiserie, mobilier et agencement, CAP menuisier installateur, CAP charpentier bois, MC (mention complémentaire) parqueteur, BP menuisier, Bac Pro technicien menuisier-agenceur, technicien constructeur bois ou menuiserie aluminium verre ou encore BTS systèmes constructifs bois et habitat ou BTS développement et réalisation bois.


Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.