Tendances de l'emploi

Reconversion et finances: comment changer de job avec peu de moyens

Publié le 18 novembre 2015

Pas de bras, pas de chocolat. Pas de ronds, pas de reconversion...

Dans un monde parfait, vous pourriez vivre uniquement des légumes qui poussent sur votre balcon et d’eau fraîche qui coule du robinet. Mais dans le monde réel, vous avez un loyer, un prêt à rembourser, un chinchilla à nourrir et des factures à payer.

Alors, on serre les dents et on attend la retraite ? Pas besoin si vous suivez ces 3 étapes. Prenez le temps d’y voir clair pour financer votre reconversion.

1. Savoir où on en est 

Personne n’a envie d’écouter ce conseil, pourtant c’est le plus important : il faut commencer par faire un point sur ce dont vous avez vraiment besoin chaque mois. Faites un tableau et n’oubliez pas les dépenses qui tombent une fois par an : impôts locaux, régulation de charges, budget pour les cadeaux de Noël, assurances, etc.

Une fois qu’on a une image précise de ses besoins, les choses sont posées : peut-être que vous avez besoin de beaucoup moins que vous ne pensiez, peut-être que c’est pire que ce que vous imaginiez, dans tous les cas, vous pouvez faire un plan.

Pour vous inspirer d’un exemple concret, Damien du site pleindetrucs.fr explique en détail comment il a réussi à mettre de l’argent de côté pour financer sa nouvelle vie.

2. Faire un plan réaliste mais ne pas se limiter à l’argent

Un plan réaliste peut inclure plusieurs options : réduire certaines dépenses, passer par une période de chômage pendant les débuts de votre projet d’entreprise ou d’association, effectuer une formation, tester son activité en parallèle…

Pensez hors des cases. Comme le rappelle Lyvia Cairo du site jemecasse.fr « L’argent n’est qu’une ressource. Il y en a d’autres : nos proches, notre créativité, nos compétences que l’on peut solliciter également pour atteindre nos objectifs. Finalement avant de penser à l’argent comme seul recours, on peut se dire : de quoi j’ai besoin ? Puis : quels sont les différents moyens de l’obtenir ? Parfois un peu de créativité aide ! »

3. Avoir une dead line

Se reconvertir demande pas mal de patience : les choses prennent plus de temps que ce que l’on imagine, et ça peut devenir décourageant. C’est pour ça qu’il est important d’avoir un plan – qu’on peut adapter ensuite : à quelle date voulez-vous avoir quitté votre job ? Combien allez-vous économiser ?

Avoir une idée précise de ce qu’on veut permet aussi de se fixer des limites : Sébastien Tagliana avait décidé, après avoir quitté un poste de chef de projet, de vivre avec le minimum jusqu’à trouver une activité qui ait du sens pour lui. « J’ai commencé par travailler comme bénévole à la Gonette* [la future monnaie locale lyonnaise, ndlr]. Je m’étais promis de privilégier le temps que j’avais à donner plutôt que de mettre l’accent sur l’argent. Ma démarche a réussi puisque quelques mois plus tard, un poste s’est libéré et je suis devenu salarié en tant que coordinateur du projet. »

Tout pour lancer votre projet

EntreprendreESSEnvie de créer une association, une coopérative, une entreprise sociale? Retrouvez tous les conseils de Say Yess pour lancer votre activité, être accompagné ou encore financer votre projet sur notre page dédiée !

Image writer

Rédigé par

Laure Jouteau

2 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

FLORENT

Publié le 12 mai 2016

expérience très critiquable! Damien dis vouloir se défaire des choses matérielles pour vivre libre mais il fait en fait plein d'économie pour investir dans des activités qui asservissent les autres: il investi dans l'immobilier pour prendre l'argent de ses locataires (ce qu'il critique dans les premières lignes de son blog! un comble) et il écrit un bouquin pour aider les autres à faire comme lui. Il alimente en fait un monde capitaliste déshumanisé ou le partage d’expérience se paye. il s'appuie sur un mode de vie consumériste pour s’émanciper tout seul. belle leçon de capitalisme Mr Fauché!

image commentary

fabienne

Publié le 11 mai 2016

c'est bien joli mais pour quitter un emploi faut déjà en avoir un et qui en plus permette de mettre des sous de côté !!!!

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Solidarités

Tour du monde solidaire: 8 conseils pour bien se lancer

Année de césure, année sabbatique, congés… c’est décidé, vous bouclez vos valises et partez autour du monde. Voyage, mais aussi solidarité seront au programme. Conseils pour réussir son projet…

Rédigé par Oriane Raffin En savoir plus

Tendances de l'emploi

Reconversion et finances: comment changer de job avec peu de moyens

Pas de bras, pas de chocolat. Pas de ronds, pas de reconversion...

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Social, solidaire, etc.

Où et comment s’informer sur l’économie sociale et solidaire ?

Il n’y a pas que Say Yess dans la vie !

Rédigé par Say Yess En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.