Tendances de l'emploi

Se reconvertir dans l’associatif, comment l’expliquer aux sceptiques?

Publié le 9 septembre 2015

Les proches n’acceptent pas toujours immédiatement les changements de parcours… Nos conseils.

Ca y est, vous avez franchi le cap ? Pris la décision de changer de job et de secteur ? Ce n’est que le début de vos interrogations. Quand on quitte un job « stable » (si tant est que ce concept existe) et sécurisant, on appréhende souvent la réaction des proches. De l’admiration aveugle : « Tu es tellement courageux, je ne pourrais jamais faire ça » aux dubitatifs : « Mais pourquoi tu ne fais pas ça comme un hobby au lieu de quitter ton job ? », comment annoncer sa reconversion ?

 Je quitte un salaire dodu, que vont-ils penser ?

Si l’entourage ne nous soutient pas, ça peut rapidement devenir décourageant. Il vaut mieux s’appuyer sur ceux qui partagent vos valeurs et qui ne font pas de crise d’angoisse s’ils n’ont pas les six prochains mois de leur vie planifiés. Au début, n’hésitez pas à censurer : parlez-en seulement à ceux qui comprennent.

Vous hésitez encore à changer de travail ? Découvrez notre article « Un boulot qui a du sens, ça existe« , pour vous guider dans votre réflexion.

C’est ce qu’a fait Timothée Petitprez après son stage de fin d’école de commerce : « Quand j’ai quitté BNP Paribas, je savais que je voulais bosser dans un job qui relie associations et entreprises. Mais les postes que je visais étaient rares et demandaient de l’expérience. Comme mes parents sont très engagés, je savais qu’ils me soutiendraient dans ma démarche. J’en ai parlé avec eux et j’ai pris le risque de me lancer dans un service civique. Financièrement c’était compliqué de repartir avec 450 euros par mois après 5 ans d’études, mais ça a été un excellent choix. »

En effet, cette expérience lui a mis le pied à l’étrier pour la suite. « Ca m’a ouvert des portes, explique-t-il. J’ai compris le versant association, rencontré des gens et connu un formidable réseau. Il n’y a pas un jour où je n’avais pas envie d’aller au boulot en 2 ans et demi. » Après quelques mois, il a été recruté en CDI par l’association où il faisait son service, il travaille aujourd’hui pour l’institut Telemaque, une structure qui a pour objectif de promouvoir l’égalité des chances.

Tout pour lancer votre projet

EntreprendreESSEnvie de créer une association, une coopérative, une entreprise sociale? Retrouvez tous les conseils de Say Yess pour lancer votre activité, être accompagné ou encore financer votre projet sur notre page dédiée !

Gérer les plus frileux

Partons d’un principe simple : vos proches vous connaissent. Si vous végétez gentiment dans le fond d’un bureau en ville, alors que vous rêvez de monter une association d’initiation à la voile, ils le savent. Ce qu’ils ne réalisent peut-être pas, c’est que vous êtes passé du stade « rêve du dimanche soir » à celui de « je plaque tout à la fin du mois ».

Leur présenter votre projet et répondre à leurs questions est un excellent moyen de poser les choses. Si vous êtes sûr de vous et que vous savez pourquoi vous partez, ils n’auront pas de raison de douter.

Travailler dans une association, ça change quoi ? Témoignages par ici !

Giulia Merlin a fait des études de géographe. Après quelques années à exercer, elle a quitté l’Italie pour donner des cours de langue en France. Finalement, elle a postulé pour devenir associée d’un bar coopératif, le Court-Circuit.
« Quand je l’ai annoncé à mes parents, ils m’ont dit ‘Pourquoi avoir fait 5 ans d’études si c’est pour faire la serveuse ?’ Je leur ai expliqué ce que je cherchais : travailler différemment, dans une ambiance de coopération et de construction d’un projet commun. A force de leur en parler, ils ont vu à quel point ça me plaisait. Ils ont compris et aujourd’hui ils sont contents pour moi. »

L’occasion de faire des rencontres

Et si vous n’êtes pas sûr de trouver des soutiens autour de vous, cherchez ailleurs ! N’hésitez pas à rencontrer des associations, des épiceries solidaires et bars coopératifs près de chez vous et à poser des questions : vous y rencontrerez inévitablement des personnes qui seront en phase avec vos envies et pourront vous accompagner dans votre démarche.

Image writer

Rédigé par

Laure Jouteau

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Planète

Trouver un hébergement responsable pour les vacances, c’est possible !

L’offre de logements et de solutions éco-responsables pour le tourisme est encore limitée, mais se développe. Say Yess vous donne des pistes pour réserver vos vacances.

Rédigé par Marie Le Douaran
le 12 juillet 2018 En savoir plus

Citoyenneté

Et si on faisait la Vélorution cet été ?

Vous aimez voyager, sillonner la France mais vous souhaitez vous détacher de la posture du touriste lorsque vous débarquez dans une nouvelle région ? Voici quelques idées pour y parvenir.

Rédigé par Jérémy Pain
le 10 juillet 2018 En savoir plus

Culture

Frah, de Shaka Ponk : « Les gens étaient hyper-réceptifs, mais le sol était jonché de plastique ! »

The Freak est un nouveau collectif de personnalités qui s’engagent à appliquer des gestes quotidiens pour la planète. Explications avec Frah, le chanteur de Shaka Ponk.

Rédigé par Emmanuelle Genoud
le 2 juillet 2018 En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.