Solidarités

Au Pérou, pays des coopératives

Publié le 25 août 2015

L’économie sociale et solidaire est peu présente dans ce pays, où le gouvernement y est défavorable. Cependant, des initiatives existent…

Florine et Robin continuent leur tour du monde de l’économie sociale et solidaire (ESS). Actuellement en Amérique Latine, ils s’arrêtent au Pérou. Contrairement à l’Equateur, leur précédente destination, l’ESS est très éclaté dans le pays. Le gouvernement péruvien y est très défavorable.

On retrouve cependant une « économie solidaire », qui regroupe des coopératives et une partie de l’économie informelle.

Quelles sont les caractéristiques des coopératives ?

En Amérique du Sud, le coopératisme fait partie de la culture et des traditions. La « loi générale des coopératives » péruvienne fixe les grandes lignes : il s’agit d’une association de personnes qui s’associent pour satisfaire des besoins économiques, sociaux et culturels communs. La propriété de l’entreprise est commune et administrée démocratiquement.

D’où viennent les coopératives au Pérou ?

Elles sont apparues au milieu du 19ème siècle, encouragées par un régime légal favorable. A la fin du 20ème siècle, le pays traverse une grave crise économique, avec une forte inflation. L’économie solidaire fonctionne alors de manière informelle. Un marché libre est institué, l’individualisme monte, au détriment des coopératives.

Après un gros passage à vide, le coopératisme au Pérou est en reconstruction, avec 300 structures dans le pays actuellement. Elles regagnent la confiance des habitants.

Et concrètement ?

Florine et Robin ont rencontré les femmes de la coopérative Corry Llacta, qui produit de l’artisanat dans un petit village à deux heures de Lima. Elle occupe des personnes qui étaient sans emploi, leur permettant d’échanger un savoir-faire. Cependant, même si la coopérative vend sa production aux foires du village, les quantités écoulées ne permettent pas de vivre.

Qu’en est-il de l’économie sociale ?

Le concept est défendu par le GRESP (Groupe du Réseau de l’Économie Solidaire Péruvienne), une association à but non lucratif qui a pour mission de promouvoir et développer le mouvement péruvien de l’économie solidaire. Elle se bat notamment pour la reconnaissance juridique de l’économie solidaire, comme en Equateur.

Pour le moment, le mouvement est très dispersé. Mais Florine et Robin ont découvert quelques initiatives originales :

– La Junta : une pratique d’épargne communautaire informelle. Un groupe d’amis ou de membres d’une famille épargnent ensemble, et chacun en bénéficie à tour de rôle.

– Les Comedores : des cantines populaires mises en place par des femmes pour soutenir la population en cas de crise, notamment climatique.

Au Pérou, les pratiques solidaires sont encore très présentes dans les campagnes, où les paysans sont également sensibles à la question environnementale. Sur l’économie sociale, il y a presque tout à faire. Mais les campagnes pourraient donc insuffler le mouvement, en s’inspirant sur ce que les voisins Equateur et Brésil ont déjà mis en œuvre.

Image writer

Rédigé par

La redaction

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.