Planète

S’informer en vert

Publié le 8 juin 2015

L’environnement, l’écologie, le climat… ces thématiques qui intéressent de plus en plus de Français ne sont pas seulement abordées par les grands médias. Au contraire : on trouve sur le web des sources d’inspiration originales pour verdir son quotidien !

Chaque semaine, une liste d’idées pour changer son quotidien. C’est le pari d’Idécologie, une newsletter hebdomadaire lancée il y a un peu plus d’un an, en avril 2014, par Charlotte et Barbara, deux copines vivant à Sydney, en Australie. « Quand on se rencontrait, on s’échangeait toujours des bons tuyaux, des idées pour la planète. On s’est dit qu’on pourrait en faire profiter le plus grand nombre », explique Charlotte.

Les deux jeunes femmes ont notamment été inspirées par l’initiative de Béa Johnson, une Française installée aux Etats-Unis et qui vit en ne produisant aucun déchet. « On pensait qu’on faisait beaucoup et quand on a vu une vidéo sur son expérience, on a constaté qu’on pouvait faire beaucoup plus », se souvient Charlotte. Et leurs conseils permettent d’avancer chacun à son rythme.

Aujourd’hui, 6.500 abonnés reçoivent les bonnes idées des deux trentenaires : réduire ses déchets, changer son alimentation, faire évoluer les comportements… leurs propositions sont variées et surtout simples à mettre en œuvre. « Notre volonté est de parler d’écologie de manière plus fraîche et plus joyeuse que ce qu’on peut lire ailleurs, où beaucoup d’articles sont alarmistes. Avec Idécologie, nous voulions montrer qu’être écolo, ça pouvait être beau et rigolo ».

Charlotte et Barbara, toutes deux freelances (l’une designer, l’autre community manager) misent sur un site moderne et coloré, orné de petits pictogrammes minimalistes. Une dose de fraicheur tous les mardis matins.

« Les citoyens peuvent aussi s’impliquer au quotidien »

Natasha-echosvertsDepuis l’Allemagne, Natasha partage quant à elle les défis qu’elle se lance. Sur son blog les Echos Verts, chaque mois, elle tente de faire évoluer son comportement quotidien vers un plus grand respect de l’environnement. Alimentation vegan, réduction du plastique, ménage écolo… elle change progressivement ses habitudes, partageant découvertes, expériences et conseils sur le web.

Grenobloise d’origine, son intérêt pour l’environnement s’est fortement développé lors d’un échange sur l’ile de Vancouver, au Canada, où elle a passé deux ans, « en pleine forêt ». « J’ai alors réalisé que l’écologie ce n’était pas juste les grandes questions climatiques et les décisions politiques et que les citoyens peuvent aussi s’impliquer au quotidien », résume-t-elle.

Chaque Eco défi, c’est 30 jours, donc, pour changer, ensemble. Car les internautes y mettent aussi leur grain de sel. « Quand les lecteurs ont commencé à s’impliquer de plus en plus, ils ont partagé leurs envies », explique la jeune femme. Environ 600 à 700 personnes participent chaque mois aux défis, apportant également leurs trucs et leurs conseils, notamment sur un groupe Facebook dédié. Natasha quant à elle, publie sur les Echos Verts des interviews, des décryptages, des trucs et astuces liés à la thématique du mois. « 30 jours, c’est un bon délai pour enclencher un vrai changement », ajoute-t-elle.

Le plus simple, selon elle : commencer à bannir le plastique ou les sacs, faire attention aux matériaux qu’on utilise ou encore réduire ses déchets dans la salle de bain. Tout ce qui ne concerne que soi, en résumé. « Pour l’alimentation, devenir végétalien, ce n’est pas toujours évident socialement parlant. Ou alors, certains sont mal à l’aise à l’idée d’apporter leur filet à légumes chez un commerçant. C’est aussi à chacun de fixer sa zone de confort ». Quoiqu’il en soit, Natasha a fait évoluer son comportement progressivement et conserve tous les mois les bonnes habitudes prises. Avec peut-être quelques difficultés sur la réduction de la consommation du web !

« Un cercle positif »

Mr Mondialisation, lui, « sème des graines dans les esprits », qu’il espère bien voir pousser plus tard. Ce site, qui rassemble une forte communauté notamment sur Facebook, a été créé en 2004 par un jeune Belge. « J’ai toujours eu une sensibilité sur les questions environnementales. J’ai aussi été marqué par le 11 septembre et ses suites, comme tous ceux de ma génération. C’était une période presque apocalyptique, où on ne voyait pas forcément de solution, une ambiance lourde. J’avais besoin d’en parler, d’extérioriser, de chercher des solutions. »

MMMr Mondialisation, anonyme, se cache derrière un masque de Venise, symbole de mondialisation : les masques traditionnels sont progressivement remplacés par du « Made in China », alors que la ville coule progressivement…

Aujourd’hui trentenaire, il continue à faire vivre cette communauté et à partager de nombreux contenus sur l’environnement. Depuis mi-2014, il note « une tendance plus positive. Grâce au crowdfunding, des idées ou des projets sont lancés. J’ai l’impression que c’est un cercle positif. En montrant des exemples positifs, ça entraîne d’autres à passer à l’action ».

Avec plus de 550.000 fans sur Facebook, dans 180 pays, Mr Mondialisation est un véritable succès. « Je ne prétends pas changer le monde, mais à mon niveau, j’espère inspirer des personnes », explique le créateur du site. Initiatives originales, artistes engagés… Mr Mondialisation fait découvrir de multiples facettes de notre monde.

Image writer

Rédigé par

Oriane Raffin

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Planète

La consigne reprend du service !

Les initiatives se multiplient pour remettre au goût du jour la consigne des bouteilles en verre. Dans la mouvance « zéro déchet », le système permet de laver et de réutiliser les contenants que vous rapportez.

Rédigé par Marie Le Douaran En savoir plus

Conseils (de) pro

Comment se faire un réseau dans l’ESS?

Rien ne vaut le bouche à oreille! Dans l'économie sociale et solidaire, plus que dans un autre secteur, avoir des contacts qui vous informent, des personnes qui vous recommandent facilite grandement votre recherche de job ou de stage. Suivez donc nos conseils pour vous constituer un réseau.

Rédigé par Céline Deval En savoir plus

Social, solidaire, etc.

Où et comment s’informer sur l’économie sociale et solidaire ?

Il n’y a pas que Say Yess dans la vie !

Rédigé par Say Yess En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.