Projets inspirants, créateurs inspirés

Ecolos et solidaires : les champignons magiques d’UpCycle!

Publié le 11 juin 2015

Faire pousser des pleurotes dans sa cuisine en 15 jours seulement ? C'est la promesse de la boîte à champignons. Un concept original lancé par l'entreprise UpCycle. Celle-ci allie écologie, économie circulaire et solidaire. Visite guidée avec Grégoire Bleu, président d'UpCycle.

Visuel BAC 3Pour déguster des pleurotes, le consommateur n’a qu’un seul geste à faire : arroser régulièrement la boîte à champignons ! Grégoire Bleu est catégorique : « Même si vous n’avez pas la main verte, vous pouvez avoir 3 grappes de pleurotes d’ici 15 jours. Le résultat est garanti. »

Le secret de cette culture se trouve dans nos poubelles: du marc de café. Cédric Péchard, l’agro-économiste fondateur de la marque, a découvert cette technique en observant les ONG au Zimbabwe. Dans ce pays pauvre, les associations récupèrent les déchets de cultures pour faire pousser des champignons.

Valoriser la pause-café

Aujourd’hui, tous les cafés bus au ministère de la Défense, à l’Assemblée nationale, chez Carrefour ou JC Decaux servent à la culture de ces champignons. Pour récupérer le marc, UpCycle a des accords avec des sociétés (comme la Brûlerie Caron) qui gèrent les distributeurs de café en Ile-de-France. Pendant leurs tournées, les entreprises collectent aussi les déchets. L’activité ne génère donc pas plus de transport : un bon point pour l’environnement !

Qu’est-ce que l’économie circulaire ? Comment ça marche ? Notre infographie animée est ici.
Un coup de pousse pour des personnes en difficulté

(c) Magali Michel - 34Chaque semaine, entre 2 et 10 tonnes de marc de café sont récupérées. Les sacs arrivent à l’Atelier Sans Frontières, à Bonneuil-sur-Marne. Cette entreprise d’insertion accueille des personnes en difficulté pour les aider à retrouver un emploi. En moyenne, quatre à cinq salariés travaillent pour UpCycle. Ils trient les sacs de marc, puis ajoutent du bois et du mycélium (partie végétative du champignon). Mis dans des sacs en plastique, ce mélange devient du substrat et sert de base pour cultiver les pleurotes.

Pour Grégoire Bleu, donner une dimension solidaire au projet était une évidence. « Aujourd’hui, les villes produisent de l’exclusion, donc travailler avec une entreprise d’insertion, ça avait du sens pour nous. Cela ne nous empêche pas d’avoir des attentes de réussite très élevées pour notre culture, autour de 98% de réussite ».

Une ferme urbaine au coeur de Rungis

En plus des boîtes à champignons, l’entreprise fait pousser des pleurotes qu’elle vend aux restaurateurs. Pour cela, elle a aménagé à Bonneuil-sur-Marne des conteneurs de cargos. Les sacs de substrat y sont suspendus par centaine pendant 3 semaines environ, le temps pour le mycélium d’absorber tout le marc de café.

Panoramique Rungis

Direction ensuite le marché de Rungis, à 11 kilomètres. C’est là que s’approvisionnent tous les professionnels de l’alimentation. UpCycle a installé une ferme urbaine dans une cave, sous la halle des fruits et légumes. Quand on entre dans la pièce, l’odeur rappelle immédiatement celles des sous-bois à l’automne. « Ici, il fait entre 13 et 16 degrés. On a une hygrométrie assez élevée, car le matin à l’automne, il y a toujours de la rosée. Mais, chez nous, elle sort du plafond. On n’a plus qu’à imaginer les biches qui courent autour de nous et on est comme en forêt, au coeur de Rungis » ajoute Grégoire Bleu, un brin poète.

Gagner des boîtes à champignons !

A l’occasion de ses 2 ans, Say Yess organise un concours qui vous permettra notamment de gagner des kits pour faire pousser vos pleurotes chez vous. A vous de jouer, ici.

L’Elysée et Bercy fans de leurs pleurotes !

Dans la cave, les champignons poussent en quelques jours seulement. Tous les matins, Audrey, responsable de la production, cueille ceux qui vont être vendus à un distributeur spécialisé dans les restaurants gastronomiques, situé à quelques centaines de mètres de là. « Nos clients se trouvent au bout de la rue donc pas besoin d’acheter des camions pour livrer. Nous n’avons pas de frigo, on est en flux tendu. Pour les gens qui achètent nos produits, c’est une garantie de qualité et de fraîcheur ». Le chef triplement étoilé Yannick Alléno cuisine ces pleurotes dans ses restaurants. L’Elysée et le ministère de l’Economie sont aussi de très bons clients.

Réconcilier économie et écologie

Selon Grégoire Bleu, « ceux qui pensent qu’économie et écologie sont inconciliables sont d’un autre siècle. Aujourd’hui, il y a vraiment moyen de faire les choses de manière totalement écologique, sociale et savoureuse. Et la très bonne nouvelle, c’est que tous ces efforts, toutes ces intentions se retrouvent dans la qualité de ce qu’on mange dans notre assiette. » UpCycle compte lancer d’autres fermes urbaines dans les mois qui viennent.

Pour atteindre l’objectif « 0 déchet », les dirigeants de l’entreprise ont aussi prévu une nouvelle vie pour les sacs à champignons utilisés. Le mélange est répandu dans les champs. Il agit comme une éponge nettoyante pour filtrer tous les polluants et améliorer la biodiversité du sol.

Image writer

Rédigé par

Chloé Buffard

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Faviere

Publié le 04 février 2016

Bonjours je suis intéressé par se style de culture j aimerait en savoir plus

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.