Culture

WAGD: un nouveau label participatif et solidaire

Publié le 22 mai 2015

Découvrir de nouveaux artistes, miser sur leur premier album et aider une association soutenue par ces talents. C’est ce que propose « We Are Gold Diggers », un label créé par trois jeunes en quête de musiques et de sens.

Tout commence par une histoire qu’on entend de plus en plus à Say Yess. Et qu’on continue à raconter parce que chacune emprunte une voie singulière. C’est donc l’histoire de trois potes -Etienne Dosne, Alban Le Creurer, Benoît Malphettes- qui suivent des études de commerce et de communication. Ils décrochent des jobs et des situations confortables mais qui ne comblent pas leur quête de sens. Ils finissent (ou plutôt, commencent) par tout lâcher pour monter ce label auquel ils songent depuis des mois.

Des talents prêts à éclore

Ils partent quatre mois en Amérique du Sud afin de dénicher des artistes pour leur label WAGD, We Are Gold Diggers (« Nous sommes des chercheurs d’or »). Ici, l’or ce n’est pas l’argent : c’est le talent, le voyage, la rencontre. Ils contactent des directeurs de radios, de festivals, organisent des auditions pour repérer de nouveaux talents sur cette partie du continent. « Ce sera le premier album pour la plupart d’entre eux. Ils ont une petite notoriété mais sont encore à leurs tous débuts », précisent-ils.

Les trois jeunes hommes passent deux à trois semaines dans chaque ville où ils font escale. C’est ainsi qu’ils découvrent le mix de dancehall et de raggamuffin d’Explosion Negra en Colombie, les voix polyphoniques d’Akoustik Fanm Kreyol en Haïti, la pop sucrée d’Holger au Brésil… Des musiques qu’on entend peu sur nos ondes car « ce ne sont pas celles qui intéressent le plus les labels ici ».

Les mises se transforment en dons

WAGD propose aux internautes de financer le premier album des artistes. La première campagne est en cours, elle se fait directement sur leur site. Si, après trois mois de campagne, les artistes ne récoltent pas la somme nécessaire, les mises se transforment en dons. Chaque talent a choisi une cause qui lui tient à cœur et à laquelle la somme sera reversée : l’éducation à la musique des enfants du Panama, la défense de la population et de la culture afro en Colombie, les enfants handicapés de Sao Paulo…

L’idéal est de dépasser le montant de la cagnotte pour que l’album puisse être produit et que l’association en question soit aidée.

WAGD2-OK

Un album enregistré localement

Si l’album peut être enregistré, il le sera dans le pays de l’artiste. Tout est déjà prêt. « Nous avons réalisé trois devis pour chaque artiste afin de faire les choses bien », raconte Etienne Dosne.

Et si l’aventure marche, le trio espère se lancer dans un tour du monde et poser ses valises sur un autre continent pour rencontrer de nouveaux talents. Au début, les trois amis voulaient juste voyager autour de leur passion commune pour la musique et ouvrir un blog, tout au plus.

Avec Abd-Al Malik en parrain et d’autres soutiens, l’aventure a pris un tournant « à 360° », comme ils aiment à le dire, embarquant tous les métiers de la musique (de l’éditeur au tourneur) et ajoutant une touche solidaire à leur plate-forme déjà participative.

Image writer

Rédigé par

Apolline Guichet

0 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.