Entreprendre, mode d'emploi

Le mindmapping, késako ?

Publié le 6 mai 2015

En organisant ses idées et ses connaissances sur un sujet, le mindmapping permet de cartographier efficacement sa réflexion. Un outil idéal quand on a de beaux projets mais qu'on ne sait pas par où commencer. Say Yess vous donne les clefs pour structurer votre pensée.

Quand on la voit comme ça, « la mind map » (la carte heuristique, en français) ne paie pas de mine. Des mots, des traits, des nuages, voire même des petits bonhommes, le tout colorié avec un certain soin. On se croirait retournés en cours d’histoire-géo !

Qu’à cela ne tienne… Forte de plus de trente ans de réussite, utilisée par les plus grands hommes d’affaires, cette méthode s’appuie sur une solide connaissance du cerveau et de notre esprit créatif. En mêlant hémisphères droit et gauche, c’est à dire -en gros- la logique lexicale et les images, ce schéma arborescent se place comme un bon arbitre de notre réflexion.

Pour garder une pensée ouverte et non linéaire

A quoi ça ressemble ? « Un nuage d’où partent des grandes branches sur lesquelles on accroche des idées», résume Cyril Maitre, passionné par la pensée visuelle, formateur en mindmapping et auteur d’un blog sur le sujet. « Pas question d’écrire des phrases, qui enferment les idées avec leur point à la fin. On choisit des mots, et de préférence on les écrit en majuscule ! ». Résultat visuel : un système de mots clefs épurés, mis en lien de façon dynamique, ordonnée et ouverte.

« Laisser émerger même les idées les plus ridicules »

Le mindmapping permet (en plus de prendre des notes et d’aider à mémoriser) d’organiser ses propres idées et d’en faire émerger des nouvelles. Sur son projet, on a tendance à rêver, les idées foisonnent… C’est alors le bon moment de mindmapper pour structurer et mettre en œuvre les moyens nécessaires à la réalisation de l’objectif.

mindmap2

Première étape : Brainstorming. « Les idées, c’est comme avec un coffre à jouet, il faut tout sortir et pas toujours jouer avec les mêmes du dessus ! A ce moment, on renverse le coffre à jouet. Il faut privilégier la quantité à la qualité et surtout ne pas se juger : laisser émerger même les idées les plus ridicules, parce qu’on sait jamais, elles mèneront peut être à une deuxième puis une troisième qui sera la bonne ! »

Après avoir catégorisé tout ce chaos en plusieurs groupes grâce à des surligneurs, on part de l’objectif principal et on ramifie par des branches. Puis, c’est justement en essayant de remplir les trous qui apparaissent qu’émergeront les nouvelles idées ainsi que les liens que l’on n’avait pas vu.

mindmap3

Comme le rappelle Cyril Maitre : on a beau être expert en son domaine, on peut avoir du mal à hiérarchiser ses idées, tellement on sait de choses sur le sujet. « Cette forme de notes permet de sortir du linéaire pur, de faire des retours en arrière rapides dans sa pensées par exemple. » Grâce aux logiciels informatiques, les mindmaps permettent en plus de collecter des nombreuses informations en les triant efficacement par branche.

« Je ne peux plus faire sans ! »

« Cette méthode permet de bien penser à tout, et de garder toujours à l’œil toutes les dimensions du projet », témoigne François Badénès, qui utilise le mindmapping depuis 10 ans pour monter ses start-up (la cantine numérique à Nantes ou plus récemment La fabrique du changement, à travers laquelle il forme justement à la méthode). « A chaque fois, je démarre avec mes collaborateurs une carte des compétences, une carte de ce qui existe déjà sur le territoire puis de ce qu’on aimerait faire ensemble. Le document devient notre moyen d’avancer et de communiquer : tout est planifié est organisé dans cette carte (une carte numérique sur laquelle on peut zoomer, ndlr). Ça nous évite d’ouvrir 10 pdf de trente pages et de classer les 36 liens internet. Je ne peux plus faire sans ! Même pour organiser mes vacances !  »

 

Comment je m'y mets ?

Pas forcément évident de se mettre du jour au lendemain au Mindmapping. Une petite formation, d’un jour ou deux, pour adopter la gymnastique, est la bienvenue.

Mais pour s’y mettre seul, on peut commencer par quelques exercices, comme se présenter soi, une passion ou sa vision du bonheur par exemple. Pour démarrer, écrire l’idée au centre, entourée d’un petit nuage et de branches (par exemple « compost »), écrire les mots clefs en majuscule sur les ramifications (« voisins, concertation, pédagogie, logistique »), puis les idées plus précises (« rencontrer, affichage, calendrier »)… Ensuite vous pouvez colorer pour une lisibilité encore plus rapide.

Quelques astuces :

Pour la version sur papier, prendre la feuille côté paysage, et tracez nuages et flèches courbes (qui sont des formes inspirantes, contrairement aux carrés qui sont « enfermant »)

Se créer une bibliothèque de 15 dessins/pictogrammes qui peuvent représenter des concepts redondants et agir encore plus rapidement sur la pensée. (voir : la facilitation graphique)

Une carte qu’on peut créer en collectif est plus puissante

Il existe des outils informatiques gratuits pour faciliter le mindmapping : Xmind, Freeplane… François Badénès propose par exemple une carte qui booste les projets.

Et retrouvez plein d’exemples sur le club des mappeurs qui partagent tout !

Image writer

Rédigé par

Jeanne La Prairie

6 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires. Et remplissez le formulaire ci-dessous pour commenter un article.
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

La redaction

Publié le 11 mai 2015

Merci !

image commentary

La redaction

Publié le 11 mai 2015

Merci de ces précisions !

image commentary

Denys de Mind Mapping Décision

Publié le 11 mai 2015

Je découvre en même temps votre site qui est une vraie source d'énergie positive et d'envie de faire !! Bravo.

image commentary

Denys de Mind Mapping Décision

Publié le 11 mai 2015

Bonjour, et merci pour cet article Mind Mapping. C'est vrai que cette pratique est un levier pour les projets, les contenus, le management. Au delà du "penser à tout"...il s'agit de penser "autrement". A l'heure de la transformation digitale des organisations, le Mind Mapping aide à penser disruptif, agile, contexte. De proche en proche, de zoom in en zoom out, les équipes bâtissent de nouveaux réflexes autour d'une grammaire pus visuelle. Détecter des patterns, des analogies. Pour décider mieux et plus vite. Repérer des informations manquantes...essayez, vous serez conquis. Tout en simplifiant et éclairant vos succès ! Au plaisir de poursuivre. Denys.

image commentary

La redaction

Publié le 07 mai 2015

Merci pour vos outils :)

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.