Planète

Transports toutes voiles dehors

Publié le 15 avril 2015

Towt est une jeune entreprise bretonne qui remet au goût du jour le transport à la voile. Elle affrète des bateaux traditionnels et les remplit de marchandises. Une alternative originale (et romantique) pour remplacer les poids lourds, en agissant à la fois pour l’environnement, le patrimoine et les économies locales.

« Hisse et oh !», les voiles bien tendues, le cap devant, le vent derrière, le fier navire « Le Biche » vogue et cabote de port en port. Là, il apporte de la bière, ici, il échange du vin et dépose des oignons… Tout est savamment orchestré. Une méthode à l’ancienne, qui pourrait s’avérer pleine d’avenir.

Le vent, c’est gratuit et c’est propre !

En souhaitant remettre le transport à la voile, propre et renouvelable, au goût du jour, Guillaume Le Grand à la tête de Towt  (Trans Oceanic Wind Transport) pense avant tout à l’environnement. « On est en incapacité de s’émanciper des ressources pétrolières, alors qu’on sait qu’elles sont limitées. Soit on se suffit de constater ça. Soit on essaie d’en faire quelque chose ! », explique le trentenaire, diplômé en Relations Internationales et en Economie du Développement Durable, de l’Energie et de l’Environnement.

towtPhoto Gilbert Le Moigne – Towt

Pour l’instant, le transport maritime, propulsé au pétrole, représente 3,5 % des émissions mondiales de CO2, 10 % des émissions mondiales de dioxyde de soufre. « Je suis monté à bord d’un porte-conteneurs chinois, c’est inénarrable. 18.000 conteneurs, 400.000 tonnes, 380 mètres de long, qui avancent à fond, chargés de quincaillerie. C’est du délire. Avec les cargos et la mondialisation on est vraiment partis dans une ébriété énergétique, regrette Guillaume. 90% des produits sont transportés par bateau ! Mais personne ne sait par où ils sont passés, ni comment, ni pourquoi. »

C’est justement cette question que Towt veut remettre au centre du débat. « Il y en a peut-être que ça intéresse justement, de savoir d’où ça vient, comment ça a été acheminé. »

Un label « transporté à la voile »

Et c’est sûr, que ça vaut le coup d’oeil ! Le Biche, fort de 20 tonnes de marchandises (l’équivalent d’un petit semi-remorque), est quand même plus sympa à regarder qu’un camion. Et niveau bilan carbone, il est imbattable. Un concept qui séduit de plus en plus de producteurs en mal « d’éthique ». Ceux-ci voient alors leurs produits estampillés du label « transporté à la voile », autant dire, la grosse classe.

towt2Photo : Diana Mesa – Towt

« Du coup, la bouteille de vin coûte 60 ou 80 centimes de plus, mais le consommateur sait pourquoi. On transforme le surcoût en véritable valeur ajoutée. On valorise le moment du transport c’est une valeur symbolique », poursuit Guillaume. Grâce à un véritable suivi en ligne du produit, Towt permet en effet de connaître littéralement quel vent a guidé ce délicieux muscadet, ou ses conserves de poisson, vers le gourmand.

Se réappropriant les côtes françaises, mais aussi celles du monde entier (Transatlantique, Scandinavie, Canaries, Transmanche…), le vieux gréement ne passe pas inaperçu. Cette année, en partenariat avec la Région Bretagne, les navires de Towt feront d’ailleurs trois tours de Bretagne de Nantes à Saint-Malo au nom du patrimoine maritime. Ils affréteront un navire chargé de produits locaux proposé en vente directe aux locaux.

Vers un véritable cargo-voilier ?

L’aventure, qui a démarré il y a 4 ans pour Guillaume et Diana Mesa, sa compagne, a pris un nouveau tournant. A 300% dans leur projet, ils ont pu embaucher deux jeunes gens pour les épauler. Le rêve ? Construire un grand éco-cargo à voile. « Pour l’instant, on est 500 à 1.000 fois plus petit que les gros, et notre but à terme est d’être 50 fois plus petit. Contre les géants sales, il faut qu’on pèse plus ! Quand un client potentiel nous demande 2.000 tonnes de sucre équitable, on veut pouvoir lui dire oui un jour ! » De quoi foncer toutes voiles dehors…

Image writer

Rédigé par

Jeanne La Prairie

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.