Culture

Les épuisettes culturelles, l’AMAP artistique

Publié le 27 mars 2015

A Toulouse, des paniers-surprises proposent une alternative économique et sociale de soutien à la production artistique locale. A déguster sans modération.

Le principe des amap décliné au domaine de la culture

Est-il encore nécessaire de présenter les AMAP à l’heure actuelle, tant elles ont connu un véritable engouement ces dernières années ? Ces associations pour le maintien d’une agriculture paysanne proposent de mettre en place un partenariat de proximité entre un groupe de consommateurs et une exploitation locale.

Inspirée de ce fonctionnement de circuit court de l’économie sociale et solidaire, la première AMAP culturelle a vu le jour à Nantes fin 2011. Depuis, l’idée a germé partout en France, à Paris, Lyon, Lille ou encore Strasbourg. «  Il y a plein de modèles différents. A Toulouse, une première expérience de ce type a été lancée en 2012 par l’association Art’n Cie et ce sont les artistes à l’origine du projet », explique Anne-France Kogan, de l’association AP3C à Nantes.

Le panier culturel des épuisettes fonctionne comme un abonnement sur une année, d’un montant de 45 euros ou 60 euros par panier. Chacun se compose de 5 « propositions culturelles » : des places pour du spectacle vivant mais aussi des CD, livres et autres « objets culturels ».

Un esprit culturel hybride

Le choix des artistes est opéré en fonction de plusieurs critères de sélection : la variété du panier, le statut professionnel des artistes et leur lieu de résidence : Toulouse et sa région. « On souhaite développer un esprit hybride à travers ses épuisettes, sortir de la diffusion classique, sortir des cases. On veut aller fouiller dans d’autres formes artistiques qui se développent. On défend le spectacle vivant », souligne Pauline, 28 ans, une des deux jeunes femmes aux manettes de ce projet, au côté de Jessica, 32 ans.

Au menu du premier panier, livré lors de la soirée de lancement : les lectures de « Rose la dame en blanc », la performance mime-marionnette contemporaine de Anaïs-André-Acquier ou encore les poésies d’Eric Cartier. Pour ces artistes, c’est l’occasion de rencontrer leur public, de se faire connaitre et de participer à une nouvelle aventure.

Peut-être que cela nous permettra de nous en sortir un peu mieux, en se détachant des canaux de diffusion culturelle de masse.

« Je fais ce métier depuis 15 ans et ce n’est pas forcément évident », confie Eric Cartier. « Participer à ce type de projet collaboratif est humainement très intéressant…et peut-être que cela nous permettra de nous en sortir un peu mieux, en se détachant des canaux de diffusion culturelle de masse».

Favoriser le lien entre les artistes et le public

Pour le public, les épuisettes sont avant tout un moyen de faire le plein de découvertes artistiques. Marylin et Pascal, deux Toulousains d’une cinquantaine d’années viennent d’acheter un panier. « On ne sort pas beaucoup alors comme ça là, on est obligé, ça incite », estime Pascal. Et Marylin d’ajouter : « Cela permet de contribuer à ce que la culture trouve un autre moyen de financement et j’aime l’idée de la surprise à chaque panier. Cela oblige à ne pas se restreindre à une discipline ou à un lieu ».

Les premiers paniers ont été livrés en ce mois de mars. Lauréat du label Toulous’Up, l’association Comme un poisson dans l’art a reçu une enveloppe de 7.000 euros en soutien. Un sérieux coup de pouce pour les épuisettes qui doivent attraper 50 souscripteurs pour pérenniser leur projet.

Où trouver un panier culturel ?

A Toulouse, via l’association Comme un poisson dans l’art.

A Paris, via Ca va commencer

A Paris, Lille ou Bruxelles, chez Kilti.

A Nantes, via AP3C.

A Lyon, avec le Panier Zam

 

Image writer

Rédigé par

Déborah Antoinat

5 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

image commentary

La redaction

Publié le 20 octobre 2016

Merci pour l'info !

image commentary

Bénédicte

Publié le 20 octobre 2016

A tours aussi, avec WHAT : https://www.facebook.com/paniercurieuxwhat/

image commentary

Liens utiles des alternatives culturelles en France – Collectif #Midià14h – AMAC22

Publié le 16 avril 2016

[…] > Toulouse: Les Epuisettes: https://www.facebook.com/lesepuisettes, http://www.say-yess.com/2015/7979/les-epuisettes-culturelles-lamap-artistique/#.VSy212RwP9U.facebook > Tours: l’association étudiante What: […]

image commentary

Les épuisettes culturelles, l’AMAP artistique | Say Yess | AMAP Culturelle de Hiéro Strasbourg

Publié le 21 juin 2015

[…] Source : Les épuisettes culturelles, l’AMAP artistique | Say Yess […]

image commentary

Jean-Philippe Brun

Publié le 27 mars 2015

Bonjour, Il existe déjà effectivement une organisation de ce qui est déjà connu sous le nom d'AMACCA(s) pour "Association(s) pour le Maintien des Alternatives en matière de Création Culturelle et Artistique", que nous présentait Le Labo de l'Ess en août 2012 > http://tinyurl.com/d2xteyu Bien solidairement, Jean-Philippe Brun

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.