Tech

Le FabLab de Toulouse s’ouvre aux jeunes

Publié le 2 mars 2015

Depuis juillet 2014, le FabLab toulousain a ouvert ses portes aux jeunes de la Mission locale et de la Fondation d’Auteuil dans le but de démocratiser la fabrication numérique. Une aubaine pour ces jeunes qui s’initient à un nouvel univers.

Un FabLab, c’est quoi ?

« Le FabLab (pour LABoratoire de FABrication) permet de passer du virtuel à la réalisation concrète et réaliste d’un objet. Il peut s’agir d’un prototype technique, d’un meuble, d’un objet artistique ou design, d’un objet interactif… Ce lieu est ouvert à toute personne, quelque soit son niveau de connaissance, qui souhaite venir apprendre à utiliser des imprimantes laser et des imprimantes 3D », explique Philippe Semanaz, Fab Manager chez Artilect, l’association à l’origine de la création du FaBLab en 2009-la première structure de ce type en France. Et d’ajouter «  Il n’y a aucune norme dans le type d’objets fabriqués, la seule limite-au-delà de sa propre imagination-est de se poser la question : comment je peux fabriquer cet objet ? »

Des personnes venant d’univers très différents fréquentent le FabLab: artistes, designers et architectes, étudiants, demandeurs d’emplois et même des retraités qui se passionnent pour ces technologies. Pour certains jeunes, c’est l’occasion de dénicher quelques bonnes idées et de lancer leur propre entreprise. Quand on entre dans un FabLab, on entre dans un monde d’échange de connaissances et de partage des productions, dans l’esprit des logiciels libres.

Un plus pour booster des parcours professionnels

Grâce au mécénat de la Fondation Orange, le FabLab toulousain a mis en place un partenariat pour une phase de test d’un an avec deux associations, la Mission locale (18-25 ans) et la Fondation d’Auteuil (11-13 ans) pour faire connaître l’existence du lieu, sensibiliser les jeunes à cet univers et leur permettre d’utiliser les outils informatiques et électroniques.

FabLab de Toulouse

Cassandre, 20 ans participe aux ateliers organisés depuis quelques mois via la Mission locale de Toulouse. Elle n’avait jamais entendu parler de FabLab auparavant. « Au vu de mon parcours, on m a proposé cet atelier et je me suis dit que cela pourrait être intéressant pour moi et m’apporter un vrai plus. J’ai voulu me former en tant qu’infographiste mais ce n’était pas évident car je m’auto-formais. Je viens de reprendre une formation dans la création de site web ! J’acquière ici de nouvelles connaissances »  

Véritable geek qui s’assume, Michael, animateur à la Mission locale, a appris en même temps que les jeunes qu’il encadre l’utilisation des logiciels et des imprimantes. «  On apprend très très vite à se servir de ces machines ! Pour ces ateliers, on privilégie les plus motivés, créatifs et ceux qui savent se servir d’un ordinateur ».

FabLab de Toulouse

Pour la Mission locale, cette initiation peut également permettre de dynamiser des parcours. «  On veut pouvoir accompagner ceux qui le souhaitent dans le numérique et leur donner les moyens de connaître ces nouvelles compétences », précise la conseillère Florence Antonino. Et ce partenariat est un enrichissement mutuel. Pour Philippe Semanaz du FabLab, « ces rencontres bousculent nos habitudes techniques…et questionnent nos pratiques ! »

Image writer

Rédigé par

Déborah Antoinat

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

image commentary

Le FabLab de Toulouse s’ouvre aux jeunes ...

Publié le 05 mars 2015

[…] Depuis juillet 2014, le FabLab toulousain a ouvert ses portes aux jeunes de la Mission locale et de la Fondation d’Auteuil dans le but de démocratiser la fabrication numérique. Une aubaine pour ces jeunes qui s’initient à un nouvel univers.  […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.