Dis-moi pourquoi tu bosses

Commercial: «On se lève en se disant qu’on fait la révolution énergétique»

Publié le 23 février 2015

Grégory, 31 ans, est salarié d'Enercoop, la coopérative d’énergie renouvelable. Il nous raconte son quotidien.

« Le métier de commercial, c’est de l’humain, des contacts, ça s’apprend sur le terrain », déclare d’entrée de jeu Grégory Dissoubray, responsable du développement au service commercial professionnel d’Enercoop, à Paris.

Grégory DissoubraySon métier, Grégory l’a découvert un peu par hasard. Après un passage à la fac non concluant, il rejoint l’entreprise familiale de courtage en assurance. « J’ai mis un costume, pris ma valise et mes prospectus, pour aller convaincre des gens de souscrire des mutuelles pour les animaux », se souvient-il. Et c’est le coup de cœur : « personne ne m’avait jamais dit à l’école que j’aimais parler et convaincre. Je me suis rendu compte que je m’éclatais quand je parlais avec des gens ».

Parallèlement à cette découverte, Grégory s’engage dans la cause environnementale : Greenpeace, WWF, etc. « On faisait de la radio, on parlait écologie. Avec le WWF, j’allais dans les écoles, expliquer le réchauffement climatique », raconte-t-il. En 2007, son association, Projet Rosalie solaire, lui fait découvrir Enercoop.

« C’est important de porter un projet auquel on croit »

En septembre 2008, il intègre la coopérative d’alors 8 salariés, qui vend de l’électricité issue de l’énergie renouvelable. Le poste parfait qui allie son intérêt pour le commercial et sa passion pour les questions environnementales. Sept ans plus tard, il est toujours aussi enthousiaste : « On se lève le matin en se disant qu’on fait la révolution énergétique en France. C’est important de porter un projet auquel on croit, qui a du sens».

Quand on vend Enercoop, on vend un projet de société.

Désormais, Grégory s’occupe d’un côté des grands comptes et des collectivités, qu’il doit convaincre d’adhérer à Enercoop, et de l’autre de la coordination du réseau de commerciaux sur tout le territoire [Enercoop dispose de 9 coopératives régionales, ndlr]. Moins de contact direct avec les clients, plus d’accompagnement, mais toujours la même motivation : « quand on vend Enercoop, on vend un projet de société. Notre raison d’être, c’est de développer l’énergie renouvelable ».

Salarié et sociétaire

En effet, quand il arrive chez Enercoop, Grégory découvre également le monde de la coopérative. « Quand on veut changer de paradigme, de modèle de société, il faut remettre à plat les aspects sociaux. On peut faire du bio à l’autre bout de la planète avec des salaires de misère… mais ça n’a pas de sens. Dans le domaine de l’énergie, c’est pareil », détaille-t-il. « Ici, nous avons un socle coopératif sur lequel on a posé une boutique d’électricité verte ».

Enercoop est une coopérative dont l’objectif premier n’est pas le bénéfice. « Nous ne sommes pas des facturiers de l’énergie », insiste Grégory. Les salariés sont également sociétaires et peuvent, à ce titre, prendre part aux grandes orientations stratégiques de la coopérative. A tel point qu’ils sont nombreux à s’engager en bénévoles, en dehors des heures de travail.

Enercoop recrute

En ce début d’année 2015, Enercoop recrute 3 commerciaux à Paris. Renseignements sur le site de la coopérative.

uniformationEnvie d’en savoir plus sur le métier de conseiller commercial ? Consultez la fiche formation d’Uniformation pour tout savoir sur les diplômes et visionner un témoignage vidéo.

logo_phosphore-etudesDécouvrez plus d’infos sur le métier de commercial, ainsi que les formations qui y mènent sur le site de Phosphore.

 

Image writer

Rédigé par

Oriane Raffin

3 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Enercoop: il faut que la personne « soit prête à s’engager dans son poste » | Say Yess

Publié le 04 mars 2015

[…] «On se lève chaque matin en se disant qu’on fait la révolution énergétique». Découvrez le t…  […]

image commentary

La redaction

Publié le 23 février 2015

On vous invite à lire notre article sur Enercoop : http://www.say-yess.com/2015/7216/les-circuits-verts-du-fournisseur-delectricite-alternatif-enercoop/ Et à les contacter pour plus de précisions ! ;)

image commentary

Clément

Publié le 23 février 2015

Témoignage intéressant Et comment fait-on pour passer chez Enercoop au passage ? ;-)

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.