Des idées pour s'engager

Épisode 3 : investir la vie locale

Publié le 7 janvier 2015

La participation à la vie démocratique ne passe pas seulement par le vote. Pour s’investir dans la vie citoyenne de son quartier ou de sa commune, des structures existent pour faire l’apprentissage de la démocratie et devenir un citoyen actif.

Conseil Consultatif de la Jeunesse

La démocratie ouverte dès 9 ans

« Je me suis présentée par curiosité à un conseil de jeunes et ça m’a très vite intéressée parce que je me suis sentie utile, raconte Océane, 16 ans, conseillère des jeunes pendant deux ans à Trouville-sur-Mer. C’est l’occasion de faire un peu bouger les choses. » Dans sa commune du Calvados, le conseil des jeunes a été crée en 2011 dans le but d’avoir un contact avec la jeunesse, partant du constat que les jeunes ne peuvent s’exprimer avant le droit de vote à 18 ans.

Ouvert de 9 à 15 ans, ce type de structures permet de se faire une première expérience du jeu démocratique. Pour Océane, cet apprentissage lui a donné le goût de l’implication. Elle attend maintenant ses 18 ans pour participer à un conseil municipal. « Au minium, nous leur demandons de participer à une réunion une fois par semaine et l’apport est considérable pour les élus. Le conseil permet de contribuer à faire changer les mentalités », estime Yves-Marie Laurelli, animateur du conseil des jeunes de Trouville-sur-Mer. Parmi les actions menées : la création d’un arrêt de bus devant le collège, la rénovation du skate park ou encore la mise en place d’une piste cyclable.

Retrouvez les deux premiers épisodes de notre série « S’engager dans son quartier »: Entreprendre en bas de chez soi et Donner de son temps autour de soi.

Comprendre les institutions

Ouverts à partir de 18 ans, les conseils de quartier mettent en relation conseillers de quartier, élus municipaux, associatifs pour échanger et se concerter sur des projets locaux. Autre dispositif présent dans de nombreuses villes en France, accessible avant la majorité : les Conseils Consultatifs de la Jeunesse. A Saint-Étienne par exemple,  le Conseil Consultatif de la Jeunesse (CCJ) – une assemblée de jeunes âgés de 15 à 25 ans, stéphanois ou scolarisés dans la ville – débute sa sixième saison.

Les réunions se déroulent généralement tous les 15 jours pendant deux heures. Karim Boujnane, 17 ans, est en première année de classe préparatoire aux Grandes Écoles. Il entame sa 3e année au CCJ. « Je voulais m’investir pour ma ville, pouvoir prendre la parole, donner mon avis ainsi qu’en savoir plus sur l’apprentissage de la démocratie. Pendant la commission plénière, on peut poser des questions au maire, on découvre le fonctionnement des institutions avec les désillusions que cela comporte. On est de vrai relais pour la jeunesse stéphanoise. Pour moi, c’est une expérience enrichissante, un vrai plus pour mon avenir qui conforte mon envie de m’engager. »

Faire entendre la voix de la jeunesse

L’engagement dans la vie démocratique a même conduit quelques jeunes de Saint-Cloud dans les Hauts-de Seine à créer leur parti politique : Allons Enfants 2014. Et ces jeunes ont pris ce projet très au sérieux puisqu’ils ont présenté une liste aux élections municipales de 2014. La condition pour en faire parti ? Avoir entre 18 et 25 ans. Résultat : 15,4 % des voix au second tour… et deux sièges au Conseil municipal.

« Il y a un vide total de la représentation des jeunes en politique et on veut faire bouger les choses, montrer que les jeunes peuvent faire de la politique jeunesse pour la jeunesse », explique Yanis, 19 ans et sur la liste d’Allons Enfants. Ce parti se veut apolitique, réunissant différentes sensibilités politiques, se concentrant sur des mesures autour de la jeunesse et de l’écologie. Et d’ajouter : « Notre but est de pouvoir intervenir dans les décisions du conseil municipal mais on se rend compte que c’est compliqué… ils ne nous prennent pas trop au sérieux, et on ne se sent pas toujours écoutés. Mais on a un mandat de six ans pour faire entendre notre voix. »

 

Passer à l'action !

– L’Anacej, l’association nationale des conseils d’enfants et de jeunes

– Le Parlement Européen des Jeunes : pour s’impliquer à l’échelle européenne

New CITYzens : s’engager pour faire changer le regard sur son quartier ou sa ville en devenant reporter bénévole

 

Image writer

Rédigé par

Déborah Antoinat

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.