Des idées pour s'engager

Épisode 2 : donner de son temps autour de soi

Publié le 12 novembre 2014

A contre-courant de certains clichés, les jeunes s’engagent. Un bénévole sur quatre a moins de 35 ans. Souvent le plus dur, c’est de savoir vers qui se diriger. Voici quelques pistes.

© Bénénova

Trouver du sens à son engagement

Développement de jardins partagés bio, projets d’éducation populaire, actions de valorisation des pratiques culturelles, réparation de vélos pour une mobilité douce ou création d’une recyclerie…les préoccupations sociales et environnementales chez les moins de 30 ans sont très fortes et peuvent se concrétiser dans l’engagement associatif.

Jade, 21 ans, étudiante en sociologie fait partie des bénévoles de l’Afev à Toulouse. Cette association met en place des cours de soutien scolaire réalisés par des étudiants auprès de jeunes issus des quartiers.  « C’est génial de voir la progression d’une séance à l’autre. Cette expérience est valorisante pour tout le monde. Pour le jeune qui voit que les progrès sont possibles et pour moi. Je me sens très utile et même après ma journée de cours à la fac, je suis contente d’y aller ».

S’engager à son rythme

L’étudiante toulousaine estime que « le plus difficile quand on veut s’engager, c’est souvent d’avoir les bonnes infos. Mais après, c’est simple et chacun s’investit en fonction de ses disponibilités ». Et c’est bien l’une des inquiétudes avant de se lancer dans le bénévolat lorsque l’on se sait pas où l’on étudiera l’année suivante, si on aura toujours le même emploi du temps d’ici quelques mois. Pour répondre à ces contraintes d’horaires ou de mobilité géographique, des structures proposent du bénévolat ponctuel.

L’association Bénénova a été lancée fin 2013. Elle fait le lien entre des associations ayant des besoins ponctuels et des bénévoles ayant des disponibilités réduites. Leurs équipes, situées dans les Pays de Loire et en Ile-de-France,  s’associent ainsi aux actions menées par Autremonde, la Chorba, Donner-recevoir… et bien sûr, on peut aussi devenir bénévole au sein de Bénénova !

Adapter son engagement à son emploi du temps

En parallèle, la plateforme de géolocalisation « Ma ville je t’aide ! »  est arrivée l’été dernier. Le concept ? Devenir les bénévoles de quelques heures afin de soutenir les associations locales.« L’engagement associatif est parfois trop contraignant pour les jeunes citoyens. Ils préfèrent s’engager ponctuellement », précise Nicolas Goudy le co-fondateur du site. Depuis le lancement, 500 associations et 300 citoyens se sont inscrits sur cette plateforme.

Parmi eux, Aurore 27 ans qui a participé à une opération ponctuelle de microDON. « J’avais envie de faire du bénévolat sans m’engager sur de longs mois car je ne sais pas ce que l’avenir me réserve. Ce système m’a bien convaincu et il permet de connaître des associations qui manquent parfois de visibilité. » Et Aurore d’ajouter qu’elle a déjà repéré un autre projet associatif qui l’intéresse. Elle se mobilisera bientôt une heure toutes les deux semaines et songe, un jour, à rester plus longtemps dans une association.

 

Passer à l'action !

Jeune et bénévole propose aux 14-25 ans une base de données de plus de 4000 missions bénévoles partout en France, régulièrement alimentée par les 1200 associations partenaires.

– Imp!act pour tous les jeunes qui veulent s’engager sans pour autant savoir vers qui se tourner. Développé depuis 5 ans en Suisse, l’asso débarque en France cette année !

– Le site du gouvernement pour devenir bénévole quand on est mineur.

– A l’initiative d’Espace Bénévolat, le prix Jeune & Bénévole récompense les meilleurs témoignages de jeunes de 15 à 25 ans en faveur du bénévolat et du volontariat.

Retrouvez le premier épisode de notre série « S’engager dans son quartier » : Entreprendre en bas de chez soi

Image writer

Rédigé par

Déborah Antoinat

2 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Épisode 2 : donner de son temps autour d...

Publié le 15 novembre 2014

[…] A contre-courant de certains clichés, les jeunes s’engagent : un bénévole sur quatre a moins de 35 ans. Souvent, le plus dur, c’est de savoir par où commencer et vers qui se diriger. Alors que l’engagement associatif a été déclaré grande cause nationale 2014, voici quelques pistes pour se lancer dans le bénévolat.  […]

image commentary

Donner de son temps autour de soi - Say Yess | ...

Publié le 14 novembre 2014

[…] A contre-courant de certains clichés, les jeunes s’engagent : un bénévole sur quatre a moins de 35 ans. Souvent, le plus dur, c’est de savoir par où commencer et vers qui se diriger. Alors que l’engagement associatif a été déclaré grande cause nationale 2014, voici quelques pistes pour se lancer dans le bénévolat.  […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.