Agir au quotidien

Prendre son temps : la culture du «slow»

Publié le 20 août 2014

L’été est la période idéale pour changer de rythme, se déconnecter des flux continus d’informations, flâner plutôt que courir. Say Yess vous propose 3 façons d’aller moins vite pour profiter pleinement de vos vacances.

© Slow Food

 

Goûter au plaisir de manger autrement

« Je dis toujours qu’il faut goûter ce qu’on mange pour goûter la vie ! », s’exclame Murielle Rivière, coordinatrice de projets à l’Institut de formation Slow Food. Mouvement international créé en 1989 en Italie et présent dans plus de 150 pays, Slow Food promeut trois valeurs essentielles dans l’alimentation : le bon, le propre (respect de l’environnement) et le juste (relations de confiance entre producteurs et consommateurs).

Appliquée par plus de 100 000 membres dans le monde, cette philosophie se concrétise dans les conviviums. « Il s’agit d’antennes locales associatives qui organisent des ateliers de dégustations, des marchés de producteurs locaux, toutes sortes d’initiatives pour développer l’éducation par le goût », explique Murielle. En Allemagne, des jeunes ont ainsi lancé des « Schnippel Disko » pour lutter contre le gaspillage alimentaire en musique, adaptées en France avec les Disco soupes. Un réseau dédié aux initiatives de la jeunesse en matière d’alimentation durable a même été créé aux Pays-Bas : le Slow Food Youth Network. A table !

 

Flâner dans une ville lente

citta_slowSlow Food s’est décliné dans des univers variés. Carlo Petrini, le créateur du mouvement alimentaire, est ainsi à l’origine de Cittàslow,  un label qui signifie « ville lente ». « C’est une espèce de grand audit à l’échelle urbaine », explique Gisèle Beuste, directrice de l’office de tourisme de Mirande, qui a obtenu en 2011 la distinction. En vue de l’obtention du label, toutes les politiques publiques sont passées en revue : gestion des déchets, qualité de l’air, échanges intergénérationnels mais également infrastructures et patrimoine local. « Nous avons mis l’accent sur la sauvegarde de races animales traditionnelles, comme la vache mirandaise », poursuit-elle.

Habiter une ville lente ne signifie pour autant pas fonctionner au ralenti. « Bien au contraire, on ne manque pas de dynamisme, on prend simplement le temps de vivre, de produire de la qualité à tous les niveaux » déclare Gisèle Beuste. Mirande est ainsi à l’origine du premier marché Cittàslow du Gers, axé sur la volaille festive, grande tradition dans la région. Les métropoles et leur rythme effréné n’ont qu’à bien se tenir : les Cittàslow prônent un nouvel art de vi(ll)e plus convivial.

 

Emprunter des chemins de traverse

La tendance « slow » s’applique aussi au tourisme. Marre des plages bondées et des embouteillages ? Optez pour l’aventure humaine avec le slow travel ou slow tourisme. L’association Baština, qui signifie en croate « patrimoine », organise  par exemple des escapades en train de Zagreb à Sarajevo ou encore des itinérances douces à Tbilissi.

Au-delà de prendre le temps d’admirer les paysages, le slow travel vise à développer les « échanges avec les habitants autour des traditions orales et des savoir-faire, des pratiques artisanales ou des balades de pleine nature », écrit Stefan Buljat, régisseur. L’association propose également de pratiquer le tourisme lent à deux pas de chez soi, à travers des balades urbaines intitulées « Voyages si proches ». Une manière de montrer que le slow tourisme, c’est d’abord apprendre à mieux regarder autour de soi.

 

Passez à l'action !

-Slow Food : rejoignez un convivium, consultez la liste des produits du terroir labellisés par l’association, bénéficiez d’une formation organisée par l’Institut de formation Slow Food
-Slow city : explorez l’ensemble des villes françaises labellisées
-Slow tourism / travel : déroulez la liste des voyagistes répertoriés par l’association pour le tourisme équitable et solidaire (ATES)

Copyright image à la Une: Flickr / Herr Olsen

Image writer

Rédigé par

Sébastien Levrier

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Prendre son temps : la culture du « slow ...

Publié le 23 août 2014

[…] L’été est la période idéale pour changer de rythme, se déconnecter des flux continus d’informations, flâner plutôt que courir. Say Yess vous propose 3 façons d’aller moins vite pour profiter pleinement de vos vacances.  […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.