Conseils (de) pro

Valoriser son expérience en Service civique, mode d’emploi

Publié le 7 juillet 2014

Vous avez récemment effectué un Service civique, vous l’envisagez, ou bien vous faites partie des 35.000 jeunes de 16 à 25 ans qui, selon les objectifs du gouvernement, devraient se lancer dans l’aventure en 2014 ? Voici les conseils d’experts pour valoriser votre engagement sur le marché de l’emploi.

L’engagement en Service civique, d’une durée comprise entre six à douze mois, est destiné aux jeunes de 16 à 25 ans. Il permet de s’engager -en contrepartie d’une petite indemnité- en faveur d’un projet d’intérêt général, notamment au sein d’associations et organismes à but non lucratif. L’occasion de travailler pour une cause qui nous tient à coeur… mais aussi d’acquérir une véritable expérience à valoriser par la suite !

Le Service civique, une expérience attractive pour les entreprises

« Les entreprises classiques, comme les structures de l’ESS valorisent de plus en plus les compétences, plutôt que les diplômes. C’est pourquoi le Service civique est intéressant : un candidat qui a bénéficié d’une première expérience est attractif ! » C’est ce qu’indique Sylvain Lehmann, administrateur de Solidarité étudiante, une coopérative qui développe des services destinés aux étudiants dans les universités et les résidences universitaires (des cafeterias ou épiceries solidaires par exemples) et qui compte parmi ses employés plusieurs salariés qui ont fait un Service civique par le passé.

Aurélie Marre est chargée de mission à l’Institut du Service civique, une association qui accompagne des promotions de « lauréats »  (250 en 2014) dans leur projet post-Service civique, qu’il s’agisse d’une reprise ou poursuite d’étude, d’une recherche d’emploi ou d’une création d’activité. Selon elle « les recruteurs du secteur de l’économie sociale et solidaire sont particulièrement à même de valoriser une expérience en service civique du fait de la proximité des missions, des valeurs etc…».

Détailler son CV

En premier lieu, détailler sur le CV les missions effectuées dans le cadre du Service civique, et les savoir-faire acquis ce faisant est nécessaire. Ainsi, pour Aurélie Marre, « il faut bien identifier les compétences demandées par l’employeur, et de rechercher dans ses expériences passées ce qui peut prouver qu’on a déjà pu les développer et les utiliser ». Ainsi, elle conseille d’indiquer, sous chaque expérience, trois compétences clés qui ont été mobilisées (capacité à travailler en équipe, capacité de prise d’initiatives, sens des responsabilités…), et de les illustrer concrètement.

Pour Sylvain Lehmann, « de plus en plus de recruteurs souhaitent embaucher des gens capables de s’intégrer dans un collectif, et de construire un projet à plusieurs. L’autonomie, le sens du relationnel, la rigueur peuvent également être mises en avant ».

Pour lui, détailler ces compétences dans le CV est d’autant plus important si l’on postule hors du secteur de l’ESS, car les entreprises du secteur marchand ne sont pas toujours familières des missions menées dans le cadre d’un Service civique. « Quant aux employeurs de l’économie sociale, ils apprécient les candidats qui ont une vraie conscience des valeurs de leur structure », ajoute-t-il.

Soigner son réseau

Pour décrocher un job, il faut aussi bien soigner son réseau… Pour cela, la première étape est de… s’impliquer dans sa mission de Service Civique ! Car c’est déjà à ce moment là qu’on peut penser à la suite. « On soutient plus facilement un jeune avec qui il a été agréable de travailler… Je pense qu’il faut pouvoir parler de ses projets avant la fin de la mission pour pouvoir bénéficier de conseils et puis ainsi être présent à l’esprit des personnes qu’on côtoie, qui pourront ainsi penser au jeune lorsqu’elles entendront parler d’un recrutement dans leur réseau. Et enfin, ne pas hésiter à dire qu’on souhaiterait rencontrer d’autres professionnels pour pouvoir évoquer son projet et bénéficier de conseils », explique Aurélie Marre. Il faut oser le faire, précise-t-elle, car si la demande est faite avec politesse, les professionnels acceptent souvent de donner ce type de coup de pouce.

Noria, 19 ans, a été recrutée comme assistante au sein d’Unis-Cité, la structure où elle a effectué un Service civique pendant 9 mois. « Je suis convaincue que le Service civique développe des compétences que les autres jeunes n’ont pas. Avant tout, cela donne confiance devant un recruteur, et c’est très important », explique la jeune femme. Pour elle, l’implication est essentielle : « Le premier pas est de s’investir à fond dans son service civique. Chez Unis-cité, il y a énormément de place pour l’initiative individuelle. C’est une chance de montrer que l’on peut s’impliquer! Pour ma part, comme je suis titulaire d’un CAP Couture, j’ai proposé de mettre en place et d’animer des ateliers dans une épicerie solidaire. Ce qui est génial, c’est que ça s’est fait! »

Et puis le réseau permet aussi d’obtenir des infos de l’intérieur… « Le fait d’avoir été en contact avec des structure associatives permet d’avoir accès à des offres qui ne sont pas forcément diffusées à une large échelle », ajoute Sylvain Lehmann. Il conseille de garder de bons contacts avec les personnes côtoyées lors de sa mission. A cet égard, dit-il, les réseaux sociaux peuvent être de bons outils.

Se faire aider par l’Institut du service civique

Enfin, l’institut du Service civique peut également offrir un appui à la recherche d’emploi. « Dans la filière parcours professionnel, nous aidons le lauréat à clarifier son projet, à acquérir les techniques de recherches d’emploi, puis nous l’accompagnons dans ses recherches à proprement dit, avec notamment la mise en relation avec nos partenaires recruteurs : entreprises, associations etc. », explique Aurélie Marre. Pour cela, il faut envoyer un dossier, et si vous êtes admissible, passer un oral pour présenter votre projet. Les jeunes admis ont notamment accès à un tutorat, ainsi qu’aux conférences et séminaires de l’Institut du Service civique.

Image writer

Rédigé par

Anaëlle Guisset

5 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

image commentary

La redaction

Publié le 27 février 2017

Bonjour, cet article devrait déjà vous livrer des pistes :) Bonne candidature à vous !

image commentary

millon

Publié le 24 février 2017

bonjour, je souhaiterais savoir comment valoriser mes services civiques sur mon cv et dans une lettre de motivation( urgent pour un concours) me contacter rapidement par mp, bonne reception

image commentary

Rêve et Réalise, épisode 1 : huit mois pour monter un projet solidaire

Publié le 17 décembre 2014

[…] coordinatrice d’Unis-Cité. Il suffit juste d’avoir moins de 26 ans, comme pour tout service civique. Les jeunes ont passé des entretiens collectifs et individuels, puis leur candidature a été […]

image commentary

Valoriser son expérience bénévole et faire reconnaître ses compétences - Say Yess

Publié le 30 septembre 2014

[…] Vous avez effectué un Service Civique ? Retrouvez nos conseils pour le valoriser dans votre CV. […]

image commentary

Valoriser son expérience en Service civi...

Publié le 29 juillet 2014

[…] Vous avez récemment effectué un Service civique, vous l’envisagez, ou bien vous faites partie des 35.000 jeunes de 16 à 25 ans qui, selon les objectifs du gouvernement, devraient se lancer dans l’aventure en 2014 ? Voici les conseils d’experts pour valoriser votre engagement sur le marché de l’emploi.  […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.