Des idées pour s'engager

Accompagner des séjours adaptés, des vacances intenses

Publié le 16 juin 2014

Chaque été, Aurélien accompagne des vacanciers handicapés moteurs en vacances. Une parenthèse dans son quotidien qui lui apporte sa dose de moments forts et le ressource. Portrait d'un jeune homme engagé.

Dans la vie de tous les jours, Aurélien, 27 ans, est ingénieur. Mais l’été, il est animateur de séjours de vacances adaptés aux adultes handicapés moteurs. Depuis plusieurs années, il part avec l’Association des Paralysés de France (APF), qui organise des séjours en France et à l’étranger.

L’aventure a commencé pour lui quand il était en classe préparatoire. Il est tombé par hasard sur un prospectus de l’APF et s’est dit «Pourquoi pas moi ?». «Je trouvais que c’était une manière sympa de partir en vacances et se sentir utile», relate-t-il.

Une petite formation et c’est parti !

C’est ainsi qu’à l’âge de 19 ans, il s’est lancé dans son premier séjour, à Saint-Jean de-Monts, en Vendée, avec 8 accompagnateurs et 8 vacanciers. «L’APF recrute des bénévoles, qui n’ont pas forcément d’expérience, d’où les effectifs importants», explique-t-il.

Les accompagnateurs arrivent deux jours avant les vacanciers sur le lieu du séjour. L’occasion de rencontrer l’équipe et de recevoir une formation théorique et pratique. Les débutants apprennent les gestes utiles, comme par exemple à transférer une personne de son fauteuil à son lit.

Chaque animateur est référent d’un vacancier qu’il accompagne au quotidien. Une intimité qui peut être un peu déroutante lors d’un premier séjour. «La première fois que j’ai dû aider à une toilette, ce n’était pas facile», confie Aurélien.

Une foule d’activités

Mais la proximité avec les vacanciers est aussi ce qui fait la force des séjours adaptés. «Il y a une charge émotionnelle incroyable dans ces vacances. On est 24 heures sur 24 ensemble, on vit des moments forts», explique-t-il. «A chaque fin de séjour tout le monde pleure et veut revenir l’année suivante», affirme Aurélien.

Il apprécie aussi «l’énergie positive» et la «convivialité» qui règnent dans ces vacances un peu particulières. Les animateurs organisent des activités sur le centre, comme des petits spectacle et des jeux, et des sorties dans la région du séjour. «Les vacanciers sont partants pour tout», selon lui.

 

Contrairement à certaines d’idées reçues, le handicap n’empêche pas de faire une foule d’activités : baignade, char à voile, kayak, ballades en calèche… «Une année, on a même fait de l’auto-tamponneuse avec une vacancière», se souvient Aurélien.«On peut tout faire, tout dépend des envies des vacanciers», estime-t-il.

Des horizons nouveaux

Aurélien prévient : ces vacances ne sont pas de tout repos : «C’est assez physique, on se lève à 7 heures du matin, on se couche parfois à 3 heures», affirme-t-il. Mais les séjours sont assez courts : deux à trois semaines maximum.

Cette année, Aurélien sera responsable de séjour. C’est à dire qu’il sera notamment en charge du projet pédagogique et du recrutement. «Le critère de sélection, c’est la motivation, pas besoin d’être un professionnel du secteur médical», affirme-t-il.

En revanche, l’accompagnement en séjours adaptés peut être la porte d’entrée vers un projet professionnel. «Il y a pas mal d’étudiants qui, après un séjour, décident de s’orienter dans le paramédical ou de devenir éducateur spécialisé», note-t-il. Lui-même pense de plus en plus à se reconvertir dans ce secteur.

Pour aller plus loin

– L’APF cherche encore des accompagnateurs bénévoles pour l’été 2014. Les personnes intéressées peuvent s’inscrire en ligne ou par téléphone au 01 40 78 00 00. L’association prend en charge les frais de transport, de nourriture, d’assurances et d’hébergement des accompagnateurs.

– Le carnet de l’accompagnateur

Image writer

Rédigé par

Héloïse Leussier

4 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

La redaction

Publié le 18 octobre 2016

Bonjour Céline, Say Yess ne publie pas d'annonces, vous pouvez en trouver sur les sites répertoriés dans cet article : http://www.say-yess.com/2014/4474/emploi-ou-trouver-boulot-dans-less-sur-le-web/ Bonne recherche à vous.

image commentary

vythelingum

Publié le 17 octobre 2016

bonjours je suis actuellement aide medico psychologique avec des adultes handicapés mentaux et j'aimerais savoir si vois avuez des annonces d'accompagnement pour personne handicapés non bénévole mais renumere sil vous plais merci

image commentary

La redaction

Publié le 23 août 2016

Bonjour, nous vous conseillons de contacter l'APF afin d'avoir la réponse à vos questions : http://www.apf.asso.fr/ ou de vous rapprocher d'autres organismes proposant des vacances accompagnées. bonne recherche à vous, cordialement

image commentary

Verneret

Publié le 22 août 2016

Bonjour une personne proche est handicapée elle ne part plus en vacances depuis. Comment doit elle faire pour partir avec un bénévole? Peut elle choisir l.endroit ? Comment faire ? Y a t il une liste d.attente ? Merci

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.