Dis-moi pourquoi tu bosses

Aide animalière en refuge: un métier passion

Publié le 15 janvier 2014

Le saviez-vous ? Les refuges animaliers, généralement des associations, dépendent de l’Économie sociale et solidaire. Et on peut y travailler. Comme Laura - 20 ans - des jeunes consacrent leur vie à la protection des bêtes par vocation.

Chaton, photo CC de cripics sur Flick'r.

« J’aime mon refuge. Il n’est pas comme les autres. Il est comme une famille. D’ailleurs, certains chiens placés à l’adoption s’échappent parfois pour revenir parmi nous ! » La voix de Laura, 20 ans, déborde d’enthousiasme à l’évocation de son métier d’aide animalière à l’association des Amis des Bêtes, un refuge animalier d’Aix-les-bains qui compte six salariés.

L’aide aux animaux : une vocation

Malgré son jeune âge, ses liens avec le refuge sont déjà anciens : « Tout à commencé quand j’avais 10 ans, ma mère était bénévole au refuge et m’emmenait avec elle tous les samedis et les mercredis. Je me suis énormément attachée à cet endroit et j’ai commencé à venir également les soirs de semaine ! ». Un attachement tel qu’en quittant l’école, il y a trois ans, Laura intègre le refuge comme salariée, d’abord par le biais d’un contrat aidé, le CUI-CAE (Contrat unique d’insertion – Contrat d’accompagnement dans l’emploi) pendant deux ans, puis en CDI. La jeune fille a appris sur le tas le métier qu’elle exerce aujourd’hui.

laura

«Le matin, lorsque j’arrive, je fais le ménage, je nourris nos pensionnaires. L’après-midi, à partir de 14 heures, les bénévoles arrivent pour promener les chiens, et nous accueillons les gens qui souhaitent adopter un animal. » Le rôle de Laura est notamment d’expliquer à ces derniers l’histoire et les particularités de chacun d’entre eux. En tout, le refuge compte environ 190 chats, et une cinquantaine de chiens de toutes races. Mais n’est-ce pas un peu difficile de se séparer d’animaux dont on s’est occupés ? « Nous sommes heureux quand un animal est adopté », répond la jeune femme, qui regrette que certaines bêtes âgées ne trouvent parfois pas de foyer.

Secourir des bêtes traumatisés

Les chiens et chats accueillis par les Amis des bêtes sont des animaux abandonnés, des animaux trouvés mais jamais réclamés, ou encore de animaux retirés à leur famille ou à leur élevage pour maltraitance. Souvent traumatisées, ces bêtes doivent êtres prises en charge. « Il faut être patient. On passe beaucoup de temps avec eux, on essaye de les rassurer, on leur parle », explique Laura.

amisbetes

A cet égard, le refuge a recueilli sept dogues du Tibet adultes et une dizaine de chiots après une tragédie. En 2011, dans un chenil de Maurienne, 61 chiens victimes de sévices sont découverts et saisis. Attachés, privés d’eau et de nourriture, ils étaient parfois nourris avec les dépouilles d’autres chiens décédés… « Les adultes étaient traumatisées. Nous avons mené un énorme travail et aujourd’hui, nous sommes heureux de le voir porter ses fruits : les chiens ne sont plus du tout craintifs », se réjouit Laura.

« Ce n’est pas le salaire qui me motive mais la passion! »

Elle précise que le travail des Amis des bêtes consiste également à s’assurer que les candidats à l’adoption sont prêts à offrir de bonnes conditions d’accueil aux animaux. « Nous demandons beaucoup de renseignements. Le chien ou le chat est placé à l’essai chez ses nouveaux propriétaires pendant quinze jours, et ce n’est qu’à l’issue de cette période qu’un contrat définitif est signé ». Pour adopter un animal, le seul coût consiste à rembourser les frais de stérilisation, de vaccination et de puçage.

Les Amis des bêtes existent aujourd’hui grâce au soutien de la Fondation 30 millions d’amis, mais également grâce à des legs ou des dons de particuliers et adhérents. Des bénévoles se chargent de promener les chiens dans un parc prêté à l’association par un particulier. Laura, elle-même, est payée au Smic. « Ce n’est pas le salaire qui me motive, c’est la passion ! », explique celle qui se dit « très heureuse » dans son métier, et n’envisage pas une seconde de quitter le refuge.

Découvrez le témoignage de Mélanie dans cette vidéo :

Devenir aide animalier

Aucune formation n’est requise pour devenir aide animalier dans un refuge. En revanche, un certificat de capacités, délivré en préfecture, atteste que la personne est apte à s’occuper d’animaux. Dès lors, le critère principal de recrutement sera l’intérêt pour les animaux de compagnies. Et son implication dans la vie associative, dans la protection des animaux.

Cependant, plusieurs diplômes existent pour travailler auprès d’animaux dès le niveau CAP, Bac Pro ou BEP : CAP agricole, Bac Pro animalier, formation d’éducateur canin, brevet de technicien agricole « élevage canin », etc. Un atout en plus au moment de postuler.

uniformationRetrouvez ici la fiche métier d’Uniformation sur le métier d’agent animalier. Diplômes, formations, vidéo de présentation, etc.

Image writer

Rédigé par

Anaëlle Guisset

24 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Romane Madiama

Publié le 12 août 2017

Bonjour, Cet article m'a énormément touché. J'ai arrêté mes études de langues, et depuis un bon moment j'aimerais consacrer mon temps aux animaux. C'est tellement fort que ça en devient une obsession. J'aime les animaux, passer du temps avec eux leur apporter toute mon affection :-). J'étais tellement triste de ne pas avoir fait d'études ou de formation pour pouvoir travailler à leurs côtés, mais cet article m'a redonné de l'espoir. Et je sais que mon rêve pourrait bien se realiser un jour :-). Je ne connais pas grand chose au soins particuliers qu'il faut apporter aux animaux (sauf les lapins et cochons d'Inde, parce que j'ai eu 1 lapin et 3 cochons d'Inde), mais je ne demande qu'à apprendre. Je suis patiente et à l'écoute. Je me suis longtemps cherché, et finalement je me suis rendu compte que ma place est parmi les animaux, parce qu'à leur contact je me sens vraiment heureuse et apaisée. Je vis à Châtenay - Malabry, dans le 92, et serai heureuse de joindre mes forces à celles d'une équipe dévouée :-). N'hésitez pas à me contacter, Romane_mad@yahoo.fr Bien à vous, Romane Madiama

image commentary

Henry Julie

Publié le 02 juillet 2017

Bonjour, nous recrutons un agent animalier au refuge Coup de Patte en Ardèche 07. Etre éligible à un emploi avenir si moins de 25 ans ou un CAE si plus de 25 ans. http://asso.coupdepatte.free.fr Envoyer CV et lettre de motivation à coupdepatte@yahoo.fr

image commentary

Coralie

Publié le 09 juin 2017

Bonjour j adore les animaux et j aimerais vraiment travailler dans un refuge si quelqu un connait un refuge qui recrute je sui du 84

image commentary

La redaction

Publié le 15 février 2017

Bonjour, n'hésitez pas à vous adresser à des refuges ou des associations : vous pourrez leur donner un coup de main et rencontrer des professionnels du secteur. Autres pistes dans cet article : http://www.say-yess.com/2016/11517/proteger-les-animaux-cest-a-la-portee-de-chacun/ Bonnes recherches pour votre projet professionnel.

image commentary

Leger

Publié le 14 février 2017

J'adore les animaux et aurais travailler avec eux mais je n'ai aucune expérience dans xénon domaine. Je ne sais pas quoi faire. Avez vous des conseils.?

Il n'y a plus d'autres résultats à charger.

Il n'y a pas de résultats correspondants.

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.