Solidarités

Paris : et si on se prenait un Petit Bain ?

Publié le 7 juin 2013

Sur la Seine, Petit Bain se mouille pour les personnes éloignées du monde du travail. Une entreprise d’insertion dans une ambiance musicale et conviviale.

Je m’attendais à assister à un concert. Me voilà spectatrice d’un « road-movie sur scène » ! Un quoi ??? « Mon île à moi », c’est en fait un spectacle/concert, fer de lance d’un film éponyme en projet. L’histoire de Marie, caissière le jour et chanteuse la nuit, qui galère et rêve de succès avec son groupe, « Mary Nelson ». Une comédie sociale au Petit Bain : l’accord est plus que parfait !

L’insertion en musique

Petit-bain1Sur cette barge, amarrée au pied de la Bibliothèque nationale de France (Paris 13e), on chante, on danse, on déjeune ou dîne… et on réinsère ! Depuis la création de Petit Bain en 2011, huit personnes ont bénéficié d’un contrat d’insertion. Leurs profils : chômeurs ou chômeuses longue durée, personnes sortant de prison ou peu, voire pas diplômé(e)s.

A la fin des six à vingt-quatre mois de contrat, ils quittent Petit Bain avec une formation de cuisinier, reçue derrière les fourneaux du restaurant, ou de technicien, pratiquée dans les coulisses de la salle de concerts. Un nouveau bagage, tremplin vers un emploi stable, à Petit Bain ou ailleurs, généralement.

Laëtitia, zéro diplôme mais des projets

A l’accueil-billetterie du concert ce soir-là, Laëtitia, 24 ans. Zéro diplôme. Ici, la jolie brune à la voix rocailleuse s’est trouvée, après avoir longtemps cherché sa voie. Quand elle quittera Petit Bain, elle pourra s’occuper des déclarations d’œuvres musicales dans une boîte de production… ou travailler dans une banque, son projet à présent. « Je suis plus à l’aise avec les chiffres qu’avec les lettres » a-t-elle remarqué, grâce à son expérience ici. Elle compte donc reprendre ses études pour réaliser son projet professionnel.

Musiques atypiques et mélanges culturels

La nuit de travail se termine pour Laëtitia. Sur scène, les chansons populaires du projet « Mon île à moi » résonnent pour quelques notes encore. Le groupe Johnny Montreuil prend le relais. De la chanson française, on passe à des influences teintées de rock et de hip hop. C’est aussi ça, Petit Bain. De nouvelles, diverses et souvent atypiques découvertes musicales. Un vrai Petit Bain socioculturel !

 

Image writer

Rédigé par

Maïla Mendy

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.