Des idées pour s'engager

Volontariat à l’étranger : à chacun sa formule

Publié le 26 novembre 2013

VSI, service civique, service européen… Les formules ne manquent pas pour s’engager dans l’aide au développement à l’étranger. Petit tour d’horizon.

Photo CC sur Flick'R, M.Peinado

Le Volontariat de Solidarité Internationale

« Mon expérience de VSI je la vis pleinement et je l’adore ! » Voilà plus d’un an que Christina est VSI (Volontaire de Solidarité Internationale) dans une association qui s’occupe des enfants des rues à Calcutta, en Inde. Sa mission : assurer la communication entre l’ONG et un bailleur de fonds, organiser des activités avec les enfants, rédiger des demandes de financement… Des tâches variées et pas mal de responsabilités.

This is box title

A mi-chemin entre le bénévolat et le salariat, le volontariat est une formule séduisante pour ceux qui rêvent d’un premier engagement dans la solidarité internationale. Il offre un cadre clair avec un contrat, une indemnité et une prise en charge en cas de pépin de santé.

« Un jeune en VSI part pour un an ou plus, touche au minimum 100 euros par mois et est souvent nourri et logé par l’association d’accueil », expose Fanny Passicos, coordinatrice de la plateforme Clong-Volontariat. Il bénéficie aussi d’une couverture maladie et d’une cotisation à la retraite, payées par le Ministère des Affaires Etrangères. « Ca rassure surtout ma famille qu’autant de choses soient prises en charge alors que je suis seule à des milliers de kilomètres », apprécie Christina.

Le Service Volontaire Européen

Le Service Volontaire Européen (SVE) propose le même genre de cadre, pris en charge cette fois par la Commission Européenne. « Les structures sont labellisées, ce qui garantit la qualité des projets et un accompagnement du jeune », souligne Emmanuelle Perpigna, de l’AFPEJA, l’agence qui gère les SVE en France.

Sur la page Facebook de l’organisme les témoignages viennent essentiellement d’Europe : 10 mois en Croatie pour Clémence, un an dans un centre pour adultes handicapés de Hongrie pour Jean.

Le Service Civique à l’international

Quant au Service Civique à l’international, qui dépend du Ministère de la Jeunesse, il concerne aussi les jeunes sans diplôme. « Les séjours durent moins longtemps, de 6 mois à un an, et le volontaire a moins de responsabilités que pour un VSI, explique Nathalie Chaverot, chargée de ces volontariats à la Guilde Européenne du RaidCe qu’on cherche avant tout c’est la motivation, la capacité d’adaptation et parfois une connaissance de la langue, comme une base d’anglais pour aller en Inde ou des notions d’espagnol pour le Pérou. »

Bizarrement, ces volontariats moins professionnels sont mieux indemnisés que les autres : environ 500 euros par mois du Ministère et 100 euros de la part de l’association, en plus d’une mutuelle et d’une cotisation retraite.

Quelle que soit la formule qui vous tente, organisez-vous à l’avance : il se passe toujours plusieurs mois entre la candidature et l’arrivée dans l’association. La faute aux formalités mais aussi à une étape essentielle : la formation d’avant départ, qui peut durer jusqu’à deux semaines. « C’est ce qui garantit un volontariat de qualité, affirme Fanny Passicos. Les jeunes en apprennent plus sur le projet, approfondissent la géopolitique et la culture du pays où ils se rendent, rencontrent d’anciens volontaires… » Ils réalisent aussi un point crucial à ses yeux : ils ne vont pas changer le monde en une année.

Image writer

Rédigé par

Hélène Seingier

3 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Concours vidéo: « Sois le changement que tu veux voir dans le monde ». - Say Yess

Publié le 23 juillet 2014

[…] L’EVS Film Festival est organisé par l’Agence française Erasmus+ Jeunesse & Sport qui soutient les jeunes dans la réalisation de projets engagés, particulièrement dans le cadre du Service volontaire européen. […]

image commentary

Chantiers internationaux: partez bien préparé(e)! - Say Yess

Publié le 20 janvier 2014

[...] D’autres formules que les chantiers existent, notamment les volontariats. A voir en détails par ici [...]

image commentary

Clément Blasco

Publié le 15 janvier 2014

Et bien d'autres encore ! Tel que l'International Cultural Youth Exchange (ICYE). http://www.volontariat.org/volontaire/nos_programmes/#/long-terme

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.