Tech

Une journée sur les sites de partage…

Publié le 15 novembre 2013

... et leurs retombées dans la vraie vie.

Le défi d’Apolline aujourd’hui : tester tout au long de sa journée des sites de consommation collaborative. Récit de sa journée.

10h. Le sac de linge sale déborde. Plutôt que de foncer à la laverie, je me connecte sur La machine du voisin. 75 machines à laver sont répertoriées dans mon quartier, je zoome sur la carte. Je jette mon dévolu sur celle intitulée « Comme chez soi ! ». Toute sa description me séduit : son prix (2€ au lieu de 4€ dans ma laverie), sa classe (énergétique A) et son petit nom. Son détenteur, a.k.a « kevinb », me répond rapidement. Il a un rendez-vous à 19h mais me propose de venir à 18h et de jouer la carte du « programme court. » Parfait.

C’est quoi la conso collaborative ? Notre petit topo est par ici

12h30. J’ai envie de manger bien, bio, équilibré, cinq fruits et légumes dans ma journée. Je passe sur Troc légumes. En quelques clics, mes aspirations se brisent : à Paris, aucun particulier ne propose encore ses carottes ou potirons récoltés sur le toit de son immeuble ! Chou blanc.

13h. Mon ventre gargouille, pas le temps de cuisiner. Et toujours pas envie d’acheter un plat tout préparé. Je me connecte sur Super Marmite. Qu’y a-t-il au menu ? Crumble de ratatouille au bœuf. Je réserve en ligne et file chez « zazastar ». Une cuisinière punk m’ouvre la porte. Avec plus de 800 plats postés sur le site, elle  s’est déjà constituée un solide réseau d’habitués. Comme je viens pour la première fois, elle m’offre un brownie aux noix de pécan. Je paie 6 euros pour un déjeuner complet fait maison. Et pour ne rien gâcher, tout est exquis.

15h00. Je passe sur Borne de presse dans le but de troquer le Libé lu du jour contre un autre journal. Je dois me géolocaliser, j’hésite, je finis par accepter mais un message me fait de nouveau tergiverser : « Voulez-vous vraiment lancer une vérification de votre adresse ?» Je ferme les yeux, j’accepte. Résultat : aucun de mes voisins ne connaît le site. Ou aucun ne lit la presse. Ou aucun ne sait lire. (p.s : cette spirale sarcastique passagère est uniquement liée à la première déception de cette journée).

18h. Je sonne chez « kevinb ». Je suis la première utilisatrice de la machine à laver de sa colocation depuis qu’il s’est inscrit sur le site voilà trois semaines. Pas de chance, elle tombe en panne devant mes yeux. Kévin me promet de me prévenir dès qu’elle sera réparée. Mon linge n’est pas propre mais j’ai au moins fait la connaissance d’un de mes voisins. Il travaille d’ailleurs sur une appli appelée « Sharevoisins ». Chacun pourra y dénicher ce que les habitants de son quartier sont disposés à prêter : appareil à raclette, perceuse, DVD… Au-delà du bénéfice économique, l’intérêt est évidemment social. Je réalise que je n’aurais sûrement pas osé sonner chez Kévin si un site ne nous avait pas mis en contact.

20h. Je poursuis mes recherches sur internet. Sur Les dix sites collaboratifs qui vont changer l’économie selon La Croix, j’en ai testé trois, dont deux fonctionnent déjà bien. Je prends conscience qu’il y a tout à faire, tout à imaginer comme le laisse entrevoir ces 100 sites de consommation collaborative. La clé de la réussite de ces sites, comme celle de l’appli de Kévin, reposera sur leur gain de popularité. L’économie collaborative porte bien son nom. Et j’espère qu’elle touchera bientôt des millions… de nouveaux consommateurs.

Et vous, vous avez testé les site de consommation collaborative ? Faites-nous vos récits dans les commentaires !

Image writer

Rédigé par

Apolline Guichet

7 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

image commentary

SAY YESS à l’économie collaborative ! | ShareVoisins

Publié le 13 novembre 2014

[…] une journée à vivre avec des services d’économie collaborative. Elle nous fait le résumé ici, et voici son article […]

image commentary

Une rentrée pas chère grâce à l’économie collaborative - Say Yess

Publié le 25 septembre 2014

[…] - On a testé pour vous « Une journée sur les sites de partage » […]

image commentary

Isabelle Hermann

Publié le 21 mars 2014

J'aime la vie quand je lis cet article. Merci de ces initiatives.

image commentary

Pau

Publié le 03 décembre 2013

Ah oui, ayé vu ! Pardon. :)

image commentary

Sayyess

Publié le 19 novembre 2013

Les dates de mise en ligne des articles vous voulez dire ? Elles sont en haut à droite !

Il n'y a plus d'autres résultats à charger.

Il n'y a pas de résultats correspondants.

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.