Agir au quotidien

La consommation collaborative : késako ?

Publié le 12 novembre 2013

Couchsurfing, Amap, Vélib... nous sommes déjà nombreux à pratiquer la consommation collaborative sans forcément le savoir. Retour sur un phénomène en pleine expansion qui touche des pans entiers de l'économie.

  • Repenser nos usages

Avec la consommation collaborative, exit les circuits traditionnels d’échange sur le mode : un bien pour chaque consommateur. L’idée, c’est que plusieurs usagers peuvent profiter d’un même objet ou service. Cela permet de faire des économies et évite de gaspiller inutilement.

«Dans un contexte de baisse du pouvoir d’achat et d’évolutions technologiques, cette nouvelle manière de consommer est en plein essor et va prendre de plus en plus d’importance», prédit  Nathalie Damery, co-présidente de l’Observatoire société et consommation.

>> Notre journaliste Apolline a testé une journée 100% consommation collaborative. Récit.

  • Échanger biens et services

L’échange est le maître mot de la consommation collaborative. Tout (ou presque) peut se prêter, se louer ou se troquer. Partager les frais d’un déplacement en voiture ? C’est possible avec les sites de covoiturage comme Blablacar. Emprunter un logement ? Le couchsurfing met en lien les voyageurs prêts à s’héberger mutuellement et Airbnb offre des locations de courtes durées chez des particuliers.

Besoin d’une perceuse, d’une machine à gaufre ou d’un costume le temps d’une journée ? Rendez-vous sur le site Zilok, qui permet aux particuliers comme aux professionnels de mettre toutes sortes de biens en location.

Du partage de machine à laver au repas chez l’habitant, les sites d’échanges de biens et services se sont multiplié ces dernières années. Consocollaborative.com en a recensé une centaine.

  • Utiliser sans posséder

Dans la consommation collaborative, la propriété n’est plus considérée comme un facteur de satisfaction primordiale . On peut profiter d’un objet ou d’un service à plusieurs sans forcément en être propriétaire.

Un cas concret : les vélos en libre-service. Vélib‘ à Paris, Vélo’V à Lyon, V’Lille à Lille…tous permettent à qui veut d’utiliser un bicycle sans le détenir.

Toujours la catégorie transports, l’autopartage offre la possibilité de partager une voiture avec d’autres personnes. N’est-ce pas mieux que d’engager chacun des frais dans un véhicule et un garage ?

  • Acheter ensemble pour consommer mieux

Consommer collaboratif, c’est aussi se regrouper pour acheter des produits à moindre coût et d’une meilleure qualité.  Les Amap (Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne), par exemple, rassemblent des consommateurs autour d’un même producteur de produits bio pour des commandes régulières.

  •  Créer des liens

La consommation collaborative rassemble des gens de tous horizons autour d’un échange qui laisse rarement indifférent. «Les gens viennent d’abord vers la consommation collaborative pour le porte-monnaie, puis une nouvelle forme de lien social se créé autour du système D et de la débrouille», explique Stéphane Riot, co-auteur  avec Anne-Sophie Novel de Vive la co-révolution ! Pour une société collaborative.

L’usage crée un engouement. Résultat : «La majorité des gens qui testent la consommation collaborative renouvellent l’expérience».

Vous utilisez ces sites (ou d’autres) ? N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires!

Pour aller plus loin

– Le hors-série de Terra Eco et du Crédit Coopératif : Conso collaborative : bouger, manger, habiter… sans posséder
– On a testé pour vous « Une journée sur les sites de partage »
– Si vous souhaitez développer l’économie collaborative sur votre campus et dans une démarche de développement durable, le REFEDD a publié un guide pratique.

Image writer

Rédigé par

Héloïse Leussier

9 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

C'est quoi la consommation collaborative | Cons...

Publié le 24 septembre 2014

[…] Couchsurfing, Amap, Vélib... nous sommes déjà nombreux à pratiquer la consommation collaborative sans forcément le savoir. Retour sur un phénomène en pleine expansion qui touche des pans entiers de l'économie.  […]

image commentary

Une rentrée pas chère grâce à l’économie collaborative - Say Yess

Publié le 22 septembre 2014

[…] en savoir plus sur la consommation collaborative, cliquez ici […]

image commentary

arnault sablier

Publié le 12 décembre 2013

Salut! Le tourisme collaboratif se professionnalise : c'est Vrai et ça a du bon. De plus en plus de voyageurs sortent des sentiers battus, et découvre des villes, des campagnes d'une manière différente: EN PARTAGEANT DES ACTIVITÉS CRÉÉES PAR DES LOCAUX ! www.trip4real.com est un site qui vous propose découvrir l'Espagne grâce au tourisme collaboratif. Ils comptent plus de 2000 activités proposées par des locaux. Le site est génial! ça vaut le détour. Arnault SABLIER

image commentary

Enactus France » Say Yess, le média des jeunes qui se bougent

Publié le 03 décembre 2013

[...] qui nous paraissent porteurs d’avenir : entrepreneuriat social, solidarité internationale, consommation responsable et collaborative, open source et open data, développement durable, [...]

image commentary

Guest

Publié le 18 novembre 2013

Pour rajouter à la liste, le site Wikicampers propose de louer un camping-car à un particulier ! Original et sympa pour des vacances à petits prix, sans investir dans un camping-car !

Il n'y a plus d'autres résultats à charger.

Il n'y a pas de résultats correspondants.

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.