Lancer un projet

Etudiants, participez à la Riposte !

Des initiatives citoyennes créatives et originales réalisées par des étudiants seront récompensées à hauteur de 3.000 à 5.000 euros.

Vous avez une idée, un projet que vous souhaitez réaliser pendant vos études ? Pour cela Animafac, réseau d’associations étudiantes, en partenariat avec le programme Jeun’ESS, lance l’appel à projets la Riposte qui récompensera des initiatives citoyennes créatives et originales réalisées par des étudiants.

N’attendez pas la fin de vos études pour faire bouger les lignes ! Dès aujourd’hui, vous êtes en mesure de réaliser des projets pour vous dessiner un avenir bien plus intéressant que celui que l’on promet à une “génération sacrifiée”.

3 000 ou 5 000 € pour soutenir quatre projets innovants

Un jury, composé notamment de représentants du monde associatif et de l’enseignement supérieur récompensera trois initiatives étudiantes socialement innovantes avec :

> deux dotations de 3.000 euros ;

> un prix spécial “Jeun’ESS” de 5.000 euros.

Un prix du public de 3.000 euros récompensera un quatrième projet parmi une quinzaine de projets présélectionnés. Pour cela, un vote en ligne sera réalisé entre le 27 janvier et le 9 février 2014 sur le site www.animafac.net.

Un incubateur de projets étudiants à Paris

En plus de cette dotation, les lauréats seront accompagnés dans leur développement par le centre de ressources d’Animafac et pourront bénéficier d’un espace de travail au sein d’un nouvel incubateur de projets étudiants sur Paris.

Modalités de l’appel à projets étudiants LA RIPOSTE

Ouverte à tous les étudiants, les projets candidats à La Riposte pourront être proposés jusqu’au vendredi 20 décembre, minuit. Pour cela, il suffit de remplir un dossier de candidature disponible sur le site www.animafac.net.

L’Appel à projets étudiants la Riposte est réalisé par Animafac en partenariat avec le programme Jeun’ESS, le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, le magazine L’Etudiant et France Culture Plus.

Image writer

Rédigé par

Say Yess

1 commentaire

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Main dans la main: les étudiants parents peuvent aussi réussir - Say Yess

Publié le 07 avril 2014

[…] social notamment. Le projet des deux jeunes femmes, lauréat du prix Jeun’ESS de la Riposte d’Animafac, devrait voir le jour à la rentrée 2015. Elles […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.