Tendances de l'emploi

ESS et travailleurs handicapés : une relation « gagnant-gagnant »

Publié le 31 octobre 2013

Dans l’économie sociale et solidaire, chacun peut trouver sa place. De par sa culture, le secteur est sensibilisé à la question du handicap, et donne leur chance à des travailleurs qui ont des compétences à faire valoir.

Amel Chekkal, 25 ans, accueille chaque jour les visiteurs et résidents d’un établissement pour personnes âgées de l’Arepa, à Meudon, en région parisienne. Un emploi en cohérence avec le profil de la jeune femme, qui ne peut porter de charges lourdes. Comme elle, de nombreuses personnes en situation de handicap ont trouvé un emploi dans le domaine de l’Economie sociale et solidaire. «  Notre secteur porte des valeurs de solidarité, je voulais employer une personne handicapée», explique le directeur de l’établissement, Thierry Hanesse.

« Amel a des qualités, elle sait parler avec douceur avec nos résidents, souvent angoissés ! », se félicite-t-il. Et la jeune femme se plaît dans son travail : «Il demande du sang froid, mais j’aime aider les autres. Un jour peut-être, je créerai moi-même une association », dit-elle.

«Les candidats ne sont pas recrutés parce qu’ils sont handicapés, mais pour ce qu’ils apportent à l’entreprise», confirme Lionel Rolland, directeur de Cap emploi Savoie-Mont-Blanc, l’organisme qui aide les personnes handicapées à accéder à l’emploi. Sur son territoire, 55% des travailleurs accompagnés par Cap emploi qui trouvent un poste ne bénéficient d’aucune aide. A l’inverse, 45 % d’entre eux reçoivent un soutien, que ce soit un contrat aidé ou l’entrée dans une « entreprise adaptée ». Ces dernières sont des entreprises à part entière dont la spécificité est d’employer au moins 80% de travailleurs handicapés.

Un accompagnement rapproché dans les Esat

Les personnes dont l’autonomie est insuffisante pour travailler en milieu ordinaire ou en entreprise adaptée peuvent rejoindre un Esat (Établissement et services d’aide par le travail), qui leur propose des activités professionnelles et un soutien médico-social.

« Les travailleurs nous sont adressés par les MDPH [Maisons départementales des personnes handicapées, ndlr] », explique Daniel Bréval, de l’association Papillons Blancs de l’Eure, qui chapeaute 5 Esat accueillant des personnes handicapées mentales sur diverses activités : sous-traitance (conditionnement ou montage), services (entretien des espaces verts…), productions propres (produits d’entretien bio, cosmétiques…).

«Les travailleurs sont accompagnés par un service medico-social. Pour ce qui touche à la production, ils sont affectés à une équipe encadrée par un moniteur d’atelier qui est également leur référent pour l’accompagnement quotidien.» Avec chacun d’entre eux est défini un projet d’accompagnement personnalisé, qui permet d’évoluer soi au sein d’un même poste, sois vers un autre métier, parfois à l’aide d’une formation.

D’autre part, des activités dites « de soutien » (activités sportives, artistiques, soutien scolaire…) sont également mises en place : « Par exemple, sur Evreux, nous avons créé une équipe de football », indique Daniel Bréval. Au-delà de l’emploi, ces personnes sont donc accompagnées par leur employeur vers plus d’autonomie.

Comment trouver un emploi quand on est en situation de handicap ?

C’est l’agence Cap emploi qui guide les personnes en situation de handicap dans leurs recherches. Pour cela deux conditions : être reconnu comme travailleur handicapé et s’inscrire d’abord à Pôle emploi. Ceci fait, la première étape consiste en un bilan de la situation: « On s’assure que le projet professionnel est réaliste, on évalue les éventuels besoins d’adaptation d’un poste de travail, les possibles besoins en formation… », explique Lionel Rolland, directeur de Cap emploi Savoie-Mont-Blanc.

En parallèle, l’agence Cap emploi centralise les offres des entreprises du territoire, et travaille avec elles pour qu’elles adaptent leurs demandes aux particularités des candidats (matériel, organisation du travail…). «Les structures de l’ESS, particulièrement, sont philosophiquement sensibilisées à la question», indique Lionel Rolland. Sont impliqués aussi l’Agefiph et le FIPHFP (fonds nationaux d’aides publiques à l’adaptation du poste), des médecins, psychologues, organismes de formation…

Pour toutes les démarches, les MDPH, dans chaque département, peuvent également orienter les personnes en situation de handicap et leurs familles.

Enfin, du 18 au 24 novembre 2013, l’Adapt organise la semaine pour l’emploi des personnes handicapées. L’occasion de rencontrer des employeurs et des structures pouvant aider à la recherche d’emploi.

Image writer

Rédigé par

Anaëlle Guisset

2 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

image commentary

muondo

Publié le 24 novembre 2013

bravo!

image commentary

ESS et travailleurs handicapés : une rel...

Publié le 12 novembre 2013

[...] Dans l’économie sociale et solidaire, chacun peut trouver sa place. De par sa culture, le secteur est sensibilisé à la question du handicap, et donne leur chance à des travailleurs qui ont des compétences à faire valoir.  [...]

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.