Projets inspirants, créateurs inspirés

Noria, 19 ans, boostée par le service civique

Publié le 26 juin 2013

Après ses études, en 2012, Noria Boubaaya se sent un peu perdue. Elle rejoint alors Unis-Cité, à Toulouse. Et se découvre.

Après son CAP de couture, Noria Boubaaya rechigne à intégrer le monde du travail. À la radio, elle entend parler du Service civique. Ni une ni deux, elle rejoint UnisCité, à Toulouse : « on pouvait faire des missions en équipe, rencontrer des gens qui viennent de partout, c’est ce que je recherchais ! »

Son service civique dure neuf mois. Elle anime un atelier couture dans une épicerie solidaire, et des ateliers-jeux pour les enfants et les personnes âgées vivant dans un quartier défavorisé. Elle fait aussi découvrir léconomie sociale et solidaire en animant un marché solidaire où elle invite des musiciens, organise des spectacles et des ateliers pédagogiques et ludiques.

   Ca m’a redonné confiance en moi, ça m’a boostée

Pendant son service, Noria rencontre le monde associatif et se découvre une fibre sociale. Désormais, elle voudrait aider les gens en difficulté. Son projet : créer sa marque de vêtements éthiques, fabriqués dans des pays pauvres « où les conditions de travail sont respectées. Du commerce équitable, en gros. »

ça aura été un vrai tremplin !

Devenue porte-parole d’Unis-Cité à Paris, Noria essaie de « donner envie à ceux qui hésitent de rejoindre le service civique ». Parce que pour elle, « ça aura été un vrai tremplin ! Ça m’a redonné confiance en moi, ça m’a boostée… J’ai fais des rencontres qui m’ont beaucoup apportée, et j’ai pu tisser un réseau qui me soutient dans mon projet. » Noria aimerait désormais intégrer un chantier international, pour découvrir l’humanitaire. Si vous avez un bon plan…

 

Pour faire comme Noria

Le Service civique, c’est quoi ? Vous passez entre six mois et un an sur le terrain, en France ou à l’étranger, dans des missions humanitaires, solidaires, écolos, bref « d’intérêt général ».  Le service civique se déroule dans une asso, une collectivité  ou un établissement public (un musée ou un lycée, par exemple). Contrairement au service militaire à papa, ici, on ne vous force pas : vous êtes volontaire.

Comment on s’engage ? Il suffit de postuler auprès des organismes qui proposent des missions sur le site servicecivique.gouv, ou sur les sites des organismes, par exemple UnisCité ou les Petits Frères des Pauvres. À la clé, pas de salaire, mais une indemnité de 573 euros par mois et une expérience mémorable.

Quelles sont les conditions ? Avoir entre 16 et 25 ans. Pas besoin de diplômes : seule compte votre motivation et votre « savoir-être » (et oui, le service civique n’est pas une colonie de vacances).

Image writer

Rédigé par

Fabien Soyez

3 commentaires

Cliquez sur le + pour voir les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

image commentary

Valoriser son expérience en Service civique, mode d’emploi - Say Yess

Publié le 22 janvier 2015

[…] Noria, 19 ans, a été recrutée comme assistante au sein d’Unis-Cité, la structure où elle a effectué un Service civique pendant 9 mois. « Je suis convaincue que le Service civique développe des compétences que les autres jeunes n’ont pas. Avant tout, cela donne confiance devant un recruteur, et c’est très important », explique la jeune femme. Pour elle, l’implication est essentielle : « Le premier pas est de s’investir à fond dans son service civique. Chez Unis-cité, il y a énormément de place pour l’initiative individuelle. C’est une chance de montrer que l’on peut s’impliquer! Pour ma part, comme je suis titulaire d’un CAP Couture, j’ai proposé de mettre en place et d’animer des ateliers dans une épicerie solidaire. Ce qui est génial, c’est que ça s’est fait! » […]

image commentary

Rêve et Réalise, épisode 1 : huit mois pour monter un projet solidaire

Publié le 18 décembre 2014

[…] le début: « Au départ, je ne trouvais pas exactement ce que je voulais dans les offres de service civique, puis j’ai découvert Rêve et Réalise, qui me proposait de faire le projet que je veux », […]

image commentary

Rêve et réalise: votre projet se transforme en Service civique - Say Yess

Publié le 06 mai 2014

[…] propose aux jeunes des missions de solidarité depuis une vingtaine d’années », explique Isabelle Prats, responsable de la communication à Unis-Cité. « On s’est rendu […]

Sur le même thème

Décryptage

  • Co-création : entreprises classiques et sociales alliées pour la bonne cause

    Lire la suite
  • Modèle économique entreprise ESS

    À quoi ressemble le modèle économique d’une entreprise de l’ESS ?

    Lire la suite
  • Recycles © Kamel Secraoui

    Quand les chambres à air deviennent ceinture et les mobiles retrouvent une jeunesse

    Lire la suite
  • L’ESS, à quoi ça sert ?

    Lire la suite

Say yess tv

  • Ensemble, ici et maintenant

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • L’affranchi jardinier

    icone-youtube-play

    Par: Step Aside Project

  • Le tourisme m’a sauvé

    Alternative Urbaine à Paris - Solidarum
    icone-youtube-play

    Par: Solidarum

Nos derniers articles

Citoyenneté

« J’ai donné un sens à mon travail grâce au Service Civique ! »

Après avoir travaillé quelques années en tant que pâtissier, Mikaël Treilhaud Daramy se lance dans un service civique, poussé par une envie de changement. Un véritable tremplin vers le secteur de l’économie sociale et solidaire pour ce jeune de 23 ans.

Rédigé par Déborah Antoinat En savoir plus

Entreprendre, mode d'emploi

Pourquoi se compliquer la vie en créant une entreprise éthique et solidaire ?

Comme si créer une entreprise ce n'était pas suffisamment compliqué, certains y ajoutent des ambitions écologiques, sociales et solidaires... Seraient-ils un peu maso?

Rédigé par Laure Jouteau En savoir plus

Tech

L’agriculture urbaine boostée par le numérique

Et si les agriculteurs, jardiniers ou botanistes locaux s'unissaient aux acteurs du web ? C'est le principe des rencontres « Hackgriculture », proposées par le collectif « Nantes ville comestible » qui vise à mêler les énergies locales pour penser la ville comestible. Avec le numérique comme engrais.

Rédigé par Jeanne La Prairie En savoir plus

Afin d'améliorer votre expérience, Say Yess utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies, pour nous aider à analyser les audiences de ce site.
En savoir plus
Votre commentaire a bien été soumis. Il est en attente de validation.